Rue des clichés et des tics médiatiques (1)



« Avant, la culture, c'est ce qui restait quand on avait tout oublié.
Maintenant, c'est ce qu'on sait quand on n'a rien appris
» (2)
Anonyme


     
Détournement d'un dessin de Reiser – et la couverture de l'Assimil russe pour apprendre le français

Dans cette rue, sont notés des tics, des stéréotypes, des clichés souvent employés par la gent journalistique, ou par la gent politicienne, ou par l'agent commercial ou l'agent de police. Ces manies et tics langagiers sont du pain bénit pour les imitateurs d'hommes poly-tics. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les dégoûts. Le facteur ("préposé") apporte à loteur chaque matin une moisson de clichés, que ce dernier s'empresse de jeter sur papier (ou de jeter dans la corbeille à papiers, quand ils ne sont pas intéressants). De nombreuses expressions ont été traitées à part dans le glossaire du néo-crétinisme. Ces tics renvoient à la fameuse fonction phatique (pha-tic?) du langage.

D'aucuns prétendent que le français évolue ; loteur a plutôt l'impression qu'il se fige. Cette importance des tics et clichés, au-delà de la tendance à la sclérose en plaque de la langue moderne, indique une sorte de conformisme de la langue, appauvrie et réduite à une succession de clichés binaires, images rassurantes et attendues d'une part pour dépeindre le bien, ou images chargées d'émotion négative d'autre part pour représenter le mal. Ceci est particulièrement vrai pour la presse, surtout télévisée, où l'emploi des clichés semble correspondre à un code convenu entre le journaliste, qui lit son prompteur, et le téléspectateur qui attend sa ration de clichés. Les hommes politiques parlent de plus en plus mal ; les journalistes leur emboîtent le pas, et utilisent les mots et expressions « de la rue » afin, dans leur esprit, de mieux se faire comprendre de tous. L'emploi de tics et clichés convenus – en déformant quelquefois au passage le sens de certaines expressions – va dans cette logique de facilité rassurante.

Les tics et clichés favorisent cette communication qui ne passe plus par les idées, mais par quelque chose d'irrationnel, de flou. Ils correspondent à des automatismes de langage, qui fluidifient le discours et la communication. Ces automatismes, ou expressions figées, sont les révélateurs de la paresse intellectuelle des locuteurs, qui ne cherchent pas à trouver l'expression ou le mot justes ou simples, mais se coulent et se moulent dans un conformisme de bon aloi. Les communicants et les journalistes se servent tellement des ces tics de langage que cela en devient un T.O.C. (trouble obsessionnel compulsif). Il n'est même plus question de politiquement correct, mais de facilité et de manque d'originalité. Les médiocres se reconnaissent entre eux.

De nombreux livres existent sur les clichés, loteur ne prétend pas faire œuvre nouvelle ; il s'est surtout attaché à relever les clichés qui éclosent dans la bouche (quelle image, mes aïeux !) ou qui fleurissent sous la plume (quelle image, mes bisaïeux !) de nos héros médiatiques. Loteur n'entend pas enfin dénoncer le prêt à penser, parce que chez ces gens-là, on ne pense pas, monsieur, on ne pense pas. En tout cas, l'emploi abusif de clichés dénote un manque total ou partiel d'esprit critique et de curiosité intellectuelle.

Loteur avoue qu'il n'a pas suivi un ordre très logique pour le classement : parfois c'est en fonction du premier mot, parfois en fonction de celui qui lui paraissait le plus important. Qu'importe ! Suivez donc cette rue serpentante au gré de votre fantaisie.

 

affaire à suivre
là, le journaliste avoue qu'il patauge à propos de l'affaire qu'il relate, et qu'il attend la suite d'après les dépêches d'agence.
aller (droit) dans le mur
il serait temps que les autorités renforcent ce fameux mur, sinon il n'en restera plus rien.
sauvagement assassiné(e)
nombre de journalistes emploient cette expression à propos d'un meurtre particulièment sanglant. Il serait cependant étonnant qu'une victime soit gentiment ou doucement assassinée. Alors qu'elle était partie en fin d'après-midi pratiquer la marche nordique, une femme de 51 ans a été sauvagement assassinée (titre Yaourt).
l'avenir nous le dira
sauf que parfois l'avenir est bègue, ou même muet. Quand un journaliste ou un homme politique emploient cette expression, cela signifie qu'ils n'ont aucune idée de ce qui va se passer, ni comment va évoluer la situation.
la plus belle avenue du monde
parfois appelée les Champs Élysées (Paris, France). Les autres avenues du monde (Broadway [New York], la Perspective Nevski [Saint Pétersbourg], la Ginza [Tokyo], etc.) ne sont que de la gnognotte. [...] quelque 450 légionnaires, barbe en bandoulière (sic) et hache à l'épaule, descendront les 880 mètres de la plus belle avenue du monde... (Le Figaro point fr)
la balle est dans son camp
pour les journalistes, la vie est une immense partie de fouteballe, de rugby ou de tennis (les trois sports les plus téléretransmis).
baron de la drogue
en France, il y a les barons du gaullisme, les Colombiens ont des barons de la drogue. Les PS, lui, a des éléphants (roses ?)
franchir (passer) la barre symbolique (fatidique)
des x dollars pour le baril de pétrole, des x points pour le CAC40 etc. On se demande à quoi sert ladite barre si elle continuellement franchie. Il faudrait placer plus haut la barre (et hop ! un cliché supplémentaire pour le même prix !)
la réponse du berger à la bergère
signifie normalement : avoir le dernier mot ; c'est la réplique qui clôt une discussion. Mais dans la bouche des journalistes de la french TV cela signifie plutôt : du tac au tac. Un néo-journaliste annonce à propos de la réponse d'un ministre de Redressement productif lors du conflit entre une entreprise étazunienne et la France : C'est ce qu'on appelle la réponse du berger à la bergère. Non, ce n'était qu'une réponse tout court.
Boîtes noires
Le journaliste avisé rappelera fort à propos qu'elles sont oranges pour qu'on les repère mieux.
(ambiance) bon enfant
qualifie tout rassemblement populaire (meeting, fête, réunion), qui se termine parfois par des morts ou des blessés graves. Il y avait à l'Apéro géant une ambiance bon enfant.
A noter que notre Gouvernement, dans un souci de sécurité, interdit ces Apéros géants, mais non les rencontres sportives (fouteballe, p.e.), qui font souvent beaucoup plus de victimes.
que du bonheur !
Ah ! Ne parlez pas de bonheur ! L'obligation de bonheur semble très présente dans tous les discours publicitaires, que ce bonheur soit dû à la consommation de camembert, à l'utilisation d'un ustensile de cuisine, ou à l'emploi d'un produit de beauté. Maxime de l'auteur : « Le bonheur, c'est comme les accidents : ça n'arrive qu'aux autres ».
botter en touche
i’me botte pas, ce cliché, qui est dérivé du vocabulaire sportif, et qui signifie faire sortir le ballon du terrain de jeu pour gagner du temps, et aussi par extension : esquiver une question, éviter ou fuir une situation désagréable. Et un merdia ose titrer : « Homosexualité et pédophilie : le Vatican botte en touche ». Peut-être parce qu'un prêtre a proposé la botte à une très jeune fille...
par le petit bout de la lorgnette
bizaremment, cette expression signifie se focaliser sur des détails, alors que justement quand on regarde par le petit bout de la lorgnette, on voit les choses en gros. C'est d'ailleurs, n'en déplaise aux néo-crétins, la seule façon d'utiliser une lorgnette. Bref, il [le Président NS] aborde la question de la jeunesse par le petit bout de la lorgnette, sous un angle uniquement répressif.
changer de braquet
bras de fer
toujours dans les comparaisons sportives, les politiques et les syndicalistes peuvent engager un bras de fer. Comme la lutte des classes n'existe plus, il y a maintenant un bras de fer entre les partenaires sociaux. Ça sent bon la sueur.
briser le silence
s'emploie surtout quand tout le monde est au courant d'une affaire et ne parle que de ça. « Nadia brise le silence : "Je suis une escort girl, pas une prostituée !" » (où est la différence ?)
caracoler en tête (des sondages etc.)
voir caracoler. Expression plaisante quand on sait qu'elle dérive de caracol (escargot).
retour à la case départ
pour celui qui a évité d’aller à la casse.
on a frôlé la catastrophe
les catastrophes, pour notre bonheur, sont souvent évitées de justesse. Mais dommage pour les journalistes qui auraient pu faire « grimper l'audimat » avec des nouvelles bien saignantes.
célibataire endurci
bizarrement, un célibataire est toujours "endurci". Loteur avoue, quant à lui, qu'il connaît des célibataires "endoucis".
la cerise sur le gâteau
Pourquoi seulement UNE cerise ? voir cerise. Ce cliché, qui signifie vaguement « pour couronner le tout », arrive en tête de tous les classements des clichés journalistiques ou autres. Curieusement, on ne parle jamais de fraise sur le gâteau, fruit pourtant très apprécié par beaucoup d'une part, et qui couronne plus souvent les tartes ou gâteaux d'autre part. Depuis le temps que les journalistes utilisent ce cliché ad nauseam, cela aurait fait une grande quantité de clafoutis. "Je ne suis pas que la cerise sur le gâteau mais j'essaie d'être une belle cerise qui fait honneur à un gâteau fantastique" (Carla Bruni).

Ce cliché serait un calque d'une expression anglo-américaine (cherry on the cake) (?)
le chassé-croisé des vacanciers
Le chassé-croisé est une figure de danse : « pas figuré par lequel le cavalier fait un chassé à droite et ensuite un déchassé en passant derrière sa danseuse, et celle-ci fait devant son danseur le chassé à gauche et le déchassé à droite. Le chassé-croisé occupe 8 temps ou 4 mesures. » (Reverso). Appliquer le terme à des vacanciers en voiture, voilà qui est plaisant. A moins que lesdits vacanciers ne soient à bicyclette, et ne « montent en danseuses » ? Cliché inévitable, lancé par tous les journalistes de la french TV durant les vacances : le chassé-croisé des juillet(t)istes et des aoûtiens, pour signifier tout simplement que ces vacanciers se croisent.
sous le choc
en état de choc
à propos de n’importe quoi (tremblement de terre, accident, maladie ou décès d’une vedette inconnue, assassinat, drame dans une école, catastrophe aérienne ...) les braves gens sont tous toujours sous le choc ou bien en état de choc. Pour ces personnes, on met souvent en place une cellule (d'aide) psychologique.

Exemples, tous deux extraits de Yaourt! le même jour :

1. Toulouse sous le choc après la tuerie : des enfants abattus devant une école juive
2. Le foot anglais est sous le choc : un joueur s'écroule sur le terrain

Les deux faits sont mis en parallèle, malgré l'énorme différence entre eux : une tuerie effroyable d'un côté, et le malaise d'un joueur, victime d'une crise cardiaque ou du dopage de l'autre. On voit bien la hiérarchie de l'information ici.
choc (rencontre sportive p.e.)
pour les journalistes, surtout de sport, une simple rencontre entre deux équipes est un choc. Ça en devient choquant.
clamer son innocence
pour les journalistes, surtout ceux qui s'occupent de chroniques judiciaires, une personne mise en accusation clame toujours son innocence. Ce cliché est immanquable.

Clamer veut normalement dire : affirmer avec force, s'écrier avec force ou violence. Littré ne connaît pas ce verbe, qui est cependant attesté dans le Cnrtl.
clouer au sol
sans doute avec des clous spéciaux, les avions sont souvent cloués au sol (jamais vissés), pour diverses raisons : grève, conditions climatiques, voire [avril 2010] à cause d'un nuage de cendres volcaniques venu de la lointaine Islande. L'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, en avril 2010, avait cloué au sol plus de 100.000 avions pendant un mois, nous apprend Le Figaro point fr. Signe des temps, les passagers eux aussi peuvent être cloués au sol : Des milliers de passagers d'Air Algérie toujours cloués au sol, titre « Vingt Minutes point fr ».
condamner avec la plus grande fermeté (un attentat, etc.)
il serait étonnant qu'une autorité ou un dirigeant politique condamnent avec la plus grande douceur. Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a, lui, condamné «avec la plus grande fermeté l'acte inacceptable, lâche et criminel, commis contre le siège du Parti socialiste à Carcassonne» (Vingt Minutes point fr, 17.07.2013).
« J'ai confiance dans la justice de mon pays »
tous les ministres prévaricateurs et sous le coup d’une inculpation le disent. Souvent accompagné de : je suis (reste) serein. Il est vrai que s'ils avaient affaire à la justice d'un autre pays, plus expéditive (Chine, Iran, Étazunis, par exemple), lesdites personnes ne seraient pas aussi sereines.
revoir sa copie
voir la rubrique copie. Pour les journalistes, la vie est soit un jeu, soit une école. Ils ont dû être marqués par leur enfance.
coup d'envoi
aussi bien pour n'importe quelle rencontre sportive, que pour un championnat, des négociations internationales, des élections, les journalistes parlent d'un coup d'envoi. Le vocabulaire du sport s'immisce partout.
coup de filet
la police va parfois à la pêche, et opère des coups de filet ; elle ramène parfois un gros poisson, mais ce n'est souvent que du menu fretin.
opération coup de poing
démonstration de force menée par une autorité pour démanteler une cellule terroriste, un gang de trafiquants de drogue etc. Pourquoi coup de poing ? Peut-être à cause du fait qu'on utilise des armes de poing pour menacer les truands... ou alors ladite autorité tape du poing sur la table. On ne le sait trop point. En tout cas une occasion pour opérer un "coup de filet" (voir plus haut).
coupe sombre
dans le sens de "coupe claire", c'est-à-dire couper beaucoup dans un bois pour laisser entrer la lumière. Coupe sombre sur le personnel du fret ferroviaire (lesverts.fr). Une coupe sombre, c'est quand on ne coupe pas beaucoup. Les verts doivent être daltoniens, car ils confondent les couleurs. La confusion doit être due au fait que l'adjectif sombre est senti comme négatif.
à couper au couteau
pour le brouillard, que l’on débite et que l’on vend en tranches ou en couches épaisses.
à couper le souffle
se dit de tout événement étonnant, qui provoque une grande surprise ou une grande admiration : paysages d'une beauté à couper le souffle.
dans la cour des grands
voir jouer dans la cour des grands. Pour les journalistes, la vie est soit une immense partie de fouteballe, soit une cour de récréation. Ils sont restés dans l'enfance.
(un secteur) qui ne connaît pas la crise
expression fréquemment employée par les journalistes pour parler d'un secteur qui prospère en cette époque de prétendue crise. Vingt métiers qui ne connaissent pas la crise (hommes politiques, prostituées, banquiers, assureurs, escrocs...), titre Capital point fr. Voir dans la rubrique suivante l'expression « s'enfoncer dans la crise ». Le lecteur peut aussi se reporter à la définition du mot crise.
s'enfoncer dans la crise
expression fréquemment employée par les journalistes pour parler d'un secteur qui ne prospère pas du tout en cette époque de prétendue crise. Se dit également de toute situation politique sans issue apparente : L'opposition refuse le résultat, le Zimbabwe s'enfonce dans la crise. Voir ci-dessus l'expression : « qui ne connaît pas la crise ».
à la croisée des chemins
se dit en parlant de toute situation qui implique un choix. Une fois la décision prise par une personne, les autres ne manqueront pas l'attendre au tournant aux quatre coins de l'Hexagone.
croiser les doigts
mesure apotropaïque (destinée à conjurer le mauvais sort) d'origine étazunienne. En France, on dit : toucher du bois. La personne qui emploie cette expression croise souvent en effet les majeurs sur les index repliés. Attendons les résultats de cette élection, et croisons les doigts...
la première Dame de France
néo-crétinisme journalistique, imité des Étazuniens ("the First Lady"). Parfois des journalistes encore plus néo ou encore plus crétins que leurs collègues vont jusqu'à dire ou écrire : « la First Lady » à propos de l'épouse du président de la République française. Inutile d'ajouter que le titre de Première Dame n'existe pas en France pour qualifier l'épouse ou la concubine du président de la République. Il s'agit, encore une fois, d'une divagation de journalistes qui ignorent tout du protocole.


Après l'élection (le « sacre ») de Fr. Hollande,
les media, incorrigibles, parlent de la « first lady »

de tous les dangers (année, compétition, etc.)
l’expression « d’aucun danger », curieusement, ne s’emploie pas.
décomplexée (la droite ~)
avant, la droite était complexée : elle osait à peine exploiter et spolier les citoyens. Maintenant, grâce à la politique brillamment inaugurée par la gauche dans les années 1980, la droite n'a plus aucun scrupule ; grâce à la gauche, elle est « décomplexée ». Mais l'adjectif décomplexé peut aussi s'employer à propos de toute situation : propos décomplexés, attitude décomplexée etc. Une grande victoire de la psychanalyse appliquée.
la plus grande démocratie du monde
l'Inde, selon les journalistes, toujours bien informés. Mais on peut dire au choix : les Étazunis, la Chine, Andorre ou le Lichtenstein (qui sont, pour les deux derniers états, des principautés) ... La notion de démocratie est tellement galvaudée – surtout en Inde justement, et dans le monde entier – qu'elle ne veut plus rien dire.
J'vais vous dire
tic de langage fréquent chez un homme politique quand il va énoncer une énorme connerie bêtise ou un effroyable mensonge. Méfiez-vous !
se dorer la pilule
'dorer la pilule' signifie normalement faire passer une chose désagréable en prenant certaines précautions oratoires pour l'adoucir. Dans la bouche des néo-crétins actuels, signifie bronzer : se (faire) dorer la pilule. Phrase piquée dans un blogue : Le silence est d'or... sauf lorsque le Président dort et se dore tranquillement la pilule au soleil.
droit dans ses bottes
rester inflexible, garder une attitude ferme et déterminée. Provenance : cavalerie ? Réforme des retraites : Sarkozy reste droit dans ses bottes (divers media, sept.-oct. 2010). Pour cela, est-il à l'aise dans ses baskets ?

Un autre exemple ? François Hollande droit dans ses bottes regarde son adversaire droit dans les yeux (Najat Vallaud-Belkacem). Voilà des paroles qui vont droit au but, madame le porte-parole.

Té, encore un exemple, où l'adverbe droit s'accorde au féminin pluriel : On peut tout de même s'interroger sur l'optimisme un peu béat des autorités qui affirment, droites dans leurs bottes, qu'il n'y a pas de danger pour les populations (Groupe scolaire Maurice Docagne point wordpress point com, 26.01.2013).
on l'écoute
(variante : nous l'écoutons
)
le journaliste de télévision invite le téléspectateur à écouter religieusement (et si possible en silence) un personnage public qui va débiter des banalités ou proférer des inepties ou des mensonges éhontés.
enfiler le costume de
le rédacteur talentueux indique par cette expression imagée que quelqu'un a été nommé à un poste, ou que quelqu'un joue un rôle : Il était venu sur le plateau du 20 heures, alors qu'il venait d'enfiler le costume de Président. Les rois sont nus, mais les Présidents (avec une majuscule, ici) enfilent un costume.
s'envoler dans les sondages
le rédacteur inspiré indique par cette expression faisant allusion à l'aviation que tel homme politique ou tel candidat connaît un popularité croissante : Manuel Valls n'en finit pas de s'envoler dans les sondages (M6 Info point fr). A-t-il seulement un brevet pour piloter la France ?
essuyer
C’est fou tout ce que essuie aujoud’hui : un affront, un revers, voire une tempête. Citoyens, faites des provisions de kleenex (pub gratuite).
sans état d'âme
dans une société déshumanisée, il est tout à fait normal, pour les journalistes, que tel individu (un ministre, par exemple) accomplisse telle action « sans état d'âme » (a-t-il seulement une âme ?)
dans tous ses états
à propos de tout et surtout de rien. La coupe du monde dans tous ses états, le français dans tous ses états, la météo dans tous ses états, le chat dans tous ses états, l'État dans tous ses états, etc. etc. etc. (des milliers de pages internet avec Google). Veut normalement dire : être bouleversé (être dans tous ses états), mais semble maintenant signifier quelque chose de vague, peut-être : tout ce qui concerne telle ou telle chose (?).
n'exclure aucune hypothèse
quand la police, à propos d'une affaire criminelle, déclare « n'exclure aucune hypothèse », cela signifie qu'elle avoue ne rien savoir et que l'enquête piétine. Ils ont utilisé une arme de chasse et ont ouvert le feu dans un lieu public avec des possibilités de fuite très réduite [sic]. La PJ n'exclut absolument aucune hypothèse (Le Monde, 22.05.2014). Pour bien montrer que la police patauge dans la semoule, le rédacteur a lourdement insisté : « n'exclut absolument aucune hypothèse ».
faire bouger les lignes
implique l’idée de forcer une défense, ou tout simplement de faire avancer les choses. Cela dit, cette expression est stupide.

Des exemples parmi des milliers : 2012 commence en fanfare avec, enfin, l’arrivée de l’offre de Free qui à nouveau bouge toutes les lignes (de téléphone ?) (The Huffington post point fr, 15.01.2012). Là, le rédacteur utilise l'expression bouge les lignes, au lieu de fait bouger les lignes.

Ou bien : Daniel Ruiz (La Montagne) pense que "s'il est un point sur lequel les lignes ont sans doute bougé, c'est sur l'image d'un François Hollande « taille patron »" (La Dépêche point fr, 03.05.2012). Là, F.H. enfile un costume « taille patron ». En laine lignée ? Voir Enfiler le costume
faire couler beaucoup d'encre
les journalistes de la french TV, qui sans doute n'écrivent plus beaucoup au stylo à encre, emploient souvent cette expression pour indiquer tout type d'événement pas forcément intéressant, mais dont on parle beaucoup dans la presse non seulement écrite, mais aussi parlée et surtout numérique qui, elle, utilise de l'encre virtuelle : Décidément, depuis sa sortie en septembre dernier, Merci pour ce moment a fait couler beaucoup d'encre (Non-stop People).
faire son deuil
les journalistes de la french TV nous le serinent à longueur d'émission. En plus corsé : travail de deuil. Grâce à toi, papa Freud, nous pouvons le faire, ce fameux deuil, à propos de tout : mort d'un proche, perte d'un emploi, etc.
faire (du) sens
avoir du sens, avoir un sens. Cette expression, héritée des Anglo-Américains (to make sense), est prise dans les sens de : donner un sens, c'est clair, c'est logique, c'est sensé, ça a du sens, ça tient debout. Publics de la culture : Savoir réinventer pour faire sens.

Il existerait une expression « faire sens » en français, qui est une vieille expression philosophique ou littéraire, et qui signifierait : être intelligible.
fief électoral
sans doute pour les barons du gaullisme. Mme Yade essaye pour le moment, en vain, de se tailler un fief électoral.
flambée de violence
expression utilisée par les journalistes pour décrire une situation dans une banlieue riante. Vraisemblablement en rapport avec les barbecues-merguez et les voitures incendiées.
flamber
se dit de toute forte hausse des prix. Les prix des loyers flambent. Affirmation plaisante, souvent utilisée par les journalistes : le prix du pétrole (du brut) flambe. Que ne prennent-ils des extincteurs (à poudre) ?
fonctionnaire de police
on dit aussi : flic, keuf, agent, policier, poulet, poulaga, représentant de l'ordre, force de l'ordre... Mais parler de fonctionnaire de police, ça a un côté plus neutre ou valorisant, semble-t-il. Qui se souvient encore des gardiens de la paix, voire des sergents de ville ?
les Français (pensent, croient, espèrent, attendent, jugeront etc.)
tout homme politique chevronné, maîtrisant la langue de bois, se doit de se mettre dans la peau des Français, et de parler et de penser à leur place. D'où cette insupportable fatuité, cette insupportable vacuité du discours politique. A noter que les hommes politiques disent maintenant à tout bout de champ « les Français ceci, les Français cela » ou s'adressent à eux en éructant : « Françaises, Français ! », mais n'utilisent plus jamais le terme de peuple, de citoyens en parlant à eux ou en parlant d'eux.

Ceci est évidemment voulu, il n'y a plus de citoyens responsables, il n'y a plus qu'une entité globale abstraite « les Français », il n'y a qu'un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. On appelle maintenant Français quiconque vit, légalement ou non, sur le territoire français.

Le mot « Français » s'emploie aussi quand il met en scène un personnage public, qui a une certaine audience ou renommée qui s'adresse à ses concitoyens ou parle d'eux : Sous le feu des critiques à la tête de l'équipe de France, Raymond Domenech a décidé de répondre aux Français... Et tu sais ce qu'ils te disent, les Français ?
la France d'en-bas
non pas la France des bas fonds, mais le menu peuple, les petites gens. Antonyme : la France d'en-haut. Voir la France qui se lève tôt.
la France qui se lève tôt
variantes : l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ; métro, boulot, dodo ; travailler plus pour gagner moins (slogan démagogique bien connu).
franchement
tic de langage d'un homme politique bien connu. Chaque fois qu'il prononce cet adverbe, attendez-vous à un gros mensonge ou à une énorme connerie incongruité.
franchir la ligne rouge
il y a plusieurs lignes : la blanche, la jaune et la rouge. Franchir la ligne rouge, c'est dépasser les limites permises : Interrogé sur le point de savoir si Nicolas Sarkozy « a franchi la ligne rouge », son adversaire répond: « Jamais un tel niveau n'avait été atteint » (Le Figaro point fr, divers sites). Les niveaux de ligne rouge sont gradués de zéro à l'infini.

Cette expression est empruntée aux Étazuniens. En France, pays arriéré pour les journalistes et rédacteurs, on parle de ligne blanche.
galère, galérer
toute situation difficile ou pénible est qualifiée de galère. Aujourd'hui, à cause d'un mouvement social, ç'a été une journée galère dans le métro pour les Parisiens. Le génial Cyrano de Bergerac, ainsi que Molière en parlaient déjà : « Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? » Voir Galère.
grincer les dents
toute situation qui défavorise ou porte tort à un personnage est réputée le faire grincer des dents. Du travail en perspective pour les dentistes, – à moins que l'on ait une dent contre eux.
aux quatre coins de l'Hexagone
formulation plaisante ou néo-crétine pour dire : aux quatre coins de la France. Très prisée des journalistes en mal de géométrie non-euclidienne.
himself (herself)
au détour d'une phrase, le journaliste ou le rédacteur placeront un himself (lui-même, soi-même) du plus bel effet, pour faire exotico et cultivé : C'est Daniel Riot himself qui nous supplie d’arrêter de tirer sur bhl (Huffington-Post point fr).
Ou cet autre exemple, assez étonnant : Cela dit, son entrée en matière à propos de l'immigration a même fait tressaillir Marine Le Pen himself (sic ; blogue Ruminances). Voir Himself.
historique (sommet, record, etc.)
« historique » est un adjectif qui désigne tout ce qui est relatif à l'histoire, ou digne d'entrer dans l'histoire. Maintenant, un simple record, qui sera battu le lendemain, est qualifié d'historique. On a l'histoire qu'on mérite. Voir mythique.
partie émergée (visible) de l'iceberg
à en croire les néo-crétins, le monde entier, y compris la terre ferme, serait peuplé d'icebergs. Voilà qui milite contre la prétendue fonte des glaces.
vous n'êtes pas sans ignorer
classique, celui-là (au lieu de : vous n'êtes pas sans savoir).
Ingérence humanitaire
un des plus beaux concepts néo-crétins qui soient, c'est celui de l'ingérence humanitaire, c'est-à-dire le droit de bombarder un pays au nom des droits de l'homme, sous le prétexte de le libérer d'un tyran sanguinaire, – tout cela avec l'aval de l'ONU. Le journaliste ne manquera pas de faire référence au droit d'ingérence humanitaire quand il s'agira de justifier un massacre d'innocents. Exemples : Irak, Serbie, Libye, etc.
dans un instant
une présentatrice à la voix suave dit habituellement dans un instant pour annoncer une émission qui va commencer dix ou quinze minutes plus tard. Le temps d'être emmerdé par les réclames publicitaires, et de rendre notre temps de cerveau disponible pour subir tous les caca cool de la terre.
à l'instar de
cette expression, qui veut dire : 'comme', 'à l'imitation de', 'à la manière de', connaît un grand succès. Peut-être parce qu'il y a le mot star (étoile en angliche) dedans.
interjections d'origine anglo-saxonne
oops (oups), waoo (waouh) ... voir le glossaire. Véritable parasitage verbal, véhiculé par toutes sortes de personnes.
ironie de l'histoire
apparemment pour les journalistes, l'histoire est souvent ironique, et se plaît à présenter le contraire des choses qu'elle entend d'abord montrer. Ironie de l'histoire, le général Ashfaq Kayani, le chef des armées pakistanaises, y avait prononcé il y a quelques semaines un discours triomphaliste, affirmant que le Pakistan «avait brisé les reins aux forces du terrorisme» (à propos de l'exécution d'Oulala ben Saden).
jeter le bébé avec l'eau du bain
on se demande qui a déjà bien pu faire ça (W.C. Fields, peut-être, connu pour détester les enfants ?)
lâcher du lest
le journaliste de la french TV emploie volontiers cette expression pour décrire une situation où on est amené à assouplir ses positions. Ce que l'histoire ne nous dit pas, c'est que souvent l'orthographe de son prompteur note lestement lâcher du leste.
laïcité
nouvelle tarte à la crème, concoctée par le gouvernement pour détourner les citoyens des véritables problèmes. Avec des variantes obsessionnelles : le communautarisme, les « jeunes » et la violence, la bourqa (la bourqa, pourquoi ?) pour camoufler une autre réalité.
le Leader du Monde Libre
le Président des Étazunis. «Yo Blair», s'esclaffe le Leader du Monde Libre à l'adresse de son homme à tout faire (c.-à-d. Tony Blair).
le locataire de l'Élysée (de la Maison Blanche, du 10 Downing street, etc.)
plus chic que de dire le Président de la République (ou le Président des Étazunis – qui siège dans son bureau ovale –, le Premier Ministre anglais). Et puis ça réduit ces grands personnages au rang de simples locataires, comme de vulgaires prolos. Pour le président russe, par contre on dit « le maître du Kremlin ». Il n'est donc pas locataire. Idem pour l'ancien dictateur Saddam Hussein, « le maître de Bagdad », ou pour Kadhafi, le « maître de Tripoli ». On peut également rencontrer – mais en mauvaise part – « le maître de la Maison Blanche » (George Bush le jeune)

On peut aussi trouver : « le chef de la Maison blanche » au lieu du locataire de la Maison blanche : Le chef de la Maison blanche, qui entendait surtout gagner la confiance de l'opinion publique israélienne au cours de ce voyage, s'était rendu dans la matinée sur plusieurs sites symboliques de l'histoire d'Israël (Reuters). Ou bien « le chef du Kremlin » : Lors de son adresse annuelle à la nation, le chef du Kremlin Vladimir Poutine a lancé un appel à l'unité, tout en attaquant Ankara (A.F.P.).

Et puis aussi un ministre peut être locataire du bâtiment qui abrite son ministère : «Les solutions d'intégration ne peuvent concerner que quelques familles» de Roms, avait déclaré le locataire de la Place-Beauvau, mardi sur France Inter (Le Parisien point fr, 26.09.2013). Noter « la Place-Beauvau » au lieu de « la place Beauvau ».
c'est du lourd
à une époque où tout tourne autour de l'allégé, du light, le chroniqueur ou le présentateur n'hésiteront pas à dire à propos d'une affaire, d'une situation : c'est du lourd pour dire c'est du solide ou c'est du sérieux. Variante : qui pèse, comme dans cet exemple relevé dans une page internet : Il y a des lecteurs et des éditeurs du Monde papier, pour qui BHL est un nom respecté et un penseur qui pèse. C'est vrai que sa lecture est pesante.
mais bon ...
expression qui sert à conclure ou à enchaîner, mais avec un sentiment de doute, de réticence, de concession. Je sais que Borloo a appelé Dati, qui s'est confondue en excuses. Mais bon, elle l'avait dit (qu'il sentait des pieds). Notons au passage qu'un ministre de l'écologie qui sent des pieds, ça fait désordre.
le maître de ...
Il ne s'agit plus, comme plus haut, d'un honorable locataire d'un palais d'État, mais l'expression est utilisée par les journalistes, dont le niveau d'inventivité étonnera toujours, quand il s'agit de nommer un chef d'État dont les méthodes de gouvernement semblent, aux yeux de ces journalistes, proches de la dictature : le maître de Bagdad (en parlant de Saddham Hussein), le maître du Kremlin (en parlant d'Eltsine, puis de Medviédiev, puis de Poutine et de tous ses prédécesseurs et successeurs).
la majorité silencieuse
les 60 % de gens qui ne votent pas, parce qu'ils en ont marre de la politique-spectacle et des vraies-fausses promesses.
à ne pas manquer
spectacle, rencontre sportive, émission de télé, etc. Immanquable, ce cliché !
marathon électoral
les hommes politiques sont de grands sportifs, et accomplissent en période électorale un véritable marathon en parcourant 42,195 km, soit la distance entre Paris et Breuillet, près de Dourdan (Essonne). Attention, cependant, à un malaise vagal. Titre lu sur le site de BFM-Télé : François Hollande : visite marathon au Salon de l’agriculture. Sans blâââgue !? Il a parcouru 42 km ? Tout ça ne vaut pas une course en pédalo.
le marché du siècle
un marché que diverses nations (dont la France, et aussi les Étazunis) remportent plusieurs fois par an. C'est donc un marché fort juteux.
la marge de manœuvre
étroite, limitée au départ, mais elle ne cesse de se rétrécir continuellement comme une peau de chagrin : elle passe à infime, inexistante, etc. Nos stratèges vont bientôt danser sur place. J'ai voté pour un homme. La marge de manœuvre est étroite, et c'est quand cette marge est étroite qu'on voit le chef d'Etat. (Jacques Weber)
marronniers
arbres aux multiples ramifications qui poussent dans les journaux télévisés et dans les colonnes de vos magazines préférés. Au contraire des arbres de la nature, ils donnent des fruits en toutes saisons : la rentrée des classes, bien sûr ; les régimes amaigrissants à l'approche de l'été ; le bac et les affres des potaches en juin-juillet ; la plage, le soleil et la drague en été ; chaque automne le beaujolais nouveau qui n'en finit pas d'être nouveau ; les vieilles idées originales de repas de fête (foie gras - saumon fumé - champagne) ou de cadeaux pour Noël ou le Nouvel an, etc.
au mauvais endroit au mauvais moment
expression sans doute reprise des Anglo-Américains, et qui signifie qu'on n'a pas de chance, qu'on est victime des circonstances. Un peu comme : c'était le destin, c'était fatal, mektoub. On entend souvent cette expression dans les feuilletons (séries) étazuniens quand il s'agit de « justifier » un fait divers malheureux. Ne croyant plus aux coïncidences, Brolin est à présent convaincu que Fleitcher a bien été assassiné, se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment.
la Mecque de
le haut-lieu de, la capitale de ... Un journaliste écrivit ainsi : Paris est la Mecque des plaisirs de la nuit. Mektoub ! Et cet autre titre, hallucinatoirement anachronique : Au cours de ce siècle, Palenque devient la Mecque religieuse par excellence (Americas-fr point com). Palenque, l'ancienne B'akaal, est une cité maya fondée au IVe siècle (soit bien avant l'hégire), sous son premier Seigneur, K'uk B'alam. Noter le pléonasme : Mecque religieuse. Peut-être est-ce en relation avec l'accroissement de la population musulmane en France... Voir Le pape de.
à demain, même heure...
tic de langage d'un(e) journaliste concluant une émission : Bonsoir à tous, et à demain, même heure. Il n'y a qu'un hic : comme c'est la fin de l'émission, “ même heure ” signifie l'heure de la fin de l'émission. Les journalistes n'ont aucune logique temporelle.
mesure-phare
se dit de toute mesure prise par un gouvernement en place pour mener les citoyens en bateau ; les autres mesures ne comptent pas, ou ne sont que des mesurettes.
au milieu de nulle part
pour dire tout simplement quelque part, ou dans un endroit perdu. Mais « au milieu de nulle part » est beaucoup plus précis : c'est très exactement au milieu de quelque part.
montée en puissance
pour dire que quelque chose prend de l'importance. « Monsieur Samaranch est celui qui a favorisé la montée en puissance de l’olympisme ». Quant à la montée en impuissance, cela doit signifier l'andropause.
mythique
(variante : de légende, légendaire)
ne signifie plus : qui a rapport à un mythe, mais fameux, renommé, extraordinaire. Un but mythique, une équipe mythique. Peut simplement être rendu par 'célèbre' : On se rappelle ainsi la phrase mythique de Bak au Baron “Je n’ai pas le plaisir de vous connaître”.
C'est dans ce sens qu'un site de rencontre s'appelle Meat-ic (parce qu'on y trouve de la chair fraîche ?). Voir aussi le néo-adjectif culte, à peu près dans le même registre. Le culte, le mythe, tout cela – c'est assez irrationnel. 
être pris en otage(s)
dans la bouche des journalistes de la french TV : subir une situation désagréable, sans pouvoir réagir. S'emploie surtout à propos des grèves. Voir Otage.
outre-Quiévrain
Quiévrain est une commune à la frontière franco-belge. L'outre-Quiévrain désigne la terra incognita au-delà de cette frontière, et qui marque en général la Belgique pour les journalistes français qui ont de la culture. Pour les Belges, – créateurs de l'expression –, l'outre-Quiévrain désigne la France. C'est une histoire belge, deux fois ?
le pape de ...
n'importe quel individu ayant une autorité indiscutée. Récemment, Juan Antonio Samaranch a cassé sa pipe. Et en y prêtant attention, la disparition du pape de l'olympisme n'arrache aucun sanglot. Mais il est vrai que c'était un pape pas très catholique. Notre époque abonde en papes divers : le pape de la musique électro-acoustique (Stockhausen), le pape de la grippe A (le Pr Albert Osterhaus), le pape de la cuisine (Paul Bocuse), « le pape de la littérature française » (François Nourissier), etc.

Féminin : papesse. Séjournant dans un hôtel cinq étoiles, la papesse du talk-show [Oprah Winfrey] s'est dit qu'elle allait faire un peu de shopping et y bénéficier d'un accueil aussi agréable que dans son palace. Voir La Mecque de.
« partenaires » sociaux
adversaires sociaux. Les syndicats et le patronat sont des partenaires sociaux, c'est-à-dire qu'ils sont perpétuellement en conflit. Néo-langue politico-sociale.
la patrie (le pays) des droits de l'homme
qu'on appelle aussi la France. Mais « patrie des droits de l'homme », ça la fiche quand même mieux, surtout dans un pays où on se fiche totalement des citoyens.
un pavé dans la mare
les journalistes emploient cette expression à propos de tout ce qui dérange une situation bien tranquille, qui fait des remous, ou qui fait des vagues... Les Japonais disent plus poétiquement : « Une vieille mare – Une grenouille plonge – Bruit de l'eau ».
Je ne pense qu'au bien des Français
phrase que prononce tout homme politique bien exercé. Il n'y a qu'une erreur : le mot « bien » est au pluriel, de telle sorte qu'il faut comprendre : Je ne pense qu'aux biens des Français.
y’a pas photo !
(voir Y’a pas photo !). Emprunté au vocabulaire hippique. L'on est étonné de ne pas entendre : y'a pas vidéo ! puisque maintenant tout est filmé.
pile poil
expression à la fois militaire (pile) et argotique (au poil). Il est arrivé pile poil (exactement à l'heure, à l'heure pile, juste quand il fallait).
c'est la porte ouverte à ...
pour les journalistes, il y a toujours une porte ouverte à des tas de choses (à tous les abus, à toutes les suppositions ...) Attention aux courants d'air !
le pot de terre contre le pot de fer
une vaillante petite équipe de fouteballe rencontre une équipe de première division, et c'est pour nos héroïques chroniqueurs sportifs (qui ne payent jamais les pots cassés) la lutte du pot de terre contre contre le pot de fer.
avoir le vent en poupe
Beaucoup de journalistes emploient ce cliché quand on est dans une situation très favorable, quand on réussit ce qu'on entreprend. La pêche au poulpe a le vent en poupe, roman d'Océane Lemarinier. Voir figure de proue.
figure de proue
se dit au figuré de toute personne mise en avant, mise en relief. Beaucoup de figures de proue ont le vent en poupe.
C'est une excellente question, et je vous remercie de me l'avoir posée
là, le politicien avoue qu'il ne sait pas répondre à la question, et il va répondre à côté.
il faut savoir raison garder
il faut garder la tête froide. Raison = froid ; tort = chaud. Les gens du Nord ont donc toujours raison.
être (ne pas être) au rendez-vous
parfois la chance (ou toute autre chose, toute autre situation) est au rendez-vous, parfois elle pose un lapin. Match France-Chine : les résultats ne sont pas au rendez-vous. Ou bien : « Economie : Juan Somavia : "l'emploi doit être au rendez-vous de la reprise" ».
renouer avec le succès
au cas où le succès aurait perfidement dénouer les liens avec tel ou tel personnage.
vous savez, (Patrick Pougeadas, Florence Mazerati...)
tic de langage d'homme politique apostrophant un(e) journaliste. Suggère au passage que le (la) journaliste en question ne sait pas de quoi il (elle) parle.
scénario catastrophe
« hypothèse très négative ». Beaucoup de journalistes et de prévisionnistes imaginent des scénarios catastrophes à n'en plus finir : fonte des glaces, submergeant Paris et la France ; réchauffement planétaire qui nous ferait bouillir le cerveau ; attentats nucléaires qui anéantiraient des villes entières et même quelques villages. Les producteurs de « séries B » étazuniennes sont très friands de ces scénarios, qui sont une catastrophe pour l'intelligence.
silence assourdissant
ça fait très bien dans une phrase pour stigmatiser une personne ou un groupe qui n'élève pas la voix plus haut que la pensée. On rencontre parfois silence étourdissant.
y'a pas d'souci
il n'y a pas de problème, tout va bien, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes... Emploi très agaçant, surtout dans la bouche de ma fleuriste.
table ronde
pour éviter les problèmes de préséance, le nombre des tables rondes ne cesse d'augmenter pour tout type de réunions, voire pour de simples parlottes entre de vagues experts. Il est temps de passer aux tables carrées ou rectangulaires ; Nikéa est intéressé (tables à quatre pieds et à la viande de cheval, et qui peuvent galoper toutes seules).
se tailler la part du lion
se dit de la personne, du pays etc. qui tire le plus d'avantages d'une situation. Mais il serait plus exact de dire de certaines personnes ou de certains pays qu'ils se taillent la part de la hyène.
tarte à la crème
figure littéraire qui consiste à lancer des expressions ou phrases creuses (qui peuvent être remplies de crème) à la tête de l'interlocuteur. La dégoulinade verbale qui en découle est souvent du plus bel effet. « Le développement durable est devenu une véritable tarte à la crème » – sans doute faite avec des produits 'durables'.
temps forts
ou moments importants. Le journaliste proposera toujours au spectateur ébahi de revoir les temps forts d'un discours, d'un spectacle, d'un voyage d'une célébrité, etc. Ladite célébrité envoie-t-elle un signal fort à ces moments-là ?
tirer à boulets rouges
les journalistes emploient cette expression de bataille navale pour qualifier des attaques très dures contre quelque chose ou quelqu'un. Tirer à boulets bleus ou boulets blancs ne se fait pas, ni même à boulets bleu-blanc-rouge, pourtant très patriotiques. Les Étazuniens ont, eux, des missiles « Patriot ».
tirer les conséquences
avant on tirait les conclusions. Exemple : Dans un autre registre [...], Bruno Roger-Petit nous rappelait qu’il ne fallait pas oublier d’en tirer les conséquences. Autre exemple : C'est désormais à la Justice d'en tirer les conséquences en toute indépendance (communiqué de l'Élysée à propos de l'affaire Cahuzac). Cet emploi est inconséquent (contraire à la logique).
tirer les marrons du feu
dans le sens de : profiter d'une situation risquée, ou tirer son épingle du jeu (expression qui a dû contaminer l'expression précédente) Emploi à contresens, car normalement tirer les marrons du feu signifie prendre des risques au profit de quelqu'un d'autre. Entendu à la french TV : « Nous serons les seuls à tirer nos marrons du feu ». Voilà qui est marrant.
sur la touche
expression issue encore une fois du vocabulaire du sport. En un temps où l'on déprécie la tête au profit des jambes, être sur la touche veut dire être mis à l'écart, être exclu. Comme déjà signalé, pour les journalistes la vie (politique, sociale...) se résume à une immense partie de fouteballe.
(pris) dans la tourmente
quand quelqu'un est victime d'une situation difficile, dramatique, sans issue apparente, les journalistes décrètent que cette personne est prise dans la tourmente (des événements, de la crise économique, etc.) Plus plaisamment, les mêmes journalistes disent de cette personne qu'elle est dans l'œil du cyclone (ce qui signifie exactement le contraire).
attendre au tournant
surveiller quelqu'un, pour voir s'il trébuchera, s'il commettra une faute. Signifie aussi une surprise, pas toujours agréable. Pas étonnant quand on parcourt un chemin semé d'embûches. L'UMP attend François Hollande au tournant...
tourner la page
il faut tourner la page, Untel a tourné la page sur son passé, etc. Pour les journalistes – c'est à peine croyable à cause de leur inculture proverbiale –, la vie est un livre (le Livre des destinées du monde aux Éditions de Minuit), dont chaque page reste à écrire. Vladimir Poutine appelle la Pologne à tourner la page de la seconde guerre mondiale.
tout à fait
souvent répété : Tout à fait, (mon cher X...), tout à fait ! Synonyme de oui, trop compliqué à dire pour les neurones des néo-crétins.
tragique (fait divers, accident, mort...)
c'est une manie de journaliste que d'adjoindre l'adjectif « tragique » à un événement considéré comme malheureux. Fait-divers tragique près de Saint-Omer. Un chauffeur a heurté deux piétons ce dimanche soir. Il serait étonnant que ce type d'événement soit qualifié de « comique » : Mort comique d'une actrice dans sa piscine.
comme une traînée de poudre (se répandre ~)
tic très courant chez les journalistes et nombre de personnes. Ce genre d'arnaque est particulièrement courant sur Farcebook, et a tendance à se répandre comme une trainée de poudre. Ou : La rumeur s'est propagée comme une traînée de poudre... Il faut évidemment comprendre : comme le feu dans une traînée de poudre. Loteur se demande en effet comment une traînée de poudre seule peut se répandre.
sans transition
tic de langage de journaliste qui ne sait pas présenter les informations.
avoir le trouillomètre à zéro
le trouillomètre est un instrument de mesure de la trouille. Il est gradué de -100 (valeur minimum) à 0 (valeur maximum). Avoir le trouillomètre à zéro, c'est donc éprouver le comble de la peur. Exemple unique d'appareil de mesure où le zéro représente la valeur maximale.
vent de panique
souffle toujours sur les marchés boursiers, qui s'affolent facilement, surtout depuis la prétendue vraie-fausse crise de 2007-2008 (qui continue encore en 2012, puis en 2013, puis en 2014, puis en 2015). Les banquiers sont de véritables girouettes, à la merci du moindre vent, – ce qui ne les empêchent pas de faire du profit sur le dos de leurs clients.
vide juridique
espèce de trou dans le droit français, dans lequel les hommes politiques, et surtout les journalistes tombent souvent. Le vide juridique n'existe pas, mais c'est une commodité de langage pour traduire une situation exceptionnelle, de « non-droit », ou pour désigner un « espace de liberté ». Le droit français, comme la nature, a horreur du vide.
la ville lumière
ville parfois appelée Paris (France). Depuis les mesures d'économie de l'énergie, préconisées ou plutôt imposées par la secte écologique, Paris est devenu la ville demi-lumière.

Pour Rome, les journalistes parleront de la Ville Éternelle, Marseille sera la Cité phocéenne, Toulouse la Ville rose, etc. Les rédacteurs imbus d'américanisme diront volontiers la Grosse Pomme pour New York.
d’une rare violence
se dit en général des orages qui ravagent des vignes ou des récoltes. On parle beaucoup moins souvent d'orages d'une rare douceur.
passer à la vitesse supérieure
vrai-faux
(passeport, etc.) Depuis un article sur Ch. Pasqua, paru dans Le Monde en 1986, c’est devenu un classique à propos de tout et de rien. Même loteur l'emploie !
 
 
 
 
 
 
 
 
A lire
Dictionnaire des clichés littéraires, d'Hervé Laroche










(1) Cette rue se trouve en pleine France, un peu partout à la fois.    


(2) Désormais, dans les concours de l'administration, la culture générale est remplacée par le bon sens qui, comme la connerie bêtise, est la chose du monde le mieux partagée.    




A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Я
  Chiffres   Signes   Le sport