---------- La lettre C (2ème partie) (B) --------------------
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Я
Signes   Chiffres   Clichés   Le sport      






« L'anglais, ce n'est jamais que du français mal prononcé. »

« La vie m'a appris qu'il y a deux choses dont on peut très bien se passer :
la présidence de la République et la prostate
. »
Georges CLEMENCEAU

« D'incolores idées vertes dorment furieusement »
Noam CHOMSKY

« Toucher au sens des mots, c'est attenter à l'ordre du monde. »
CONFUCIUS

« Ma patrie, c'est la langue française »
Albert CAMUS

« J'utilise l'allemand quand je parle avec mon cheval, je converse en français avec les hommes,
je parle en italien avec les femmes, et je réserve l'espagnol pour parler à Dieu.
»
CHARLES Quint







Colocation (néologisme) : les différents dictionnaires connaissent le mot collocation, avec deux   : action de poser, de placer, mais ignorent la colocation, qui est le substantif correspondant à colocataire. Les media parlent maintenant de colocation intergénérationnelle (sic, co-location avec des personnes d'âges différents), de colocation étudiante (resic, location à deux ou plusieurs étudiants ; emploi adjectival d'un substantif). Loteur, qui est un indécrottable rétrograde, s'obstine à écrire ce néologisme 'co-location', avec un trait d'union.

Colocataire, en abrégé : coloc' (avec l'apostrophe du coiffeur, comme le dit drôlement Le petit Champignacien illustré) : La coloc' idéale à moindre coût. Ou bien : Kyan y joue le rôle d'un loser adorable qui drague, qui glande, qui cherche un job, qui essaye de jouer de la guitare, qui a un coloc'. Oralement, on pourrait comprendre : colloque. Les rédacteurs néo-crétins anglo-saxonnisent leur style à tour de bras.

Étymologie : colocation, formé de co- : avec, + location, du latin locatio, -nis : disposition, arrangement, location, louage, venant du verbe loco, locatum, locare : placer, disposer, donner à louer. La forme normale serait 'collocation', mais ce mot est déjà employé, et dans un autre sens. D'où sans doute la forme tronquée colocation, sentie comme co-location.

Colonie, colonial : ouhlala ! vous êtes tout de suite taxé(e) de racisme si vous employez ces mots. Les Noirs et les Arabes, qui ont pourtant de forts penchants esclavagistes, ne vous pardonneront pas si vous parlez de la France coloniale ou si vous avez vécu dans les anciennes colonies. Un président algérien (voir plus haut Collaborateur) ne manque pas d'accuser férocement la France pour la colonisation de son pays, mais vient se faire soigner gratuitement en métropole pour profiter des bienfaits de la mère ‘colonisatrice’. Il devrait plutôt remercier la France d'avoir étendu si loin les frontières de l'Algérie pour récolter la manne du pétrole.

Il en est de même de nombreux et anciens habitants des ‘colonies’, qui ne demandent qu'à profiter largement des bienfaits de la civilisation.

Chose curieuse, on ne demande pas de devoir de repentance, on ne songe même pas à reprocher à la Chine ses colonisations (Tibet), ni à la Turquie qui postule pour l'Europe et qui a colonisé pendant de nombreux siècles la Bulgarie (5), ni à l'Angleterre ses colonisations brutales en Afrique. Pourquoi alors le terme de colons ne semble-t-il s'appliquer péjorativement qu'aux Français ? Tandis qu'un occupant juif de territoires de Cisjordanie est nommé colon sans que cela fasse sourciller qui que ce soit.

A signaler que coloniser ne signifie pas envahir ni occuper des territoires pour les exploiter (c'est le fait du colonialisme), mais c'est implanter des colons pour cultiver la terre ou mettre en valeur des richesses.

Actuellement, il semble qu'on se trompe de colonisateur. Qui, en effet, sont les colonisés ? Qui, en effet, sont les colonisateurs ? (voir plus bas)

Étymologie : du verbe latin colo, colere : cultiver, soigner, habiter. La colonia, c'était une terre, une propriété rurale, puis une colonie au sens où on l'entendait avant la décolonisation.

Colonisalisation : c'est le grand reproche que lancent certaines nations envers la France et les nations européennes, quand il s'agit de régler un compte avec elles. La France ne saurait qu'avoir un passé de colonisation honteux. C'est ainsi qu'un ministre turc des Affaires étrangères, réagissant aux propos d'un chef d'État français sur le génocide arménien, a en octobre 2011 déclaré que ce n'était pas à la France, avec plusieurs siècles de colonisation (sic) de donner des leçon de morale. La France a été un empire colonial en gros entre la moitiés du XIXe siècle et la moitiés du XXe siècle, où commença la « décolonisation » (). Ce qui ne fait pas plusieurs siècles, mais à peine plus d'un siècle. C'est ensuite faire bon marché des violences qu'ont exercées les Turcs non seulement contre les Arméniens, mais également contre nombre de peuples près de la Turquie, dont les Bulgares, qui ont subi pendant plusieurs siècles (véritables, ceux-là) le joug ottoman. Lire à ce propos le chef-d'œuvre de l'écrivan bulgare Ivan Vazof Sous le joug.

() On distingue en fait deux colonisations : la Première colonisation à partir du XVIe siècle jusqu'à la Révolution, où furent colonisés le Canada, cinq comptoirs des Indes et certaines îles (Antilles) ; la Deuxième colonisation (Afrique, Asie, Océanie) de 1830 pour s'achever à la Décolonisation (à partir de 1958).

Mais il existe maintenant deux autres formes de colonisation :

1. celle exercée par les pays du Sud, principalement des pays africains, avec un invasion massive de ressortissants noirs et maghrébins, apportant leurs coutumes et traditions, et le monothéisme islamique. C'est en quelque sorte une contre-colonisation ;

2. celle qui est perpétrée par les Anglo-Saxons, à savoir le fait d'imposer leurs normes et l'anglais un peu partout (commerce, industrie, diplomatie, informatique, musique). C'est aussi une colonisation massive du langage et de la pensée. Et là, pas d'acte de repentance de leur part.

Ces deux formes de colonisation semblent les fléaux les plus dangereux pour l'Europe du XXIe siècle.

Étymologie : voir rubrique précédente.

Colorectal (médecine) : on a coutume de dire que les journalistes en particulier, et les Français en général, n'aiment pas les mots de plus de trois syllabes. Pourquoi ? Un exemple nous est généreusement donné par une réclame (pub) récente (2012) à la télévision. On voit deux personnes dans un jeu du type Les chiffres et les lettres, et s'affichent en clair les lettres composant le mot colorectal. Les candidats ne savent pas composer un mot à partir de colorectal, et ne proposent que « coloré ». Une voix "off" déclare alors : Oui, le mot est difficile à dire, mais le test est facile à faire ... Cet adjectif, colorectal, ne fait que quatre syllabes, et c'est déjà difficile à dire Nos facultés intellectuelles diminueraient-elles ? Ou penserait-on désormais avec le cul ?


Étymologie : colorectal, mot formé de côlon + rectal (cancer du côlon). L'adjectif 'colorectal' est inconnu de la plupart des dictionnaires. Colo-, emprunt au latin colon ou colum : membre ou partie de quelque chose ; employé en médecine pour désigner une partie de l'intestin. Venant du grec
κω̃λον (kôlon) de même sens.

Rectal, adjectif formé sur rectum, abrégé de rectum instestinum : intestin droit, le rectum ayant une forme droite. Adjectif latin rectus, recta, rectum : droit.

Coloriser (barbarisme) : terme de cinéma signifiant simplement colorier. Coloriser un film. Sempiternel emprunt à l'anglo-saxon (to colorize). Nous allons apprendre ici à coloriser une image initialement en noir et blanc. Ou bien : De magnifiques films en noir et blanc on été colorisés au point d'enlever toute la force donnée par le réalisateur par l'effet des ombres, clair obscur etc.

Substantif : colorisation (coloriage). Comme je vous l'avais promis, voici un petit tutorial de colorisation simple avec photoshop.

Étymologie : coloriser, verbe fait d'après le latin color, -ris : couleur, qui se rattacherait au verbe celo; celare : cacher, céler. La couleur, au départ, servirait à cacher ou maquiller la surface de quelque chose.

Colunch (néo-barbarisme, néo-anglicisme, prononciation proposée koleuntch (?) ) : dans le Musée des Horreurs viennent d'apparaître le mot colunch, avec ses exquis dérivés coluncher, colunching et coluncheur, – souvent écrit coluncher –, de sorte qu'on ne peut faire la différence entre le verbe sous forme française et le substantif sous forme anglaise. Coluncher doit vouloir dire : manger avec quelqu'un (ami, collègue, inconnu) dans un restaurant ou une cantine avec des internautes. « Co-manger » (commanger), en quelque sorte. Et le colunch serait un repas convivial entre internautes. Il est très ennuyeux que, quand on créé des néologismes, ce soit l'anglais qu'on utilise, – surtout en matière de bouffe. On ne sait donc plus créer de mots en français ? Le Colunching est la table d'hôte version 2.0 (sic), le croisement idéal de la colocation et du déjeuner, un mixte (un mix ?) de partage et de rencontres inattendues autour d'une bonne table ! C'est le concept du réseau social enfin appliqué au déjeuner ! Précision d'une organisatrice : A ce jour, les tables sont composées à 60% de femmes et 40% d'hommes. Messieurs restez calme (sic), "Le site n'a pas pour segment celui du dating" précise bien Sonia Zannad (= « le site n'est pas un site rencontres » ou « Le site n'a pas pour but d'être un site de rencontres », en vieux français).


COlunching à Les Buttes Chaumont. Ah ah !

Étymologie : co-, du latin cum :avec, + lunch (prononcer lʌnʧ), abréviation de luncheon. Etymonline : 1817 the only definition of lunch in Webster's is "a large piece of food." (une grande quantité de nourriture). Merriam Webster : a usually light meal (repas léger ou collation). Vieil anglais dialectal lunch : gros morceau. Il est étonnant qu'on passe d'un « gros morceau » à un « repas léger ». La lourdeur de la gastronomie anglaise, sans doute.

Com ou com' : abréviation de commentaire, ou de communication, une des techniques essentielles de la manipulation mentale moderne (M.M.M.). Voir Communiquer.

Combientième (barbarisme) : entendu à la radio, de la bouche d'une journaliste qui interrogeait un peintre : « C'est le combientième salon que vous faites ? ». C'est la combientième ânerie que cette « journaliste » débite à la radio ? Et si le peintre n'avait tenu aucun salon (zéro salon, en patois néo-crétin), ce serait le zérotième (?) salon ?

Il existe bien l'adjectif « quantième », qui désigne le rang ou l'ordre numérique dans une série de nombres – exprimant surtout la durée. On ne l'emploie plus que pour signifier le jour du mois : J'ai reçu ce mois-ci une proposition intéressante, mais je ne sais plus quel quantième. Dans cet emploi, il est plutôt littéraire ou vieilli.

Origine : combientième, dérivé de combien ; de l'ancien français com (= comme) + bien.

Come-back (ou come back, ou comeback = retour, anglicisme, prononcer kʌm bæk) : terme anglo-saxon signifiant tout simplement ‘retour’, parfois avec une nuance particulière : avec des forces accrues, avec de nouveaux projets etc... Musique : le groupe ‘Police’ fait son come back. Le come back est la spécialité de chanteurs faisant chaque année leurs adieux définitifs à la scène. Titre d'un article web : Une mode qui fait son come-back (il s'agit ici de la barbe).

Origine : de l'anglais comeback : "recovery, return to former position or condition after retirement or loss".

Comics (anglicisme, prononcer kɒmiks) : dans la langue des néo-crétins, ce terme est devenu synonyme de bande dessinée ou B.D. Un héros de comics. Ça en devient presque comique.

Étymologie : de l'anglo-américain comics. Dérivé du français comique, venant du latin comicus : qui a rapport au théâtre, à la comédie. Comicus vient du dieu Comus, dieu de la joie et de la bonne chère, qui présidait aux festins, aux danses nocturnes et au libertinage. Beaucoup de B.D. n'ont plus rien à voir avec ce dieu.

Coming out (anglicisme, prononcer kʌmɪŋ aʊt) : aveu, révélation, terme par lequel on désigne plus spécialement un homosexuel qui révèle son homosexualité. [...] certains jeunes homosexuel(le)s se posent la question du ‘coming out’ c'est-à-dire d'informer leur entourage de leur préférence affective et sexuelle. Ou bien : Même si son homosexualité n'est un secret pour personne à Hollywood, la star ayant fait son coming-out auprès de ses proches et de ses collaborateurs par le passé, elle n'y avait jusque-là jamais fait directement référence en public. Faire référence ? Cette expression signifie normalement 'évoquer au moyen d'une mention ou d'une référence'. Faire allusion, peut-être ?

Ce terme peut aussi s'appliquer en politique, où des gens connus pour être de gauche révèlent soudainement et publiquement qu'ils ont une vision de droite de la société, sans qu'il n'y ait la moindre tentation de pouvoir ni d'appât du gain. Non, c'est tout simplement du pragmatisme politique. Exemple : Le récent coming out du Dr Kouchenlair... qui s'est trouvé des affinités avec la droite, au point d'accepter un poste de ministre dans le gouvernement Sarkozy, alors qu'il est de gauche, ce qui ne l'a pas empêché – de son propre aveu – de voter à gauche pour l'élection présidentielle de 2012.

Origine : idiotisme anglais : to come out as gay (or lesbian) : déclarer son homosexualité.

Commandante : femme qui a le grade de commandant. La commandante n'arrivera pourtant pas à nouer un lien de confiance avec la future première dame. On peut admettre cette féminisation, pas trop choquante à l'oreille ; mais par contre le pseudo-titre de première dame est choquant et lassant.

Trouvé dans lexpress point fr : Cette commandante de police que Trierweiler a fait virer. [...] Une commissaire de police du SHPH (Service de protection des hautes personnalités) se tient à son côté. Elle est chargée d'assurer sa protection. Dans un autre paragraphe, elle est simplement appelée 'policière'. On appréciera d'une part au passage l'expression a fait virer au lieu de l'expression plus élégante 'remercier'. D'autre part, la fonctionnaire de police est appelée 'commandante' dans le titre, 'commissaire' dans le paragraphe suivant. Vérification faite dans Wikipédia : le grade de commissaire est au-dessus de celui de commandant dans la hiérarchie de la police. Enfin le sigle S.H.P.H. a été rendu par « Service de protection des hautes personnalités », alors qu'il aurait été plus logique d'utiliser le sigle S.P.H.P. Vérification faite : c'est bien S.P.H.P. qui est le sigle du service. Conclusion : en quelques lignes il y a une telle accumulation d'erreurs ou d'approximations qu'il est difficile de faire confiance à la gent pisse-copie.


Le commandant appartient au corps de commandement, tandis que le commissaire
appartient au corps de conception et de direction. Source : Wikipédia.

Étymologie : commandant, dérivé du verbe commander, du latin cum : avec, et mandare : mander, ordonner.

Commandes (être aux ~ de) : qui a la direction de, qui dirige, qui commande, qui préside. Cette location concerne la commande d'engins, de véhicules, de machines, de groupes humains. Mais quel sens donner à cette phrase relevée dans pure people point com : Mort de Jean-Luc Delarue: Sophie Davant, émue, aux commandes de son hommage télé ? Aux commandes de son hommage : qui présente son hommage ? Ensuite, d'après l'article, ce n'est pas S. Davant qui a pris les commandes de l'émission, mais elle a été proposée par la direction dans un deuxième choix. Enfin, qu'une femme fasse ou rende hommage, c'est quelque peu paradoxal, – même si l'expression « rendre hommage » est une expression figée. Autre exemple, bizarroïde lui aussi : Pendant près de cinquante années, des chercheurs se sont succédés aux commandes d’une longue étude consacrée à l’alimentation. « Aux commandes d'une étude » : pour diriger une étude ?

Étymologie : voir rubrique précédente.

Comme : de plus en plus utilisé de façon explétive : « il s'est trouvé un emploi comme vendeur » ('il a trouvé un emploi de vendeur' suffit amplement).

Étymologie : du latin quomodo, composé de quo et modo : de la façon que, en quelle façon. Espagnol cómo.

Comme même : signalée à titre anecdotique l'expression comme même qui, dans la bouche de certains lettrés (surtout jeunes) tend à remplacer 'quand même' : A part ça la vie est belle comme même car je suis encore en bon état. Le même, en pire : okay les intouchables ct un gros navet mais y'avais comem des moments droles. Comme quoi le français, lui, n'est pas intouchable.

Comme quoi : disant que, spécifiant que, précisant que (français populaire ou négligé) : J'ai reçu une lettre comme quoi ma ligne était bonne.

Comme si que : expression souvent utilisée par les enfants et les ignorants dans le sens de 'comme si'. C'est comme si qu'il pleuvait

Comment : adverbe de manière, employé dans le style direct ou indirect. Comment vas-tu ? Je ne sais comment ça se fait. On observe depuis un certain temps, chez les néo-rédacteurs imprégnés de style anglo-américain, le fait de mettre une préposition devant cet adverbe, ce qui produit un très bon style charabiatesque. L'enquête [...] avait permis de rassembler de "très bons éléments", qui, "nous l'espérons, permettra de peindre une image complète de comment et surtout pourquoi cela s'est produit". « Pour savoir comment » serait dans doute trop long à écrire. Les guillemets étazuniens " ... " sont, bien sûr, dans l'original.

Étymologie : comment, venant du latin quomodo (de quelle façon) ; quomodo → comme, avec suffixe -ment.

Comment(s) (anglicisme, prononcer kɒment(s) ) : on voit souvent dans les forums des formules comme : 30 comments, 171 comments. Il ne s'agit évidemment pas du pluriel du mot comment, qui est un adverbe, et donc invariable, mais c'est le mot anglais comment (commentaire) repris tel quel par les flemmards d'informaticiens et de blogueurs qui reprennent directement les mots anglo-saxons. L'on n'est donc pas étonné de trouver des phrases comme Leave a comment au lieu de laisser, écrire, rédiger un commentaire, sur des blogues ou des forums français (français ?).

Semble avoir comme abrégé com (masculin), comme dans ces exemples : Je ne pense pas que mon com restera car en conclusion, je leur rappelle qu'il est dommage que leurs mères ne les aient pas trucidées avant. Ou bien : tout d'abord mon com etait un peu humoristique. Ou encore : Je ne parlais pas du classement de mon blog pour me vanter, juste pour illustrer la capacité qu'ont les gens à parler de ce qu'ils ne connaissent pas. Relisez mon com. Ben, mon con ! comme disent les méridionaux. La grahie 'comm' peut également se rencontrer : Je répond (sic) en partie à votre comm en répondant ci-dessous à Axel. Langage de forumeurs.

Étymologie : comment en anglais, commentaire en français viennent du latin commentarium : recueil de notes, mémoire, compte rendu. La racine est mens, mentis : l'esprit.

Comment (anglicisme) : voir No comment.

Comment (sur ~) : voir Sur comment.

Commerce équitable : néo-crétinisme mondialiste signifiant : échange de biens et de services entre des pays dits développés et des producteurs dans des pays dits en voie de développement. C'est une sorte de capitalisme à bonne conscience.

Définition trouvée sur http://www.artisansdumonde.org (c'est loteur qui graisse) :

« C'est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l'objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable (= pillage autorisé de la planète) en offrant de meilleurs (sic) conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète » .

L'adjectif équitable peut être pris seul, comme dans les exemples suivants : Leclerc affirme être le premier distributeur en France de produits équitables. Ou bien : Tel chanteur a lancé une ligne de vêtements équitables. Produits équitables ! Vêtements équitables ! On croit vraiment rêver quand on voit les prix – pas équitables du tout envers les clients. Et puis que signifie tout ce charabia ? Voir Développement durable.

PS Le commerce non-équitable, c'est quand les commerçants gonflent exagérément leurs prix (arnaque), c'est-à-dire presque tous les commerçants.

Étymologie : commerce vient du latin commercium, de cum : avec, et merx, mercis : marchandise. Merx a également donné marchand, mercantile etc. Il est loin le temps où on pouvait lire dans Molière des expressions comme 'commerce amoureux' (relations amoureuses, échange amoureux).

Équitable, équité viennent du latin æquus : égal.

Commercial : adjectif voulant dire : qui concerne le commerce, qui se rapporte au commerce : bail commercial, locaux commerciaux. Mais, en raison de la manie actuelle de prendre des adjectifs pour en faire des substantifs (des fondamentaux, un scientifique ...), l'adjectif commercial est mis pour 'agent commercial', et signifie maintenant : vendeur, personne qui appartient aux services de vente. Définition trouvée sur un site traitant d'économie : Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente. Tandis qu'un vendeur, sans doute, est une personne dont le métier est lié au commerce...

Néo-verbe : commercialiser, dans le sens de 'vendre' ou 'mettre un produit en vente'. Commercialisées entre 700 et 1000 dollars la paire, ces modèles se vendent à près de 240.000 exemplaires chaque année. Dans cette phrase, commercialisées et se vendent sont quasiment synonymes.

Étymologie : voir paragraphe précédent.

Commissaire européen : sorte de super-ministre qui fait semblant d'agir dans le cadre de l'Union européenne. Ça rappelle un peu l'Union soviétique et ses « narkoms » (narodnyi komissar [народный комиссар] ou commissaires du peuple, c'est-à-dire ministres). Va-t-on parler d'eurocom pour désigner un commissaire européen ? Et on ne parlera pas de « narcotic bureau », mais de « narcomic bureau » pour désigner l'ensemble de ces narkoms. Lorsque le commissaire européen Olin décrit le monde de la drogue comme régit (sic) par la cupidité et la peur, il ne parle pas des caïds des quartiers, mais bien de nos hommes d'affaires.

Étymologie : latin médiéval commissarius, de cum : avec + mitto, missum, mittere : envoyer. Pour européen, voir Europe.

Communauté, communautarisme : dès qu'un groupe de personnes étrangères dépasse deux (2), il y a de facto communauté, et les droits et prérogatives attachés à ce groupe s'appellent communautarisme (barbarisme). Il n'est plus possible aujourd'hui en France de nier l'antijudaïsme issu des communautés immigrés (sic ; slate point fr).

Il vaut mieux ne pas dénigrer ces personnes sous peine de représailles diverses :

1. juridiques, de la part d'associations anti-racistes ou de défense des étrangers, qui vous poursuivent – ou plutôt vous traînent – en justice ;
2. civiles, c'est-à-dire toutes sortes de repésailles.

Comme on le voit, les communautés n'aspirent qu'à une chose : s'intégrer en paix dans le Royaume français. En fait le communautarisme constitue une forme de contestation ou de négation de l'idée de société et de nation, car ces communautés n'entendent obéir qu'à leurs lois, ou plutôt leurs propres coutumes – tout en profitant des lois françaises. Voir Intégration, Repentance.

Le mot communauté tend d'autre part à être galvaudé, et on l'utilise dans le sens de groupe, groupement, ensemble, réunion, association, rassemblement ... En 2 semaine (sic), la mini série s'est construite une communauté de fans.

Étymologie : du latin communis : ce qui appartient à tous, commun. De cum (avec) + un radical mun, voulant dire lier.

Communauté internationale : la communauté internationale, ce sont théoriquement les cent quatre-vingt-onze États représentés à l'ONU. En fait mythe contemporain, aussi creux et vide qu'une baudruche, et censé représenter un groupe de nations qui partageraient les mêmes valeurs ou intérêts. Ineptie à ranger au Musée de la Connerie. Les journalistes sont très friands de cette expression : La communauté internationale cherche à relancer le dialogue avec la Corée du Nord, ou bien La communauté internationale face à la crise du Kosovo, ou encore Guinée : la communauté internationale hausse le ton etc. Il semble en fait que la communauté internationale désigne d'abord les Étazunis, avec un peu la Communauté européenne, et peut-être quelques autres états, assez riches ou puissants pour qu'on les entende. Le reste du monde n'a pas voix au chapitre, et par conséquent ne fait pas partie de la « communauté internationale ». Il s'agit en fait de quelques groupes de pression internationaux.

Communiquer : verbe pris dans un sens intransitif. On ne communique plus quelque chose à quelqu'un, mais on communique tout court, c'est-à-dire qu'on fait sa propre publicité, sa propre propagande, on vante son programme ou ses produits, on rédige un communiqué, ou plus vaguement on « s'exprime ». De son côté, SFR a achevé son test dans le métro mais n'a toujours pas communiqué à ses clients sur la possibilité de se connecter gratuitement sur le réseau de Naxos (la tribune point fr). Remarquer la construction malheureuse : « n'a toujours pas communiqué à ses clients sur la possibilité ». Le plus souvent, communiquer peut être rendu par dire, parler ou faire savoir : Ils ne voulaient pas que je communique sur le fait que mon enfant avait été blessé (ils ne voulaient pas que je dise que mon enfant ...) Ou bien : La nouvelle avait fait grand bruit, d'autant que la journaliste avait communiqué sur cette rupture au moyen d'un texte transmis par sms à l'AFP. Communiquer sur cette rupture = plus simplement, annoncer cette rupture, parler de cette rupture. Encore un exemple qui s'approche bravement du charabia : L'ensemble des autorités ont communiqué que ce gaz ne présentait « aucun risque pour la santé » et demandent à ne plus contacter les services de secours. Ont communiqué = ont fait savoir, ont déclaré, ont indiqué.

Ceux qui communiquent ainsi sont des communicateurs ou des communicants. Réclame lue sur un site internet : « Devenez un communicateur efficace ! Objectif : décuplez votre efficacité de communicateur dans toutes les branches professionnelles. » Article lu sur internet : « Le 7 octobre 2010, Jacques Séguéla, grand communicant devant l'éternel et conseiller du régime tunisien, déclarait ... blablabla...blablabla... ». Communicant fait trop penser à “ vases communicants ”, mais ce qui passe alors, ce n'est plus que du vent.

Substantif : communication. Ce n'est tout simplement que de la publicité, ou plutôt de la propagande (les deux vont souvent de pair). Cela a donné lieu à des « techniques de communication », c-à-d de manipulation.

La communication, souvent abrégée dans l'écriture en com' (barbarisme), est donc devenue synonyme de propagande ou de manipulation. Le vocabulaire de base de la “communication” (ou manipulation) politique et journalistique se réduit à quelques mots essentiels, qui sont tous détournés de leur sens véritable : citoyen(ne) [adjectif], fracture, pluriel, numérique, global, durable, transparence, gouvernance, régulation ... Les thèmes abordés par la communication sont toujours les mêmes : droits communautaires, racisme, crise financière, pédophilie, et surtout vendre les « produits » commerciaux ou politiques en vogue. La langue de bois, la novlangue, ou comme c'est le cas dans ces pages, le néo-crétinisme sont les supports vocaux ou écrits de cette communication, destinée à chloroformer les consciences des citoyens. Au reste, la plupart du temps, le blabla de cette communication n'est pas perçu par l'auditoire. Définition de Marshall McLuhan : « La communication, c'est ce que des gens qui n'ont rien à dire racontent à des gens qui ne les écoutent pas ».

Adjectif dérivé : communicationnel, comme dans cet exemple : En faisant appel aux compétences de l'auditeur, le cliché permet du coup au journaliste de faciliter son « travail » communicationnel. Il est vrai que "travail de communication" est trop long ou compliqué à dire ou écrire.

Étymologie : communication, du latin classique communicatio : mise en commun, échange de propos, action de faire part. Vient de l'adjectif communis : commun.

Communiste : semble être, du moins dans la bouche de certaines personnes, une insulte particulièrement gratinée : On accusait les défenseurs des logiciels libres et de la gratuité numérique d'être des communistes (dixit Bill Gates). Voilà qui sent la Chasse aux sorcières ! McCarthy, Bill Gates, même combat !

Étymologie : du latin communis : qui appartient à tous, commun. Composé de cum : avec, et munus : charge.

Compact (américanisme) : en français normal, compact veut dire dense, serré, aux éléments rapprochés : foule compacte. Mais on utilise maintenant cet adjectif dans un sens anglo-saxon : 'de petite taille', 'de faible encombrement', 'modèle réduit' : voiture compacte, appareil photo compact (= de petit format, de petite taille), voire en imitant servilement les Anglo-Saxons : compact disk (CD ou disque laser).

Substantif : compacité. Exemple : [...] Devoir loger une chambre pour le miroir entre l'objectif et le film est la cause d'une compacité moindre par rapport à d'autres systèmes comme les télémétriques ou les compacts. Par quoi peut-on remplacer les mots : la cause de compacité moindre ? Accroître, augmenter les dimensions ?

Verbe : compacter, dans le sens de comprimer. Exemple : Techniquement, selon la loi de Moore, [...], les super-ordinateurs de la Nasa pourraient, d'ici une décennie, compacter toute l'expérience d'une vie humaine de 80 ans [...] en seulement un mois. Soit un rapport de 1 / 960.

Étymologie : du latin compactus : bien assemblé, où toutes les parties se tiennent bien. Participe passé de compingere : fabriquer par assemblage, rendre solide. Le sens anglo-américain est complètement à côté de la signification de base.

Compagnon, compagne (néo-crétinismes) : celui ou celle qui vit avec quelqu'un sans être marié(e). Synonymes : concubin, concubine. La starification, premier défi de Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande. Il est vrai que le mot « concubine », bien que juridiquement correct [celle qui vit maritalement avec un conjoint, sans être mariée avec lui], sonne mal avec la syllabe « con », la syllabe « cu », et « bine » que ne fait que trop penser à pine. Voir Conjoint.

Étymologie : compagnon, du bas latin companio, companionis, formé de cum : avec + panis : pain. Même étymologie que pour copain : celui avec qui on partage le pain.

Concubine, emprunt au latin classique concubina, dérivé de concumbere : coucher avec. Le concubinage, étymologiquement, ce n'est qu'une histoire de coucherie.

Comparatif : ce bâtard vient d'être repéré pas loteur à propos d'une phrase : [...] en ce qui concerne l'ichtyosaure, on n'a pas de comparatif à l'heure actuelle. C'est une manie récente que de prendre des adjectifs en valeur de substantif, sans doute hérité des Anglo-Saxons. Au lieu de comparatif, on pourrait avoir en français ‹ comparateur ›, par exemple, ou ‹ élément de comparaison ›. Cette nouvelle manie affecte plus spécialement, semble-t-il, les nouvelles techniques : Comparatif ADSL, comparaison des offres internet. Remarquer la juxtaposition comparatif / comparaison. Comparatif Antivirus 2012 : quel est le meilleur antivirus ? Ou bien : Comparatif Appareil Photo Numérique : choisir son APN compact. Noter le néo-crétinisme compact au lieu de réduit, modèle réduit, de petite taille.

appel : le comparatif est un degré de comparaison d'un adjectif ou d'un adverbe : positif, comparatif et superlatif.

Étymologie : latin classique comparativus : qui sert à comparer. Verbe comparo, comparatum, comparare (cum + parare) : comparer. Parare : mettre de pair, mettre égal. Cf. en français pair, impair, parité.

Compassion : la compassion qui, étymologiquement, signifie le fait de comprendre la douleur d'autrui (com-patire : souffrir ensemble), est devenue une attitude, une philosophie, une politique visant à mettre la « souffrance » – surtout celle de populations non-européennes, par essence non-démocratiques – au centre d'une réflexion et d'une action sociale bien-pensante et politiquement correcte certes, mais dispendieuse et à la limite de l'hypocrisie. Le vocabulaire religieux (compassion, angélisme) s'infiltre dans le politique (la compassion est un vertu chrétienne).

On assiste d'autre part, dans les media, à une attitude exagérée de compassion pour des personnes, certes, qui le méritent (enfant enlevé et assassiné, jeune fille enlevée et démembrée ...). Mais cela provoque l'intervention télévisée de personnages jusqu'à la tête de l'État. Est-ce bien décent de la part de hauts personnages d'intervenir dans un fait divers, dans un drame familial, afin d'assurer leur notoriété ou de faire leur propre publicité ? Cette « récupération » est totalement immorale et démagogique.

L'adjectif dérivé est compassionnel, adjectif aussi moche linguistiquement que l'action qu'il qualifie : La démocratie compassionnelle est une démocratie dévoyée (Myriam Revault d'Allonnes).

Étymologie : du latin cum (avec) et patior, pati (souffrir) : partager les souffrances d'autrui. Même chose en grec :
συμπάθεια (sympatheia → sympathie) : participation à la souffrance d'autrui. De συν (syn : avec) + παθειν (pathein : souffrir).

Compétence : dans le sens de "connaissance approfondie dans un domaine de la technique ou de la connaissance", ceci nous vient de l'anglo-américain (XXe siècle). Une compétence est une capacité d'action efficace face à une famille de situations, qu'on arrive à maîtriser parce qu'on dispose à la fois des connaissances nécessaires et de la capacité de les mobiliser à bon escient, en temps opportun, pour identifier et résoudre de vrais problèmes (François Muller).

Celui qui maîtrise un domaine de la connaissance ou de la technique est donc forcément quelqu'un de compétent (quoique ...). Hollande "le compétent" face à Sarkozy "l'international", titre lexpresss point fr. Ce qui suggère que N. Sarkozy ne serait pas compétent (voir paragraphe suivant), et que Fr. Hollande n'aurait pas d'envergure internationale.

Le contraire de compétent est incompétent. SARKOZY INCOMPETENT par skidoo. Sarko allumé par Bourdin sur RMC/BFM, peut-on lire sur le site de dailymotion.

En tout cas, on remplace de plus en plus le "métier", l'expérience professionnelle et le savoir par la notion anglo-américaine et technocratique de « compétence ».

Étymologie : compétence, du latin competere, de cum : avec, et petere : aller vers, demander. La compétence, initialement, c'est l'aptitude d'une autorité à effectuer certains actes.

Compétences transversales : cette joyeuse couillonnade est, semble-t-il, le fruit de l'Éducation nationale, et doit signifier quelque chose comme savoir ou connaissance complémentaire ou supplémentaire plus ou moins en rapport avec une discipline (?). Citation : « Les compétences transversales sont des compétences qui se développent parallèlement aux compétences prescrites dans les contenus des cours ». C'est transversal et parallèle en même temps Sans doute une nouvelle géométrie, non euclidienne.

Étymologie : compétence : voir rubrique précédente.

Transversal : qui passe en travers ; du latin transversus, formé de trans : en travers, et de versus : tourné. Verbe verto, vertum, vertere : tourner. D'où version, vertige, etc. Russe вертеть (vertet') : tourner.

Compilation : ce terme ne désigne plus la réunion, de type plagiat, de documents divers en vue d'en faire un document unique ('Cette thèse n'est qu'une compilation de documents déjà publiés sur la question'). Mais c'est un recueil, une anthologie, une somme : Invités de notre émission Mediapart 2012, les candidats ont dû répondre à des questions dérangeantes. En voici la compilation. On trouve souvent ce mot sous la forme compile : Ce cd, c'est la compile du siècle !

En informatique, une compilation est la traduction du langage source en un programme directement exécutable par un ordinateur : compiler un programme.

Étymologie : du latin compilatio (cum-pilare) : action de piller, larcin, plagiat. Si les prétendus chanteurs (brailleurs) connaissaient l'étymologie de compilation, peut-être emploieraient-ils un autre mot. Mais il est vrai qu'ils passent leur temps à se plagier les uns les autrres.

Complémenter (néologisme XXe siècle) : voir Supplémenter.

Complété : traduction servile et inutile de la formule anglo-saxonne completed. Lors d'un téléchargement par exemple, Windaube affiche en bon charabia : 7 626 320 sur 10 939 391 octets complétés. Il s'agit tout simplement de 7 626 320 octets sur 10 939 391 (téléchargés). Dans le second exemple (completed), il faut comprendre : achevé, terminé, effectué.

   

Étymologie : du latin cum + plenere (emplir). Vieille racine indo-européenne qui a donné plenus (latin), plein (français), pleno (espagnol), полный (russe : polnyi) ; sanscrit prâna.

Compléter (un formulaire) : tous les sites (pages) internet vous demandent de compléter un formulaire (d'inscription ou autre…). Il faut évidemment comprendre : remplir les rubriques d'un formulaire. Importation frauduleuse de l'anglo-saxon.

Compliquer, complication : les néo-crétins adorent faire compliqué là où c'est simple. C'est ainsi qu'ils n'achètent plus, mais procèdent à un achat ou font l'acquisition de ; ils ne disent plus : j'envisage de, mais disent : je n'exclus pas de : « Les États-Unis ont demandé à Musharraf de faire le ménage dans cette région, n'excluant pas le recours à des frappes aériennes »... Alors que la trêve hivernale démarre jeudi, la (sic) ministre du Logement, Cécile Duflot, n'a pas exclu de mettre en œuvre la réquisition de logements vacants en cas de besoin. Lu sur un site, rubrique « Bêtisier », citant le journal : « M. Accoyer a indiqué qu'une exclusion n'était pas exclue ».

Ou bien, relevé chez France-Téléfon, en néo-langue tortueuse : Le numéro d'appel demandé
n'est pas un numéro non en service. ‘Numéro déjà en service’ serait d'un banal pour les surdoués de France-Téléfon. Ou bien, lu sur slate point fr : L'application de glace sur la peau, non sans un linge pour la protéger, est d'ailleurs la première mesure à prendre en cas d'entorse, de déchirures musculaires et ligamentaires. Non sans un linge = avec un linge, sans doute, ou si on veut vraiment insister : en n'oubliant pas de mettre un linge.

Un simple billet (ticket) de chemin de fer est devenu un
titre de transport (quel énorme progrès surtout avec les grèves à répétition !), un facteur est devenu un préposé au courrier (peu de succès), le transfert (d'un prisonnier) est devenu un transfèrement, un(e) concierge – un(e) gardien(ne) d'immeuble etc. On se souvient des périphrases qui ont fait rire la France entière : technicien(ne) de surface, ou agent d'entretien pour homme ou femme de ménage. Sans doute manient-ils un instrument de propreté (balai) ? Le verbe décomplexifier signifie simplifier (voilà qui simplifie les choses). Le fait de compliquer (désimplifier ?) répond sans doute à un énorme besoin d'amplifier la pensée. La simplicité est sans doute trop simple pour les cerveaux surdoués des adorateurs de la novlangue. Slogan novlangais : « Plus c'est long, plus c'est laid, plus ça plaît ».

Un emploi dérivé de compliquer s'observe dans le parler journalistique, décidément très riche en inventions : La situation est toujours compliquée ce mercredi matin pour bon nombre de voyageurs à destination de l'Algérie, bloqués notamment dans les aéroports parisiens ou à Marseille. Une situation explosive, où des passagers exaspérés s'en prennent physiquement à des responsable d'Air Algérie, est qualifiée de "situation compliquée".


Pourquoi faire simple ?
Dessin de Jacques ROUXEL (les Shadoks)

Étymologie : du latin complicare, littéralement : rouler, enrouler, plier en enroulant, d'où au figuré : embarras, entrave ; 'complica notio' : idée confuse.

Complotistes : ce mot sert à désigner ironiquement ceux qui sont sceptiques face aux dogmes officiels des pouvoirs en place, présentant par exemple les attentats du 11 Septembre comme étant le fait de la secte mythique Al Qaïda. Il en a été de même avec l'assassinat de Kennedy. Mettre en doute les dogmes officiels est passible d'excommunion, comme pour certains artistes (Bigard p.e.) ou journalistes (Thierry Meyssan p.e.). Principal argument avancé contre les complotistes pour le 11 Septembre : s'il y avait eu "complot", le nombre de personnes mises dans le secret serait tel que ce secret aurait rapidement été éventé, – argument qui ne tient pas la route. Les partisans des thèses officielles présentent les complotistes comme des paranoïaques, et le mot complotiste sert à évacuer des questions gênantes.

Lu sur internet : Les théories du complot sur les attentats du 11 septembre 2001 sont celles qui génèrent le plus de trafic sur Internet. Dans cette phrase, on peut traduire sur les attentats par : concernant les attentats, génèrent par : engendrent, occasionnent, produisent, provoquent et trafic par demandes, « requêtes », visites. De sorte qu'on obtient en ancien français : Les théories du complot concernant les attentats du 11 septembre 2001 sont celles qui provoquent le plus de visites sur Internet. Voir Conspirationnistes.

Étymologie : complotiste, fait d'après complot, d'origine obscure. Ancien français complot : foule compacte, puis accord commun, intelligence entre des personnes.

Composite : terme d'architecture, signifiant : qui est composé d'éléments de l'ordre corinthien et de l'ordre ionique ; par extension cet adjectif désigne quelque chose qui est composé de plusieurs éléments : matériau composite. Mais l'adjectif composite est pris maintenant comme synonyme de bigarré, complexe, composé, constrasté, divers, hétérogène, mixte, varié ... Le livre de Vincent Quivy trace un portrait composite de Jean-Pierre Elkabbach, à travers une galerie de portraits.

Comprador(e) (portugais) : désigne littéralement un acheteur. Il s'agit en fait d'un acheteur, implanté dans un pays, et qui négocie à bon compte pour une société étrangère (Wikipédia). Ce genre de terme surgit plutôt au détour d'une phrase dans un article traitant d'économie. Mais loteur le glisse quand même dans son glossaire pour l'édification des masses populaires. Et puis, un terme venant du portugais, c'est plutôt rare en ces temps sursaturés de globish. La grande bourgeoise compradore à la solde de l'Alliance Atlantique (France, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis) ou à la solde de l'Alliance de Shanghai (sic) (Chine et Russie) s'essuie le front.

Étymologie : du portugais comprador : acheteur. Venant du latin comparo, comparare : procurer, se procurer.

Compte : sur internet, que ce soit pour lire des articles en ligne, donner le montant de sa consommation électrique à EdF, s'inscrire à un forum, etc. il faut ouvrir un compte, avec identifiant + mot de passe, comme on ouvre un compte en banque. On vous demande en général des renseignements d'ordre personnel (nom, adresse, téléphone, adresse électronique etc.) Ce qui va permettre à des sites ou à des sociétés de vous contacter par voie électronique. Et comme on revend en général vos données à des tas de sociétés, cela va permettre à des sociétés inconnues de vous inonder de spams, qui n'ont la plupart du temps rien à voir avec le site initial. Ce sont les joyeusetés d'internet.

Les articles sur Face-Book et Twitter ont indiqué que les dirigeants de ces deux sociétés amassent des fortunes au détriment des particuliers en renvendant des renseignements personnels à d'autres sociétés.

En ce qui concerne ces fameux réseaux sociaux justement, c'est-à-dire en fait des réseaux virtuels, pour pouvoir inonder le monde de messages aussi inintéressants qu'inutiles, il faut avoir ouvert un compte pour pouvoir jouir de cet énorme privilège. Et quand on communique par l'intermédiaire de ces réseaux, c'est, selon les néo-rédacteurs, « via un compte ». Cette sotte manie atteint même les élus de la Nation : Le président des députés PS Bruno Le Roux a jugé mardi "inadmissible", voire "diffamatoire", la diffusion sur le réseau social Twitter, via le compte d'un député UMP, d'une photo mal légendée d'un député socialiste jouant au Scrabble dans l'hémicycle en plein débat.

Étymologie : du bas latin computus attesté au sens de calcul, quantité dénombrée, estimation, considération. La graphie étymologique « compte » s'est spécialisée au sens de calcul, la graphie « conte » étant réservée au sens de récit. Le compte, c'est l'état détaillé (crédits / débits) concernant une somme qu'un client a déposée dans une banque. Par extension, et en analogie avec un compte en banque, un compte internet, un compte face-book, etc. ce sont des opérations (relations, messages, photos ...) qu'une personne effectue sur un espace virtuel alloué par un fournisseur de services.

Computer (anglicisme, prononcer kəmpju:tə(r) ou plus simplement compiouteur) : c'est le synonyme d'ordinateur dans la langue des branchés de l'informatique indécrottables. Pour arrêter votre computer, pressez les touches Alt-Ctrl-Del, puis cliquez sur Arrêter. Voir Moniteur.

Étymologie : le verbe français computer signifie calculer la date, surtout celle des fêtes mobiles dans le calendrier chrétien. On parle ainsi du comput de la date de Pâques, du comput de la date de l'Ascension etc. Dans ce cas-là, on prononce normalement : com-pu-té, com-put. Doublon de compter. Latin classique computare : calculer. De cum (avec), et putare : penser. Cf. compter, comptoir.

Con (féminin conne) : mot omniprésent dans la langue française et désignant d'abord le sexe féminin ('con' viendrait de, ou serait en analogie avec connil, cunil ou conin : lapin en vieux français, à cause de la pilosité pubienne [de nos jours : la chatte, la minette ou le minou (6)] ; une autre étymologie ferait dériver le mot du grec kônos : creux, concave).
« Source vénérienne où vont boire les mâles
Fissure de Porphyre () où frise un brun gazon,
Qui, fin comme duvet, chaud comme une toison,
Moutonne dans un bain de senteurs animales. »

CHAMBLEY
() pierre de couleur pourpre. Aucune allusion au philosophe néo-platonicien.

On trouve chez Sade le verbe « enconner », qui signifie ... ce que vous pouvez imaginez.

Con, conne et leurs dérivés connard, connasse désignent d'abord quelqu'un de bête ou de très bête (Ah, qu'il est con ce type !), et ensuite toute personne qui n'est pas de l'avis du locuteur, ou qui n'est pas comme lui, c'est-à-dire presque tout le monde. Les cons forment donc la population la plus nombreuse du monde. Il n'y a dans ce type d'insulte aucune notion de misogynie, de même que pour enculé il n'y a aucun relent anti-homo. Ce que disent ou font les cons habituellement, ce sont des conneries, c'est-à-dire des choses vraiment très bêtes ou nuisibles : Quelle connerie la guerre ! pouvait s'exclamer Prévert.

Augmentatif : gros con, comme dans cet exemple proféré par Sophie Halal : Les électeurs du FN sont des gros cons ! (soit environ le cinquième de la population française). Comme loteur le faisait remarquer un peu plus haut : est qualifié de con quiconque n'est pas de l'avis du locuteur, quiconque est différent du locuteur. Ça laisse peu de place à l'objectivité et à l'esprit critique.

Un emploi particulier du mot con a amusé loteur, toujours prêt à rire de tout et de rien : Mais alors tous ceux qui nous disent con ne peut ni sortir de l'europe ni sortir de l'euro nous auraient menti? (commentaire 22:59 sur un article concernant l'Union européenne paru dans le figaro point fr). C'est vraiment con comme question.

Voir Enculer, Pute. Con et enculé font partie de ce qu'on pourrait appeler le 'vocabulaire des orifices'.


L'homme le plus con du monde

Concept (car etc ...) (anglicisme) : le mot banal 'prototype' ne suffisait plus. En anglo-saxonisant l'idée, ça fait tout de suite mieux. Au Mondial de l'automobile, telle marque a présenté un nouveau concept-car sonne mieux que : Au Salon de l'automobile, telle marque a présenté un nouveau prototype. Voir Mondial. Exemple de charabia d'un néo-rédacteur, piqué avec la fourchette à néo-crétinismes de loteur : contrairement au concept Nissan assez fantaisiste, le Peugeot 2008 Concept (sic) est très proche d'un modèle qui sera prochainement commercialisé par la marque.. Le Peugeot au lieu de la Peugeot, concept au lieu de prototype, commercialisé au lieu de mis en vente ... voilà la néo-langue en action. Loteur livre un autre exemple, non traduit, puisé dans lexpansion point fr, qui n'est pourtant pas un magazine technique destiné à des initiés : Mais sa dernière ouverture, un concept store à Palo Alto, en Californie, au toit entièrement en verre, n'a pas eu les retombées escomptées. Petite corvée habituelle : aller chercher la définition de cette ineptie verbale qu'est concept store. Un concept store, nous apprend Wikipédia, est « un commerce de détail thématique », multi-marque, qui tourne autour d'un type de produit donné, et qui répond surtout à un effet de mode. Là, plus de notion de « prototype », mais c'est plutôt une gamme de produits à la mode. Allez, loteur propose un néo-crétinisme : « boutique-tendance », ou boutend, comme on dit.

Il est un autre sens de concept, surabondamment utilisé par ceux-là mêmes qui n'ont aucune idée de la signification de ce mot. En effet, le mot concept est de plus souvent utilisé dans le sens d'idée, de trouvaille, de conception alors que le concept est une idée abstraite et générale, la représentation mentale d'un objet (vocabulaire philosophique). « Nous sommes allés jusqu'au bout du concept », déclare une créatrice de sites à propos du site internet sur une actrice. Ou bien : Cette pastille humoristique reprend le concept de la Revue de « Presque ». Ou bien encore : L'autre jour, j'ai découvert le concept des timbres personnalisés. C'est un peu la révolution pour les enveloppes, vous voyez. Ou même : «Quoi, du fromager salé au chocolat?!» A l'annonce de ce concept innovant, les réactions sont parfois perplexes. Encore des exemples ? (loteur est intarissable) Un nouveau concept culinaire destiné aux "geeks" est en plein développement aux États-Unis. Ou : Reste à connaître le concept de sa nouvelle émission : s'agira-t-il d'une émission collégiale avec plusieurs chroniqueurs comme celles de ses prédécesseurs ? Le mot concept est sans doute pris ici au sens d'idée ou de conception, peut-être de plan ou de projet. Noter le mot « collégial » : s'agit-il tout simplement d'une émission à plusieurs chroniqueurs, ou bien d'un groupe qui prend des décisions collégialement, c'est-à-dire à plusieurs ? Et puis tiens, encore un exemple, pioché dans le figaro point fr : Avec ce nouveau concept d'appareil, associé à des capsules de lait en poudre, Nestlé espère révolutionner (sic) le quotidien (sic) des jeunes parents. Autre exemple, où le mot concept pourrait être traduit par création, innovation ... Le fabricant de jouets a inauguré mercredi à Taïwan un restaurant consacré à Barbie. Un concept unique au monde, que la firme a déjà expérimenté à Shanghaï en 2009, pour le 50e anniversaire de sa poupée fétiche. Noter le mot « firme », américanisme, employé au lieu de société.

Étymologie : du latin conceptus : action de contenir, de recevoir. Employé en latin d'église dans le sens de : conception, pensée. De concipere : concevoir, de cum (avec) et cipere pour capere : prendre, qui a aussi donné « Immaculée Conception ».

Concernant (barbarisme) : est devenu synonyme des expressions françaises : 'en ce qui concerne', 'quant à'. Concernant le RER, les interconnexions entre la RATP et la SNCF sont suspendues. Peut aussi s'appliquer à soi-même : Par exemple, me concernant (= en ce qui me concerne, quant à moi), j'ai pris connaissance du programme par hasard en zappant. Calque de l'anglo-saxon : concerning ; cette locution commence à devenir envahissante.

Étymologie : concerner, du latin concernere : mélanger, mêler, unir ; et aussi : voir, considérer l'ensemble de quelque chose. De cernere, qui signifie proprement : séparer, passer au crible, d'où : distinguer, examiner. Grec
κρίσις (crisis) : faculté de distinguer, action de séparer, d'où dissentiment, contestation. Puis jugement, condamnation.

Concerné (se sentir ~) : se sentir impliqué.

Conditionnel : de plus en plus employé à la place du temps futur (confusion due à la ressemblance phonétique) : Quelle adresse devrais-je utiliser pour accéder au portail ? est-il écrit sur le portail du célèbre fournisseur d'accès internet orange.fr ('devrais-je' au lieu de 'devrai-je'). L'emploi de la première personne (devrai-je), au lieu d'utiliser une forme neutre (doit-on), est également typique des méthodes utilisées sur les pages internet (imitation des tribus anglo-saxonnes ?)

D'autre part, en raison de leur formidable témérité d'esprit, les journalistes, surtout ceux de la french TV parlent souvent au conditionnel en ce qui concerne les nouvelles tant soit peu graves ou importantes. Enfin, et l'information est à prendre au conditionnel, il pleuvrait en Bretagne aujourd'hui. Peut-être : “ à mettre au conditionnel ”, “ sous toutes réserves ”, “ sous condition ”... ?

Un emploi que loteur trouve bizarre (mais peut-être n'y a-t-il que lui à trouver cela bizarre) : A Matignon depuis peu, il jouit d'une cote de popularité qu'il espérerait bien volontiers conserver. ... 'Qu'il espère bien' serait plus léger et plus exact, l'idée de condition n'étant pas clairement exprimée.

Étymologie : conditionnel, du latin conditionnalis, venant de condicio ou conditio : engagement, clause. Conditionnel : soumis à une clause.

Confondre : unir, réunir, identifier (des individus, des objets, des choses) jusqu'à les rendre indiscernables, prendre l'un pour l'autre : confondre deux individus. Dans quel sens doit-on comprendre le verbe confondre, utilisé ici par un néo-rédacteur : Des officiers des services de sécurité algériens sont parvenus à confondre l'arme du plus radical des chefs d'al-Qaida au Maghreb islamique (le point point fr du 02.03.2013). Loteur suppose que le néo-rédacteur a voulu dire : reconnaître, identifier. La phrase prête à confusion. Ce n'est pourtant pas difficile de prendre un dictionnaire, ou de vérifier sur internet pour ceux qui n'ont pas de dictionnaire.

Confortable : adjectif emprunté à l'anglais, signifiant commode, pratique, d'utilisation agréable ou aisée ; le confort, c'est le bien-être physique. En français, s'applique aux objets et non aux personnes. On le trouve dans des emplois, comme : Ce clavier est confortable. Ce programme est d'un grand confort d'utilisation (d'utilisation aisée), Une odeur confortable (sic). On observe aussi la graphie comfortable, héritée de l'anglo-saxon. Exemple, proche du charabia, levé avec un filet à néo-crétinismes : Ainsi, les salariés peuvent travailler debout, en étant plus confortable et énergiques. Confortable, invariable, est-il ici adverbe ou adjectif ?

Substantif : confort. Il est conseillé d'avoir une bonne connection (sic) pour un meilleur conford (sic, peut-être le scipteur pensait à certaines voitures). Ou cet exemple, un peu bizarre : « [...] il (Johny Halliday) a été replongé aujourd'hui dans un "coma artificiel" " pour des raisons de confort » (= bien-être ?). Comme si un coma pouvait être une situation confortable ... A remarquer aussi les guillemets étazuniens " ... " entourant l'expression coma artificiel, pourtant bien connue. Antonyme : inconfort. Si l'inconfort est douloureux, allongez-vous sur un matelas plus épais et prenez des balles de mousses (sic) moins denses.

A donné l'adverbe confortablement : si les éléments de l'écran ne peuvent être vus confortablement

Confusant : qui prête à confusion ? Lu sur une page internet ce modèle de charabia : E-marqueting.fr: un site très confusant et très déceptif. Mais qu'est-ce que ça veut dire ? Tout cela prête à confusion et c'est très décevant. En tout cas, c'est ce style qui est confus. Dans ce sens, confusant semble venir de l'anglo-saxon 'confusing'.

On peut aussi trouver, dans ce monceau de perles langagières qu'est la néo-langue, le verbe confusionner (rendre confus) : Cette année, les cerises poussent en même temps que les fraises. Nous le devons au crash entre les mois, cette sorte de raccourci qui confusionne les garde-robes, les corps, les têtes ... (un blog d'« art contemporain »).

Étymologie : emprunt au latin confusus, participe passé de confundere : mélanger, mêler ensemble, confondre.

Confusion (des genres) : en notre époque de triomphe généralisé de la néo-langue, l'on confond de plus en plus allègrement les genres grammaticaux.
  • confusion des adjectifs et des adverbes : cuisiner léger, manger équilibré, vivre mobile, voter utile... Comment vas-tu ? – Tranquille !
  • confusion des adjectifs et des substantifs : les fondamentaux, instrument scripteur, à l'international, cultissime...
  • confusion des substantifs et des adverbes ou des adjectifs : c'est limite crétin, un film culte, un argument béton, une fille canon...
Ces confusions multiples semblent indiquer une profonde révolution dans les mentalités, voire dans les structures mentales de nos contemporains, où tout se mêle, s'emmêle joyeusement. Manque de structures, manque de repères, désir de bouleverser la langue traditionnelle, révolte contre un système grammatical coercitif ? Réaction typique d'une de nos connaissances, dont la maîtrise du français n'est pas le fort, appartenant à la classe moyenne et cadre dans son entreprise : « Il est temps de bazarder ce système, la grammaire, l'orthographe qui servent plus à rien ! ». Ça ne sert plus à rien en effet de maîtriser une langue qui a mis plus d'un millénaire à s'élaborer, et battue en brèche en quelques années seulement par l'informatique, par l'écriture électronique et les appareils tactiles. L'essentiel n'est plus de parler ni d'écrire correctement, mais de communiquer. Quoi ? Peu importe, pourvu qu'on s'exprime. D'où l'explosion des appareils de « communication » : ordinateurs, téléphones portatifs, pseudoPodes, A-Phones etc. où l'on s'échange des banalités, des photos (= j'existe, c'est moi, c'est ma famille, mes copains ...) La multiplication de l'insignifiant est à la mesure du vide inter-sidéral qui occupe les têtes. Dans une telle perspective la maîtrise de la langue, en effet, n'est qu'accessoire.

Étymologie : voir rubrique précédente.

Congratuler : féliciter en langage néo-crétin. Entendu à la french TV cette andouillerie : C'est lui qu'on doit congratuler. En droite ligne de l'anglo-saxon congratulate, congratulations.

Étymologie : du latin congratulor, congratulari : féliciter, de cum : avec et gratulari : féliciter, dérivé de gratus : agréable. Gratus a donné gré (de bon gré).

Conjoint, conjointe : synonymes à la mode de mari / femme, compagnon / compagne, concubin / concubine. Ça fait quand même bizarre de dire « mon conjoint » ou « ma conjointe ». « Con-joint en deux mots ? » a-t-on envie de demander. Il est vrai que concubin / concubine ne sont pas spécialement réussis non plus. Quant à dire « mon pacsé » ou « ma pacsée », vous imaginez l'éclat de rire. Voir Compagnon, Pacs.

Étymologie : latin classique con-jungere : joindre, unir par le mariage. Cette racine jung- a donné joug, d'où conjoint : qui est sous le même joug. Sanscrit योग (yôga) : union. La racine sanscrite yuj signifie : atteler, unir.

Conjugaison : mot utilisé par ceux qui n'ont pas beaucoup de notions de grammaire ni de conjugaison, et pris dans le sens d'union, réunion : « Le parti doit s'adresser essentiellement à ses électeurs, la candidate a une majorité à dégager. [...] C'est ça la conjugaison. » (François Hollande). Mais peut-être parlait-il sous l'influence de son devoir conjugal (Fr. Hollande est l'ex-'compagnon' de Pyralène Ségal). En 1936, les choses n'ont pu changer que grâce à la conjugaison d'une victoire électorale et d'un mouvement social.

Avec comme verbe : conjuguer (unir, réunir). Expériences conjuguées marchés - clients – métiers. Voir Décliner, déclinaison.


Alors là, loteur avoue ne pas comprendre ; comment peut-on conjuguer un substantif ?
Je vinasse, tu vinasses, elle vinasse, nous vinassons, vous vinassez, elles vinassent.
Mais Libération, le journal fondé par J-P Sartre, nous a habitués à d'autres horreurs.
Loteur aurait plutôt aimé lire : Quand le vin se décline au féminin...
.

Étymologie : joug. Conjugal : sous le même joug.

Connerie (exemples de ~) : les alertes à la grippe aviaire (ou Sras), les alertes à la grippe porcine (ou Hachun Nénun), les alertes au nuage de cendres d'un volcan islandais. Des millions d'euros dépensés inutilement par des gouvernements frileusement enfermés dans le sacro-saint principe de précaution. C'est la connerie à l'échelle européenne et mondiale. Les hommes politiques ne sont pas exempts de connerie, comme par exemple ce ministre indien prononçant un discours à l'ONU : « S.M. Are-Krishna a ainsi eu le temps de se déclarer heureux “ à titre personnel ” de la présence dans l'assemblée de “ deux membres parlant portugais, le Brésil et le Portugal ”, et ce sans provoquer l'étonnement de son auditoire » (février 2011). C'est nous (loteur) qui graissons.

Connexion : souvent écrit connection, à l'américaine. Lu sur un blog : Et même sur les bords de Loire, il y a des connections Adsl. Après la french connection, la Loire connection ?

En raison de l'influence de l'anglo-américain, on emploie de plus en plus le mot connexion à la place de 'relation' ou 'liaison' : Le chiffre sept est intéressant, en raison de ses connexions lunaires. Ou bien : Les femmes ont une meilleure connexion entre leurs deux hémisphères cérébraux que les hommes (les exemples cités proviennent de textes traduits de l'anglais). Autre exemple trouvé, lui, dans lexpress point fr : Selon Samuel Kounaves, professeur au laboratoire de physique appliquée de l'université Johns Hopkins (Maryland, est), "il n'y a pas de connexion" entre les deux événements.

Dans le même esprit, on peut trouver réflection au lieu de réflexion : ... le web bien sur inquiete par sa capacite a rendre au peuple le pouvoir de réflection qui conduit tous les malfrats qui gouvernent a s'inquiéter ... Le scripteur n'a mis d'accent qu'à réflection et s'inquiéter. Bizarre.

Étymologie : du latin con(n)exio : lien, enchaînement. De cum : avec, ensemble et necto, nectere : lier, nouer.

Connu (des services de police) : expression serinée par les journalistes, et signifiant un délinquant. Connues des services de police, les personnes interpellées continuaient leur bataille en plein commissariat. Dans le commissariat ? Voilà de quoi lier connaissance. De toute façon, la police a des fiches sur tout le monde. Nous sommes donc tous connus des services de police. Serions-nous tous, par conséquent, des déliquants, des criminels ? Un distingué président pense que la criminalité, ça pousse dans nos gènes. Aux dernières nouvelles, sa ministresse de la police va se convertir en généticienne (généti-chienne ?) [écrit en 2007].

Étymologie : connu, participe passé du verbe connaître. Connaître : du latin cognoscere, de cum + nosco, noscere : apprendre à examnier, étudier. Cog-nosco, cog-noscere : chercher à savoir, apprendre, reconnaître, et aussi : avoir commerce charnel avec. Grec :
γνωσις (gnôsis) : connaissance, notion. D'où le français gnôse.

Service(s), du latin servitium, de servio, servire : être en état de serf, d'esclave, être soumis à, servir. Servile : propre aux esclaves.

La police, du latin politia, est d'abord l'organisation politique, puis l'ordre établi dans un État, et l'administration chargée faire respecter cet ordre. Du grec
πολιτεία (politeia) : situation de citoyen, vie de citoyen, ensemble des citoyens. De πόλις (polis) : cité.

Les deux notions : service et police, étymologiquement, sont contradictoires.

Consensus (prononcer con-sein-suce et non con-sang-suce) : ce terme prétentieux signifie tout simplement : accord. Le consensus international sur la Paix au Proche-Orient … Il est remarquer que ce consensus est tellement consensuel que depuis plus de 50 ans c'est le foutoir, pour ne pas dire le bordel (ce qui est la même chose), au Proche-Orient.

Étymologie : du latin consensus : accord. De cum : avec et sensus : sens.

Conséquences (tirer les ~) : avant on disait tirer les conclusions. Épinglé () sur le figaro point fr : En conséquence, c'est à Rémy Pflimlin, président de France Télévisions et lui seul, de tirer les conséquences du refus de Laurent Ruquier de recevoir la présidente du Front national. Écrire tirer les conséquences au lieu de tirer les conclusions n'est pas très ... conséquent (juste, logique). On remarquera au passage : en conséquence ... tirer les conséquences, et aussi "c'est à R. Pfimlin et lui seul" (au lieu de : et à lui seul). Le rédacteur est un maître du style. Autre exemple : «Il faut en tirer les conséquences administratives et organisationnelles», a dit Manuel Valls. Voir Clichés.

() Épinglé veut normalement dire fixé ou attaché avec une épingle ; attrapé, arrêté. Mais l'auteur se réfère ici à l'expression : épingler un papillon ou un insecte.

Étymologie : du latin consequor, consequi : venir après, suivre.

Conséquent (barbarisme) : cet adjectif, qui signifie 'qui agit avec logique ou avec discernement' (par conséquent : par une suite logique), est dorénavant employé à la place d'important ou de considérable. Une somme conséquente. Entre le développement actuel de Ouista et ce que devait être le projet LongMorne à son origine, la différence est conséquente. Où est la logique ? Mais il est vrai qu'il n'y a aucune logique, aucun discernement à attendre de la part des partisans de la novlangue. Encore un exemple : Apple continue d'ouvrir de nouveaux magasins à travers le pays, qui attirent un nombre conséquent de clients (lexpansion point fr). De l'avis de loteur, ces clients n'agissent pas avec logique s'ils veulent acquérir les produits de la secte Alapom. Allez, encore un exemple (courage, lecteur !) : Alors que le talk-show pertinent et rafraîchissant de Laurence Ferrari, Le Grand 8, connaît des audiences en hausse et arrive maintenant à fidéliser un public conséquent, une sombre histoire de plagiat vient entacher sa réputation. Encore un néo-rédacteur qui ne prend pas la peine de regarder le sens d'un mot dans un dictionnaire, ou dans Wikipédia, l'encyclopédie pourtant gratuite sur internet.

Étymologie : du latin consequor, consequi : venir après, suivre.

Console (informatique) : cela n'a plus rien à voir avec des parties saillantes de pierre en architecture ni avec un meuble, mais pour les informaticiens c'est l'ensemble clavier + écran. Pour ajouter ou supprimer des composants logiciels enfichables à une console… Cela peut aussi vouloir dire : service, fonction : console Opérateur de stockage amovible. Et puis, il y aussi les fameuses consoles de jeu, ou appareils destinés à consoler nos chers bambins et nos ados de la dure réalité.

Étymologie : obscure. Peut-être en rapport avec l'action de consolider. Le sens informatique (panneau de contrôle) provient des Anglo-Américains.

Consommable : ce néo-crétinisme stupide désigne tout simplement un produit ou une fourniture. Périphériques et consommables (imprimantes et cartouches d'encre, par exemple). Dans une société de consommation, tout est devenu consommable. Sempiternel emprunt à l'anglo-saxon. Voir la rubrique suivante (consommer, consommateur).

Étymologie : voir rubrique suivante.

Consommateur, consommatrice : désormais les citoyens sont devenus des utilisateurs, des consommateurs face aux produits des géants de la grande distribution. Quant aux artistes ou aux créateurs eux-mêmes, ils sont devenus des produits de consommation courante. Nous ne sommes plus décideurs, quoique la publicité veuille nous faire croire le contraire, nous ne sommes que manipulés. De nos jours, on consomme non seulement physiquement (consommer des aliments, etc.), mais aussi abstraitement et virtuellement : [...] il conviendrait de recueillir les réactions des consommateurs des journaux parlés.

A donné l'adjectif consumériste (avec un seul m, refait à partir du substantif anglo-saxon consumer : consommateur) : qui a rapport à la consommation, aux consommateurs. « ... [protestation] contre la récupération de la fête de Noël à des fins purement consuméristes » (commerciales ?) Ou bien : Il faut malgré tout s'attendre à ce que certaines associations consuméristes aillent vérifier tout ça (associations de consommateurs ?) Substantif : consumérisme ... bien qu'on dénonce le consumérisme, on vit toujours dans une société de consommation. Question : quelle est la différence entre consumérisme et société de consommation ?

Verbe : consommer : se servir de, avoir recours à, utiliser, ou même regarder. Néanmoins une partie du public, en mal de sensations fortes,
consomma la cassette vidéo (sic). Quel appétit ! Ou bien encore : Qu'est ce qu'ont dû vivre les adultes pour en venir à consommer de telles images ? (sic). Une journaliste de la BFM-Télé en est arrivée à proférer une bêtise comme : Certains revendent leur cadeau de Noël une fois consommé (sic). En fait, il s'agissait d'un livre que la personne a revendu après l'avoir lu, et non pas d'une bûche de Noël ou du foie gras, parce que dans ce cas-là, qu'est-ce qu'on peut revendre, sinon de la m... ? Lu sur : Il irrigue désormais, sous une forme ou une autre, la plupart des formats (fictions et documentaires inclus) que nous consommons quotidiennement. Ou bien : Concrètement, le livre effaçable doit être "consommé" dans les deux mois qui suivent non pas son achat mais son ouverture. Lu sur une page internet : Beaucoup sont très hostiles aux media qu'ils consomment pourtant. Avec un grain de sel On parle même sur-consommation : Oui, indiscutablement, la surconsommation de télé peut entrainer de nombreux effets nuisibles (obésité mentale ?) Cela traduit le mercantilisme « consumériste », propre à nos sociétés occidentales, où le plaisir de vivre est devenu un acte de consommation.

Étymologie : un des sens courants de consommation est : action d'amener quelque chose à son terme ; emploi avec destruction. On absorbe ou on utilise quelque chose et il n'en reste plus rien (comme du pain, du vin, ou du bois qu'on brûle etc.). On se demande alors comment on peut consommer un livre ou une cassette ; on les dévore des yeux ?

Consommer, du latin consummare, de cum : avec, et summa : somme ; faire la somme, c'est achever, accomplir, porter à sa perfection ; de là le sens assez semblable à consumer, se consumer.

Voir Utilisateur, utilisatrice.

Conspirationniste (néologisme) : terme méprisant ou condescendant par lequel les journalistes politiquement corrects et au garde à vous devant la pensée unique désignent les personnes qui osent mettre en doute la version officielle des attentats du 11 septembre aux Étazunis, ou toute thèse officielle du gouvernement américain. Pour de tels journalistes (c'est-à-dire pour 90 % d'entre eux), la version officielle de George Bush, Paul Wolfowitz, Donald Rumsfeld, Dick Cheney et de leurs sbires, est la seule qui soit valable. L'inscription AE911 renvoie sur internet vers un site faisant écho aux thèses conspirationnistes sur les attentats du 11 septembre et comportant une pétition "exigeant du Congrès américain une enquête véritablement indépendante" sur ces attentats (d'après une dépêche A.F.P.). Autre exemple lu sur Agora-Vox : Les "conspirationnistes", nous dit-on, citent en effet souvent, pour appuyer leur croyance, le général Wesley Clark, qui rapporte qu'un officier du Pentagone lui a confié, peu après les attentats du 11 septembre 2001, l'intention des autorités d'attaquer sept pays en cinq ans : l'Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l'Iran . Dans ce dernier exemple, pour augmenter la charge de mépris, on emploie le terme « croyance ». Voir Complotistes.

Étymologie : d'après le latin conspiratio, -nis : accord secret, venant du verbe conspiro, conspiratum, conspirare (de cum + spirare : souffler) : s'entendre avec, comploter. Même racine que le mot esprit.

Construction (défaut de ~) : caractérise nombre de phrases rédigées par les journalistes. Un exemple entre plusieurs millions : L'euro poursuit sa chute face au billet vert, pénalisé par l'Espagne. N'importe quel lecteur, normalement constitué, comprendra que c'est le billet vert (l'antécédent immédiat) qui est pénalisé. C'est en fait l'euro qui est pénalisé. Pourquoi le journaliste n'a-t-il pas écrit : L'euro, pénalisé par l'Espagne, poursuit sa chute face au billet vert ? Était-il trop pressé (ou ravi) d'annoncer la chute de l'euro face au dollar ?

Étymologie : du latin constructio, -nis : construction. Verbe construere, de cum : avec, et struere : bâtir. Racine riche qui a donné structure, construire et construction, détruire et destruction, instruire et instruction etc.

Consultant (paléo-crétinisme) : en français normal, un 'consultant' est quelqu'un qui va consulter (un spécialiste etc.). Maintenant, inversement, et sous l'influence anglo-saxonne, c'est quelqu'un qui donne des conseils, des consultations. En français moderne : conseil (avocat-conseil, graphologue-conseil...), conseiller. Il a parfois le rôle d'un expert. Exemple : Opérant toujours en équipe, le consultant apporte des réponses aux problématiques que rencontrent les entreprises, pour les aider à exécuter leur stratégie, à piloter leur performance et à prendre les bonnes décisions.

Néo-verbe : consulter, c'est-à-dire donner une consultation (et non plus demander une consultation). Un médecin, qui venait consulter cette semaine à Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis, a été roué de coups par trois personnes, qui lui ont volé sa voiture "en le jetant au dehors". Un médecin qui vient consulter, on pourrait penser qu'il vient demander une consultation (de médecine, ou juridique auprès d'un avocat ...) Ce contresens est dû, répétons-le, à l'imitation servile des Anglo-Saxons.

Étymologie : participe présent adjectivé et substantivé du verbe consulter. Consulter, c'est prendre conseil auprès de quelqu'un, et non donner des conseils. Latin consultare, fréquentatif de consulere, de même radical que consilium : conseil.

Contact : le mot contacts, dans les messageries électroniques conçues par les Anglo-Américains signifie "répertoire". Ajouter aux contacts : ajouter au répertoire. Pourquoi utiliser un mot français ? C'est terriblement obsolète.

Étymologie : contact, du latin cum : avec, + verbe tango, tactum, tangere : toucher.

Contagion : beaucoup de personnes l'ont remarqué : nos excellents journalistes ne parlent plus que de contagion à propos de mouvements révolutionnaires qui se propagent dans le monde arabe (premier trimestre 2011). Le mot contagion est un terme médical, désignant une maladie qui se transmet de proche en proche par contact direct ou indirect. C'est donc quelque chose de préoccupant, de dangereux. C'est ainsi qu'on peut trouver ce titre d'article : La contagion de l'espoir à propos des mouvements dans les mondes arabes. L'espoir comme maladie contagieuse, au même titre que le sida ou la peste ? Ces journalistes sont malades.

Nouveau développement de la contagion, cette fois à propos de la crise grecque (faillite de l'État grec), renfloué à grands coups de milliards d'euros. Les journalistes parlent maintenant (juillet 2011) de contagion qui pourrait toucher d'autres états de la Communauté européenne. Le mot contagion a bien ici une connotation négative, mais dans un sens politique et économique.

Ces mêmes excellents journalistes n'ont pas de termes assez louangeurs pour parler des « révolutions » qui secouent les mondes arabes, et des « processus démocratiques » (sic) qui s'enclenchent. Et ils emploient tous ou presque le mot contagion (psittacisme ou contagion ?), – de même que pour l'extension de la crise financiêre. D'un côté, des termes laudatifs (pour les révolutions arabes), d'un autre côté, un mot péjoratif (pour la crise), désignant quelque chose de dangereux. De deux choses l'une, soit les journalistes ne maîtrisent pas le français, soit ils déprécient, consciemment ou inconsciemment, ces mouvements populaires. Loteur laisse au lecteur le soin de trancher.

Étymologie : du latin contagio (composé de cum et du verbe tangere : toucher) : contact, contagion, contamination, et au figuré : influence pernicieuse.

Contentieux : du latin contentiosus : qui aime à se disputer, se quereller. Un contentieux, c'est quelque chose qui provoque une dispute, un débat. Sens novlangais : litige, conflit, procès. En raison de votre retard de paiement, l'affaire a été transmise à notre service Contentieux. En novlangue, c'est plus menaçant, comminatoire ?

Étymologie : du latin contentio, -nis : tension, fait d'élever la voix, éloquence animée ; lutte, rivalité, conflit. De cum : avec + verbe tendo, tendere : tendre, tendre à, bander (un arc).

Continent : loteur est tombé sur une phrase qui l'a hautement perplexifié : Les récriminations sont nombreuses : 'des unes raccoleuses', 'un traitement éditorial partisan en matière politique, qui semble inféoder le journal au PS', 'la mise à l'écart de continents entiers du journal, comme le social, l'environnement, l'immigration'. Continents : pans, secteurs, domaines, services ??? Rebelote, avec une autre phrase pêchée dans un article de chalenges point fr : Mais l'expression ou la locution isolées révèlent un continent entier, une manière de penser et de voir le monde qui échappe totalement aux adultes. Peut-être dans le sens de monde, voire d'univers ?

Étymologie : emprunt au latin continens [terra], participe présent du verbe contineo, contintum, continere : maintenir relié, joindre, employé substivement en latin classique au sens de : terre ferme.

Contracter : on contracte ses muscles, ses pupilles ; nos artères, notre cœur peuvent se contracter, c'est-à-dire réduire de volume. Mais loteur a été passablement surpris en lisant la phrase suivante dans un article sur l'économie mondiale : "Sachant que la zone euro risque de voir son économie se contracter au troisième trimestre, la probabilité est importante que le chômage dans la zone euro augmente considérablement dans les mois qui viennent", estime Howard Archer de IHS Global Insight. Se contracter = se réduire, diminuer ? Pourquoi, en effet, faire simple ? A noter la manie, maintes fois signalée, de rejeter la principale en apposition à la fin de la phrase (« , estime Howard Archer... »).

A ne pas confondre avec le verbe contracter (établir par contrat) : contracter une assurance, une alliance, une dette...

Étymologie : contracter, au premier sens, est dérivé du latin contractus, participe passé du verbe contraho, contractum, contrahere, proprement : tirer ensemble, d'où : resserrer, réduire.

Le second verbe vient aussi de contrahere, au sens de : tirer ensemble, rassembler, d'où : établir des rapports étroits, se lier par contrat, conclure un accord.

Contre : bizarrement, dans l'esprit de quelques journalistes, contre a pris le sens de pour ou en faveur de. L'acquittement a été prononcé contre X, jugé pour le meurtre en 1995 d'Y.

Contre-performance : synonyme d'échec. Sport : les aliments de la contre-performance ! Ou bien : Malgré la contre-performance de son activité vêtements, Hermès prend sa part du boom du luxe (en charabia dans le texte). Qui sait ? Une réussite va peut-être devenir un contre-échec.

Étymologie : de contre + performance. Contre vient du latin contra : contre. Performance est un mot anglais signifant évaluation ou accomplissement (vocabulaire hippique), mais d'origine bien latine : préfixe per + verbe formo, formare : donner une forme, former.

Contre-productif : qui n'atteint pas le résultat escompté, ou même qui atteint le contraire du résultat escompté. Inefficace ? Inopérant ? La novlangue ou l'art de jeter de la poudre aux oreilles... Ils ne se rendent pas compte de ce que leur acharnement négationniste peut avoir de puéril et, finalement, de contre-productif.

Étymologie : de contre + productif. Contre, du latin contra : contre, et productif venant de produire, du latin produco, productum, producere : conduire en avant, mener en avant, produire, présenter.

Contre-vérité : synonyme soit d'erreur, si la contre-vérité est involontaire, soit de mensonge, si la contre-vérité est volontaire. Beaucoup d'hommes politiques et de journalistes énoncent des contre-vérités, ça sonne mieux que : beaucoup d'hommes politiques et de journalistes mentent. Face à un adversaire sans idées [...], spécialiste des contre-vérités et des approximations, François Hollande a démontré sa connaissance des dossiers. Autre exemple, où contre-vérité et mensonges se trouvent dans la même phrase : En juin 2010, Alain Juppé accuse Caroline Fourest d’avoir écrit à propos de « l'affaire Saint-Éloi » un article publié dans Le Monde qui « contient toute une série de contre-vérités ou de mensonges » (Agora-Vox). Quelle différence ? Voir première phrase du paragraphe.

Qui sait ? Une vérité va peut-être devenir un contre-mensonge ou une contre-erreur.

Étymologie : de contre, du latin contra : contre, + vérité, du latin veritas, -tatis : vérité, venant de l'adjectif verus : vrai.

Contribuable : imposable. Euphémisme gentillet désignant un citoyen soumis à l'impôt. Les impôts eux-mêmes sont devenus les contributions, directes (impôts sur le revenu) ou indirectes (taxes, amendes, TVA et autres joyeusetés). Avant on disait taillable et corvéable à merci. Les mots ont changé, la réalité reste. Traduction anglo-saxonne : tax-payer ; cf. l'exclamation de Droopy : Hello, happy tax-payers !, que l'on rend par : Hello, joyeux contribuables !


Hello, joyeux contribuables !

Déclaration d'une ministresse (mars 2013) : Marisol Touraine a prévenu que "tous les Français" seront mis à contribution pour financer les retraites. Que les retraites ?

Étymologie : de con + tribuere : donner, d'où vient le mot tribut. Nous payons indéfiniment un tribut à l'État. Le sens premier du verbe latin tribuo, tributum, tribuere est : répartir l'impôt entre les tribus (romaines).

Contributeur (quasi-barbarisme) : chez les gens informatisés ce mot, importé frauduleusement de l'anglais, signifie « collaborateur ». Trouvé sur le site de comment ca marche point net : Qui sont les contributeurs ? Comment devenir contributeur ? Obtenir le statut de contributeur. Rejoindre la communauté des contributeurs ... (ils insistent lourdement). Wikipédia définit contributeur ainsi : Un contributeur est une personne qui collabore à l'écriture d'une œuvre commune, à la réalisation d'un projet collectif, notamment sur le réseau mondial. Un contributeur est donc un collaborateur, mais plus spécialement en ce qui concerne internet (« le réseau mondial »). Subtil distinguo. On ne peut cependant pas dire que c'est pour éviter d'employer le mot « collaborateur », de sinistre mémoire, qu'on utilise contributeur, puisque les chefs d'entreprise et les D.R.H. appellent cyniquement leurs employés « collaborateurs ».


Les contributeurs, -trices / collaborateurs, -trices du dictionnaire Harrap's de loteur.
(y'a que des femmes)

Substantif : contribution. Cette charte du contributeur présente les modalités de contribution et définit les règles de participation au site. Il faut apprécier au passage l'emploi du mot « charte ».

En français un contributeur, c'est celui qui apporte sa part. Littré reconnaît ce mot, mais pas le Cntrl ni le Dictionnaire historique de la langue française. D'où la qualification de « quasi-barbarisme » qui a été adoptée.

Étymologie : du latin contribuo, contributum, contribuere : apporter sa part. Formé de cum : avec, et de tribuere : donner, distribuer, littéralement : répartir par tribu. Il est vrai que la profession d'informaticiens comporte de drôles de tribus.

Contrôle, contrôler (super néo-crétinisme) : en quelques années, les mots contrôle, contrôler sont devenus deux des pires termes passe-partout qui soient. Les sens le plus courants et normaux du verbe contrôler, c'est examiner, vérifier ou surveiller quelquechose. On contrôle des billets, des passeports ; on contrôle son poids, sa vitesse. Récemment, sous l'influence des Anglo-Américains, le verbe contrôler tend de plus en plus à remplacer un certain nombre d'autres verbes. Cet épouvantable anglicisme se propage à la vitesse de la lumière grâce à l'ignorance des journalistes de la french TV et de toutes sortes de néo-rédacteurs, et ce verbe signifie maintenant :
  • Maîtriser. Quand un incendie ou une situation sont sous contrôle, cela veut dire que l'incendie est circonscrit, que l'on maîtrise la situation. D'autre part, des partisans acharnés de la novlangue n'hésitent pas à écrire : Self-contrôle (self, mot anglo-saxon + orthographe française, avec o accent circonflexe, pour contrôle) au lieu de maîtrise de soi.


    Le feu presque sous contrôle (= presque maîtrisé)
    Il semble que les rédacteurs ne maîtrisent pas le français.

    L'incendie est sous contrôle
    Yaourt! ne renouvelle pas ses titres.

  • Et un programme informatique n'a d'autre ambition que de maîtriser les rêves et influencer leur déroulement. Titre d'un article sur Yaourt! : Une application capable de
    contrôler les rêves ?

  • Diriger. C'est prendre la direction de, être à la direction de, être à la tête de. Quand Monsieur X. prend le contrôle de la société Y, cela veut dire qu'il la dirige: ... mais ils veulent le mettre en place [le programme] a travers l'État, alors qu'ils prétendent que les travailleurs devraient contrôler les entreprises...
  • Ou bien : Le village de Néchin, distant de seulement un kilomètre de la frontière française et de la ville de Roubaix (Nord), compte 27% de résidents français, souvent très aisés, dont des membres de la famille Mulliez qui contrôle le groupe de distribution Auchan.

  • Surveiller, censurer, commander, dominer, tenir, avoir la situation en main, avoir la mainmise sur, prendre en main, soumettre, avoir de l'empire sur, discipliner, régner sur, asservir, s'assurer de, s'emparer de, asseoir son pouvoir ou son autorité sur, être à la tête de, exercer un pouvoir, une coercition ... Dans les 1001 nuits, le calife Haroun al-Rachid (qui contrôla effectivement Machreb et Maghreb à l'époque où Charlemagne régnait) (il régna sur le Machreb et le Maghreb) ... Le pouvoir contrôle l'information et les media : il surveille, filtre et censure l'information. Les rebelles contrôlent la région de l'Afrique Orientale : ils dominent cette région. Je ne connais pas les détails sur l'éventuel changement d'ambiance sur les territoires qu'ils contrôlaient (= sous leur domination). [...] Adam Weishaupt et Mayer Rothschild qui créeront les "Illuminati", secte qui aujourd'hui contrôle le monde (tient, domine, dirige). Lewis Hamilton contrôle les Lotus. Non, il ne les vérifie pas, il les domine. Avec ce commentaire à la limite de l'inintelligible : Parti de la pole [sic], Lewis Hamilton (McLaren) a patronné [sic] la 11e manche du Mondial, d'abord devant Romain Grosjean puis Kimi Räikkönen (Lotus).


  • Et puis tiens, encore un exemple pris dans le résumé d'un film étazunien, qui prouve que les mots contrôle et contrôler ont véritablement gangréné le vocabulaire des néo-crétins : Un major tente de s'opposer à une effroyable manipulation, visant à prendre le
    contrôle (diriger, dominer) d'un candidat à la présidence via une puce hypnotisante. Une puce hypnotique, peut-être ? Auparavant, une source de sécurité malienne avait annoncé que les militaires français avaient pris samedi le contrôle de l'aéroport de Gao (avaient pris l'aéroport, s'étaient emparé de l'aéroport, avaient pris possesion de l'aéroport).

    Le premier trimestre 2011, à cause des événements ‘révolutionnaires’ dans les mondes arabes, c'est la déferlante des mots contrôle, contrôler, comme dans ces exemples : Benghazi : les rebelles
    contrôlent la ville ; l'armée contrôle la ville de Tripoli ; le dépôt d'armes est sous contrôle des rebelles (ici, dans le sens de : s'emparer de). Les journalistes néo-crétins de la french TV s'en donnent à cœur joie, sans contôle aucun.

    Titre d'un article : 737 maîtres du monde
    contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales (possèdent, ont en main), titre repris par plusieurs media ; noter la répétition : du monde, mondiales. Tiré de l'excellent journal : Selon une étude de Mandiant, une société américaine de sécurité sur Internet, l'armée chinoise contrôle quelques-uns de ces hackers parmi les plus virulents du monde, rapporte le New York Times (diriger, être à la tête de). Humble observation de loteur : si vous voulez critiquer la mainmise (et non le contrôle) des grands truands mondialistes sur le monde, commencez par ne pas employer des termes étazuniens.

    Et une réclame pour une voiture fait dire à l'actrice chargée personnifier le véhicule (en vrac) : ... regarde-moi, touche-moi, excite-moi,
    contrôle-moi ... Contrôle-moi ... le niveau d'huile ?

    Plus dramatique, cet exemple : [...} il s'agit de Manoel Ferreira Moura, dit "Manoelzinho", un Brésilien de 25 ans à la tête d'un gang violent qui dirigeait un site d'orpaillage clandestin à Dorlin, à 60 km de Maripasoula, que les militaires français tentaient de
    contrôler lorsqu'ils ont été abattus (site [...] dont les militaires français tentaient de prendre possession). Cette phrase a été trouvée dans divers media, ce qui semble indiquer qu'ils ont repris telle quelle une dépêche de l'A.F.P.

  • Faire fonctionner, suivre le fonctionnement, régler, réguler.


  • Gouverner. L'hémisphère gauche contrôle la partie droite du corps, et l'hémisphère droit contrôle la partie gauche du corps.


  • Enrayer (une épidémie), juguler (une inflation)... Chapô d'un article d' atlantico point fr : Quatorze Français sont parvenus à contrôler le VIH sans médicament, après quelques années de traitement. Contrôler = venir à bout de ? Enrayer ? Vaincre ? Guérir de ? Et plus loin dans le même article : On sait qu’un certain nombre de patients qui ont été traités et qui arrêtent leur traitement peuvent contrôler le virus pendant quelques temps. Contrôler = neutraliser, mettre en échec, contrecarrer l'action de ? Ou tout simplement surveiller ledit virus, le « mettre en observation » ?

    Avec un néo-substantif dérivé : contrôleur. Ainsi, nous pourrons continuer à les suivre et savoir si, d’années en années, les patients continuent à être "contrôleurs" (toujours dans le même article, cité dans le paragraphe précédent).


  • Manipuler : Faits et arguments à l'appui, le penseur qui se définit lui-même comme un "anarchiste socialiste", démonte point par point les stratégies et les mécanismes de contrôle social auxquels les populations des pays occidentaux sont soumises via l'industrie médiatique (atheles.org ; il s'agit d'un essai sur Noam Chomsky).
Donc, d'un verbe qui signifie tout simplement examiner, vérifier (en vue ou non d'une approbation), nous sommes passés à un verbe passe-partout, et qui implique une idée de coercition, de domination. A titre d'information, contrôler en anglais se dit to check, to monitor. Voir Faux-Amis.

La gangrène est telle que des documentations sur l'histoire de France emploient systématiquement ce néo-verbe passe-partout, au lieu de : s'emparer de, prendre possession de, régner sur, soumettre, dominer ... La Guerre de Cent Ans est la dernière tentative des rois et seigneurs anglais de prendre le
contrôle de la France dont leurs familles étaient issues. Ou bien : Le roi contrôlait directement le royaume à l'aide d'une administration mieux structurée (gouvernait, dirigeait...). L'anglo-américanisation des termes introduit une grande confusion dans les mots et les concepts. Et puis, cette remarque, maintes fois émise et dans diverses rubriques : en néo-langue (novlangue), un mot = plusieurs idées. Il n'y a qu'à jeter un œil sur les divers synonymes proposés dans cette rubrique.

Le verbe contrôler peut amener à des erreurs de compréhension, car il peut être compris comme vérifier (son sens normal), comme dans cet exemple : L'usage d'armes de longue distance, à faible niveau de
contrôle [humain, ndlr] ou connectées à des capteurs placés sur le terrain mène à une automatisation du champ de bataille. À faible niveau de contrôle humain ? Les humains contrôlent peu les armes : ils les vérifient peu ? Ou ils n'ont pas de prise directement sur eux, c'est automatisé ? Quant à l'expression « automatisation du champ de bataille », ça fait vraiment jeu vidéo.

Encore des exemples ? Personnaliser et
contrôler Gougueule Nickel-Chrome, contrôler la page actuelle, charabiate un célèbre service de recherche sur Internet. Ou alors, ce résumé d'un film : Un trio courageux tente de résister aux assauts meurtriers d'un gang diabolique et guerrier, qui ambitionne de contrôler une ville entière. Ou bien : L'administration islamique en charge du contrôle [chargée de la direction] de la ville de Kismayo a interdit de faire des affaires aux heures de la prière musulmane (divers media). Les traducteurs ont besoin de leçons de français, qu'ils devraient mieux maîtriser. Malheureusement, l'emploi de contrôler au lieu de maîtriser, diriger ou dominer, etc. sous l'influence pernicieuse des ‘journalistes’ de la french TV, a tendance à se répandre.

Citation, typique du cynisme étazunien, et traduite littéralement de l'anglais par un distingué traducteur :

« Si vous
contrôlez le pétrole vous contrôlez le pays ; si vous contrôlez l'alimentation, vous contrôlez la population ». (Henry Kissinger, un grand humaniste étazunien, reprenant le slogan de 1984 de George Orwell). On voit très bien ainsi dans quelle optique se situe Kissinger, – celle de Big Brother.


« Qui tient le passé
Tient l'avenir
Qui tient le présent
Tient le passé »

George Orwell, 1984

Loteur est tombé, au hasard de ses pérégrinations sur internet ou cyber-flâneries, sur la phrase suivante qu'il avoue mal comprendre : Pourtant, en ballerines, je me sens hyper libre en
contrôle. Qu'est-ce que « être libre en contrôle » ? Se sentir sûre de soi ? (C'est une femme qui parle.) Se sentir en confiance ?

Sur le plan orthographique, on observe de plus en plus la manie d'écrire contrôller ou controller au lieu de contrôler. Peut-être l'influence du mot « troll » ... Beaucoup de journalistes et d'informaticiens sont de véritables trolls.


Présentation d'un projet de sécurisation de réseau P2P
Observer les néo-crétinismes : 1. controllable
(avec deux l, sans ô, et au singulier alors qu'il se rapporte à 'applications')
2. traffic avec deux f, à l'américaine.
Voir Bonnet d'âne.

Dernière remarque : l'inflation galopante de contrôle, contrôler est peut-être en relation avec la touche « Contrôle » (Ctrl) en informatique selon Bill Bugs (Micromou), où cette touche, combinée à d'autres, sert à faire des commandes au clavier : Ctrl-A (tout sélectionner), Ctrl-C (copier), Ctrl-P (imprimer), Ctrl-S (enregistrer), Ctrl-V (coller), Ctrl-X (couper), etc.

Étymologie : le contrerolle (contrôle), c'est le « registre tenu en double pour la vérification d'un autre registre », nommé rôle. Contrôle est formé de contre, du latin contra : contre, + rôle, du latin rotulus : rouleau. Le mot rotulus est le diminutif de rota : roue. Au départ le contrôle, c'est donc un simple registre de vérification.

De Montaigne, cette phrase : « Je pourray tantost changer, non de fortune seulement, mais aussi d'intention : C'est un contrerolle de divers et muables accidens, et d'imaginations irresoluës ». Essais [Livre 3, chap. 2]

Résumé : différents sens du néo-verbe
contrôler (liste non exhaustive) :

asservir,
s'assurer de,
asseoir son pouvoir ou son autorité sur,
avoir (exercer) une domination sur,
avoir de l'empire sur,
avoir la mainmise sur,
avoir la situation en main,
avoir prise sur,
censurer,
commander,
contrecarrer l'action de,
diriger,
discipliner,
dominer,
s'emparer de,
enrayer,
être à la direction de,
être à la tête de,
exercer un pouvoir, une coercition,
faire fonctionner,
gouverner,
guérir de,
juguler,
maîtriser,
manipuler,
mettre en échec,
neutraliser,
prendre en main,
prendre la direction de,
prendre possession de,
régler,
réguler,
régner sur,
soumettre,
suivre le fonctionnement de,
tenir,
vaincre,
venir à bout de,

et les sens classiques :

pointer,
recevoir et renvoyer un ballon (fouteballe)
surveiller,
vérifier.

Controverser (souvent écrit ou prononcé contreversé) : qui prête à la controverse. S'emploie dans le sens de : critiqué. Un sujet controversé. Irak : Un mur très controversé. Avec le verbe controverser : critiquer.

Lu sur un forum cette phrase ahurissante : Beaucoup de sujets controversiels (???) traitees dans des documentaires interessants ,comme le nucleaire ,la pollution ,les OGM ,la guerre de l'eau ,tout ce qu'on veut pour attirer l'attention du citoyen eclairee qui aime regarder une chaine sans trop de publicite . (Il s'agit d'un copié-collé ; l'orthographe et la ponctuation sont du scripteur.)

Étymologie : de controverse, venant de contra : contre, et de versum : tourné ; controversé; c'est littéralement être tourné contre.

Conventionnel (anglicisme) : cet adjectif en français veut dire : qui répond à une convention, qui respecte un accord. Mais ce sens est maintenant dévoyé, et l'on constate de plus en plus l'emploi du mot conventionnel dans le sens de 'classique' : des armes conventionnelles, par exemple, ou bien : Les théoriciens de la géopolitique internationale constatent que, depuis 1945, ce sont plus souvent des guerres civiles que conventionnelles que les États auront eu à affronter. Importation frauduleuse de l'anglais (ici il s'agit plutôt de contrebande).

‹ Entendu à la télé › : agriculture conventionnelle. L'agriculture 'traditionnelle' semble ne plus exister pour les rédacteurs et journalistes. Tiens, encore un exemple : Les jus industriels bio présentent les mêmes avantages et les mêmes inconvénients que ceux issus de l'agriculture conventionnelle. 'Issus de' au lieu de 'venant de' est sans doute plus « classe » aussi.

Lu sur l'excellent Yaourt!, citant Teckyou : Certains promettent au PC – et à l'ordinateur conventionnel tel que nous le connaissons actuellement – une fin rapide. Que peut être un ordinateur conventionnel dans l'esprit du rédacteur ? Un ordinateur classique ?

Étymologie : du latin conventio, -nis : assemblée, union, réunion ; convention. De cum : ensemble, et venire : venir. Cf. couvent, anciennement convent.

Convertible : 'convertible' veut normalement dire : qu'on peut convertir (nombre, monnaie etc.) ou qu'on peut transformer. Le mot convertible, emprunté aux Anglo-Saxons, pour désigner un canapé-lit (ou tout autre objet transformable) est un calque abusif, qui ne fait gagner ni en clarté dans la désignation de l'objet, ni en temps, car les deux expressions comportent le même nombre de syllabes.

Étymologie : convertible, adjectif verbal de convertir, de cum : avec, + vertere : tourner.

Conversation : c'est ainsi que l'on appelle désormais un échange de correspondance. Conversation ? Correspondance ? Ce n'est pourtant pas la même chose. La conversation a été placée dans la corbeille annonce un site de messagerie quand on vient de supprimer un échange de messages. Il s'agit là tout simplement d'un message ou d'un échange de messages, – et donc d'une correspondance. On confond ce qui est de l'ordre de la parole (conversation) avec ce qui de l'ordre de l'écrit (correspondance), et on a affaire là à une regrettable confusion, – comme toujours avec les Anglo-Américains. C'est ainsi qu'il faut prendre dans les sens de communication ou de correspondance le mot conversation dans la phrase suivante : Toutes vos conversations sur le réseau social sont scannées et passées à la loupe. Réseau social veut ici dire Face-Book, et scanner veut dire examiner, scruter. Noter le rapprochement amusant : « les conversations sont passées à la loupe ».

Étymologie : conversation, en français, c'est un échange de propos. Latin conversor, conversari : se tenir en un lieu, vivre en compagnie de quelqu'un, se conduire, se comporter. La "conversatio", c'était l'intimité avec, la fréquentation, le commerce avec.

Convivial : depuis qu'Ivan Illich a écrit « La convivialité », tout est maintenant convivial : un programme, un écran, un clavier, une ambiance, la météo (!?) etc … Ce terme viendrait de Brillat-Savarin, et il s'appliquait à l'origine à l'ambiance agréable des banquets. On se gargarise du mot convivialité, alors que disparaît la simple chaleur humaine. Synonymes français : accueillant, agréable, aisé, ergonomique, facile... Lu sur liberation point fr, citant J-F Copé : Le candidat Copé se défend : il ne s'agit selon lui que d'un simple «dispositif de convivialité» et non pas de propagande personnelle (à propos de l'envoi de S.M.S. pour souhaiter un bon anniversaire à des membres de l'U.M.P.) Un « dispositif de convivialité » ? Diantre. Un geste de courtoisie, peut-être ? Pourquoi faire simple, quand on faire con et pliqué à la fois ?

P.S. qui n'a rien à voir : Ivan Illich, auteur autrichien, n'a rien de commun avec Ivan Ilitch, héros du roman de Tolstoï « La Mort d'Ivan Ilitch ».

Étymologie : du latin convivium, de conviva : convive. Convive, de cum : avec, et vivere : vivre. Au XVIe siècle, convive, venant de convivium, signifiait repas. Antérieurement convive au féminin avait signifié manière de vivre, manière d'être, état, disposition.

Convoquer : ce verbe semble signifier appeler, citer, présenter, faire référence à, voire sélectionner comme dans l'exemple suivant : Lilian Thuram a demandé à ce que Patrice Evra, capitaine des Bleus en Afrique du Sud, ne soit plus jamais convoqué en équipe de France. Ce verbe est pris dans un sens nouveau, « médiatique » : demander, appeler, en appeler à, inviter, pressentir, citer comme par exemple : « ... dans Échos de stars (TF1), Stéphane Bern est ainsi convoqué pour sa familiarité (?) avec les têtes couronnées ». Ou bien, cet autre exemple : « À l'inverse, certains talk-shows convoquent la complicité du public en instituant une parole collégiale et désacralisante sur des célébrités transformées en simples faire-valoir de l'opinion commune ». On peut ainsi convoquer un personnage illustre ou une autorité (déjà morts) à une émission ou dans un article comme référence : Convoquant Alexis de Tocqueville, Hannah Arendt et Axel Honneth, l'auteure montre que notre sensibilité à la souffrance d'autrui s'est progressivement aiguisée, ou bien : Pourquoi avoir convoqué Kakfa dans votre essai ? (par lettre recommandée avec AR ?) Autre exemple, émanant d'un organisme patronné par le C.N.D.P. () : Toute l'imagerie la plus gauloise, la plus grivoise, est convoquée en sous-main (évoquée ? Convoquée en sous-main = sous-entendue ?) Et comment comprendre le verbe convoquer (et tout le charabia qui l'accompagne) dans l'exemple suivant ? Inondation en espace péri-urbain : convoquer un éventail de disciplines pour analyser l'aléa et la vulnérabilité de la basse-Bruche (la Bruche est une rivière alsacienne).

() Centre National de la Documentation Pédagogique

Convoquer peut simplement avoir le sens d'inviter ou de convier : [...] tous les avis des « experts » et des journalistes, des responsables politiques et des professionnels du secteur convoqués dans l'émission d'Yves Calvi tendaient peu ou prou à démontrer... la même chose ! (Acrimed)

appel : convoquer signifie normalement appeler à faire comparaître ou appeler près de soi (convocation judiciaire, convocation médicale, convocation au commissariat, convocation à un examen, convoquer une assemblée etc.) Par exemple : G. Depardieu a été convoqué au Palais de justice de Paris pour une audience de « plaider-coupable » (sic) pour conduite en état d'ivresse.

Étymologie : du latin cum : avec, ensemble + vocare : appeler. Vocare vient de vox, vocis : voix, qui a également donné vocal, voyelle.

Cookies (anglicisme, prononcer kʊkɪz ou koukize) : des gâteaux, ça !? Non, ce sont en fait de petits programmes coquins déposés à votre insu dans votre ordinateur et qui permettent à un site internet de vous repérer (tracer, en novlangue) sur internet : qui vous êtes, d'où vous venez, où vous allez, quels sites vous visitez. Il s'agit donc en fait d'espions ou de mouchards. Et ceci est fait en toute impunité. Que fait donc la Commission Informatique et Liberté ?

Étymologie : dérivé du verbe to cook, cuisiner. To cook serait de même racine que cocere, venant de coquere : cuire. Cf. en français l'expression « maître queux », queux étant un vieux mot désignant un cuisinier. Latin coquina : cuisine, espagnol cocina, russe кухня (kuchnia), etc.

Cool (anglicisme, prononcer ku:l ou comme coule) : ce déterminatif anglo-saxon est employé pour désigner toutes sortes de situations agréables : C'est cool ! Également utilisé pour les personnes : Ce mec, il est cool (sympathique, agréable, « coulant »). Version redoublée : Cool, cool (du calme). On peut aussi allonger la syllabe pour lui donner plus de force: C'est cooool ! (chouette). Les gens cool sont forcément zen. Cet adjectif est invariable en anglo-saxon, mais on observe la graphie 'cools' au pluriel : En vrac : icones cools pour windows xp ou bien encore : « Un black » est aussi très utilisé par les gens cools qui connaissent pleins de « blacks » (il y a trois 's' contestables dans cette phrase, dont un est vraiment fautif [pleins]). Synonyme : Zen. Antonymes : Hot, Speed.

Étymologie : vieille racine indo-européenne, qui a donné cool, cold en anglais ; gel et geler en français, etc.

Coordonnées : abcisse + ordonnée d'un point en mathématiques, mais maintenant cela signifie tout simplement une adresse. Quelles sont vos coordonnées ? Vous trouverez ci-joint les coordonnées et le plan d'accès à notre centre. Tout comme s'il s'agissait de coordonnées terrestres ou spatiales. Mais il est vrai qu'on repère maintenant une adresse par satellite (Google Earth, GPS etc.)

Étymologie : de co (cum) et ordonner, qui vient du latin ordo, ordinis : rang, rangée, ordre.

Copie (calque) : terme venu de l'anglo-saxon (copy), et signifiant 'exemplaire' : Enregistrez maintenant votre copie du logiciel. En français, on appelle copie la reproduction fidèle d'un original et on appelle exemplaire chacun des objets reproduits en série. Un exemple, parmi beaucoup : Pour son premier tour de piste, et malgré un nombre de copies deux fois moins important (341 contre 894), le film de Josh Trank s'est offert le luxe de dépasser la comédie de Thomas Gilou de pas grand chose...

Mais les informaticiens et les néo-crétins confondent tout. La copie est théoriquement interdite ou limitée pour les utilisateurs d'un produit informatique ou multimédia. Grâce aux lois des Anglo-Saxons et à la pression des grands groupes de diffusion, vous n'avez plus que le droit de payer.

Et évidemmment, le droit de copie (droit de reproduction), c'est le copyright, que vous trouvez partout non traduit (en français : tous droits réservés, droits de reproduction, droits d'auteur). On peut même trouver le mot copyrighté : protégé. Ce site est entièrement copyrighté. Vive la mondialisation !

Pour les curieux, le néo-flicage des citoyens et des internautes, sous prétexte de « protéger » les droits d'auteur, a été considérablement renforcé avec le fameux traité ACTA.

Étymologie : l'étymologie de copie est étonnante ; copie vient du latin Copia : déesse de l'abondance (de cum et ops : richesse). Copia signifie en outre en latin : richesse, possibilité, capacité, permission, d'où le sens restreint de permission de reproduire, de copier. Latin médiéval copiare : transcrire, proprement : transcrire en grande quantité. Le sens d'exemplaire (par exemple en informatique) est dû aux Anglo-Américains. Le fameux "droit de copie", cher aux Anglo-Américains, favorise leur richesse.

Copie (revoir sa ~) : en un temps où l'école est décriée pour le manque de formation qu'elle assure bravement, l'expression scolaire 'revoir sa copie' s'emploie souvent pour signifier : corriger ou modifier son projet, présenter un nouveau plan : Sous la pression des syndicats, le ministre a été obligé de revoir sa copie. Dans la foulée, on trouve rendre sa copie, dans toutes sortes d'acceptions : livrer, remettre, présenter un rapport. Le rapporteur a remis sa copie à l'Assemblée. L'Assemblée considérée comme une salle de classe ? Il est vrai que l'on y chahute souvent. Le comité Balladur rend sa copie à Nicolas Sarkozy – comme à un examen ?

Déclaration d'un entraîneur de fouteballe lors d'une rencontre sportive lamentable de l'Équipe de France : Il (R. Domenech) se dit "effaré" par la copie rendue par ses anciens protégés et notamment leurs "fautes techniques". Les "protégés" sont ici les joueurs. Remarquer l'absence de la préposition 'par' devant "fautes techniques". Mais il faut s'attendre à tout, et surtout au pire, de la part d'une équipe de « France » disparate, où la cupidité et la grossièreté (insultes envers des journalistes) tiennent lieu de talent.

Étymologie : pour copie, voir rubrique précédente. Revoir, du latin revideo, revisum, revidere (re-videre) : revoir. Pour copie, voir rubrique précédente.

Dans le même esprit : « J'ai école demain » = je vais au boulot demain. Ou bien dans ce même registre infantilisant : « La Grèce est le mauvais élève de l'Europe » ou Untel va passer son grand oral (audition d'un candidat – en général, c'est quelqu'un déjà important – pour un poste élevé). Autre exemple : A Marseille, premier grand oral pour le candidat Sarkozy. La formule est assez utilisée pour les candidats à l'élection présidentielle ; oral ou grand oral signifient alors débat télévisé, rencontre avec des journalistes ou meeting.

Copier-coller ou copié-collé (informatique) : cela signife reprise, reproduction, imitation telle quelle. Vient évidemment de l'informatique (faire un copié-collé) qui signifie prendre tel quel un texte dans un document et le mettre dans un autre document. Bizarrement, la forme employée est assez souvent le verbe à l'infinitif, alors que le participe passé semblerait plus logique. ... une constellation de sites dit « alternatifs » qui se contentent de copier-collé juste parce que « c'est contre le système donc c'est vrai » (les fautes sont du scripteur ; loteur n'a fait qu'un copié-collé). Autre exemple, avec les verbes à l'infinitif : Nicolas Sarkozy aurait la fàcheuse tendance à copier-coller bon nombre de ses discours...

Étymologie : pour copie, copier, voir le § sur copie. Coller, verbe à partir de colle, du latin colla, qui l'a emprunté au grec
κόλλα (colla) : gomme, colle.

Copte : peuple d'Égypte, et la langue qu'ils parlent. Cette langue descend de l'égyptien ancien. Copte désigne aussi un chrétien d'Égypte. Lu sur un article web : Réalisé par un cinéaste qui s'est présenté comme Américano-israélien mais qui selon les médias américains serait de religion copte, le film à faible budget se veut une description de la vie du prophète. Le copte n'est pas une religion, mais ce mot désigne un peuple et une langue. On apprécie le niveau de « culture » générale des néo-rédacteurs : immédiatement en dessous de zéro.

Étymologie : du grec Αἰγύπτιος (Aiguptios), qui signifie Égyptien. Ce mot fut déformé (après syncope phonétique) par les Coptes en Kuptios puis, suite aux conquêtes arabes de 641, en قِبط (qibt), qui donnera copte en français.


Cordialement : cet adverbe, parfois abrégé en Cdlt, termine invariablement tout message électronique. La cordialité, c'est un sentiment chaleureux certes, mais assez distant. On n'est cordial qu'avec des personnes étrangères, mais qui on peut rester à couteaux tirés (cf l'« Entente cordiale » entre la France et l'Angleterre). Méfiez-vous donc de ceux qui vous écrivent et terminent par cordialement : en général, ils se foutent totalement de vous.

Étymologie : voir à Cœur.

Corporate (anglicisme, prononcer kɔpərət), avec l'adjectif corporatif (langage du management) : corporate, ça veut tout simplement dire : d'entreprise, qui appartient à l'entreprise. Corporatif est un adjectif refait français, qui signifie la même chose que le corporate anglais. Tout cela est du langage économiquement correct de technocrates, destiné à jeter de la poudre aux yeux. Exemples : Groupement de football corporatif de Trifouillis les Oies, ou bien : Vêtements identifiés avec votre logo corporatif. Le symbole ou le dessin de l'entreprise auraient été trop simples. Lu sur une pub : Laissez-nous vous conseiller pour vos cadeaux corporatif (sic) afin de trouver le panier idéal pour impressionner un client ou un employé.

Corporate lui-même peut être pris dans un sens adjectival : qui a l'esprit de corps, l'esprit de corporation, qui a un réflexe corporatif. "Je n'ai certes aucune amitié pour Sabatier, mais je suis corporate et je suis pour que tout se passe bien sur la chaîne pour laquelle je travaille", a répondu Nagui. Loteur félicite ledit Nagui d'avoir l'esprit corporate, et surtout pour son esprit français.

Substantif : corporation, mot qui, dans l'esprit de nombreuses personnes, tend à remplacer les termes 'société' ou 'entreprise' : On suspectera bientôt ceux qui tirent leurs rideaux. dans ce monde qui exige des individus la plus entière transparence et permet aux corporations, spéculateurs et autres requins de la finance à opérer dans la plus grande opacité.

Étymologie : en français corporatif signifie : ce qui est propre aux corporations (regroupement de personnes exerçant la même profession). Corporatif vient du latin corporatus : formé en corporation. La racine est corpus : corps. L'emploi de corporatif décrit dans le paragraphe précédent est un anglo-saxonnisme de mauvais aloi, répandu sur nos écrans d'ordinateur avec le logo de Windaube et sa raison sociale : Micromou Corporation (= société Micromou).

Corps (sans vie) : tout simplement un cadavre. Or, dans l'hôpital où celle-ci séjourne, on retrouve le corps sans vie d'une infirmière, Magali, vraisemblablement assassinée dans la lingerie de l'établissement. Ou cet exemple, encore pire : Les secours arrivent rapidement, mais leurs corps (des randonneurs) sont déjà sans vie. Ou encore : A Bordeaux, découverte du corps sans vie d'une magistrate (découverte du corps d'une femme magistrat). Les journalistes semblent employer l'expression corps sans vie au lieu de cadavre ou de mort ; ils pensent sans doute que ça heurte moins les oreilles. Et on a introduit le mot « vie », comme pour gommer la mort. Principe de novlangue : remplacer un mot par son contraire, comme dans « Pôle emploi », « diagnostic vital », « sans domicile fixe »... Voir ces mots.

Étymologie : corps, du latin corpus, corporis : corps. Vie, latin vita : vie. Sans, du latin sine : sans. Le 's' terminal de sans viendrait de la forme latine barbare sinis (cf. italien senza : sans).

Correct : adjectif à la mode et qui signifie juste, exact. Correct ! s'exclame par exemple une présentatrice d'émission de télévision, quand un candidat a répondu de façon exacte à une question. Importation frauduleuse de l'anglo-saxon.

Tout est quelquechosement-correct de nos jours : politiquement correct, socialement correct, médiatiquement correct, alimentairement correct etc. Il n'est pas inutile de rappeler que “correct” signifie en français : convenable, conforme à des règles fixées (tenue correcte exigée). L'emploi abusif de cet anglo-saxonisme devient odieux. Voir Politiquement correct.

Étymologie : correct, du latin correctus, participe passé du verbe corrigo, correctum, corrigere : redresser, mettre droit (co-rigere). La correction, c'est le fait de remettre droit. Ce même verbe dérive d'une racine qui a donné régir, roi (rex), rectitude. Cf. l'omniprésent O.K., qui serait l'abréviation de l'expression « all correct », mal orthographiée.

Corrompu (informatique) : ne signifie plus 'qui cède à la corruption', mais simplement 'altéré' ou 'endommagé' dans la langue des informaticiens : Pour réparer les associations de fichiers corrompus dans votre base de registre. Ou bien : Ce fichier est corrompu, les données ont été corrompues. Ou encore : ... il est très difficile et dangereux de la supprimer [la partition], car elle contient les fichiers système de démarrage et le Master Boot Recorder (MBR) peut alors être corrompu ou disparaître. Tant il est vrai que l'informatique corrompt les mœurs.. A signaler que pour un oui, pour un non, vos fichiers peuvent être corrompus dans votre ordinateur : virus, instabilité du système MicroMou, ou simple incompétence des informaticiens ayant élaboré le programme. Importation frauduleuse de l'anglo-saxon 'corrupted'.

Loteur a rencontré un emploi plutôt bizarre du participe corrompu dans un article du journal : Grâce à ces données il a pu ensuite implanter un logiciel corrompu destiné à perturber le fonctionnement normal de l'appareil médical. Logiciel corrompu = logiciel espion ? Logiciel bidonné ?

En français, le mot corrompu évoque non seulement la corruption morale, mais renvoie à l'image d'aliments ou de chairs corrompus : image affreuse de chairs putrides, grouillant de vers. Des fichiers corrompus, sont-ce des fichiers pourris et pleins d'asticots ?

Étymologie : du latin corrumpo, corrumpere, de cum et rumpere, rompre. Corrumpere, c'est mettre en pièces, détruire complètement et aussi gâter, détériorer, corrompre, séduire, violer. Le sens latin est très fort et n'a pas vraiment de rapport avec le sens anglo-saxon actuel.

Cotation (ou quotation) : devis, proposition de prix. N'a donc rien à voir avec une cotation boursière.

Étymologie : néologisme, XXe sième siècle (1929). Vient du verbe coter (des actions), dénominatif de cote. Cote, du latin quota (pars) : quelle (part). Latin quotus, quota, quotum : lequel, laquelle en ordre ou en nombre.

Côté : s'emploie dorénavant dans le sens de : quant à, en ce qui concerne, pour ce qui est de, voire tout simplement pour ou chez. Côté Démocrates (chez les Démocrates), c'est Obama qui semble l'emporter. Ou bien : Côté températures, on va assister à un rafraîchissement général. Ou encore : Côté information, les affiches en gare sont imprimées sur des beaux papiers aux couleurs de la SNCF. Lu sur un media : En fait, côté histoire, la plus passionnante reste celle de John le Rouge (huit art city). 'Entendu à la télé' : Ce soir émission spéciale dragqueen, côté look. Lu sur un article web : Côté cinéma, nous retrouverons Jennifer dès le 30 janvier 2013 à l'affiche de Happiness Therapy (premiere point fr). Encore un exemple : Côté résultat, ma fibre capillaire n'est pas plus épaisse, mais je constate que je perds moins de cheveux en les brossant. Côté français, les néo-crétins sont totalement à côté de la plaque.

Cet emploi à contresens du mot côté pourrait indiquer que les gens préfèrent se tenir à côté du véritable sens des choses plutôt que dans le cœur de la signification.

Étymologie : du latin costa : flanc, côté. A également donné coteau.

Couchsurfing, couchsurfer (anglicismes, prononcer kaʊʧ sɜ:fɪŋ / kaʊʧ sɜ:fə(r) ) : ces mots non traduits de l'anglo-saxon désignent le fait de trouver pour un voyageur, par l'intermédiaire d'internet, un hébergement – quitte à lui d'héberger à son tour un autre voyageur. Le couchsurfeur-voyageur en vacances sera vraisemblablement un couchsurfeur-hébergeur une fois rentré chez lui. Souvent prononcés kaoutchseurfeur, kaoutchseurfing par les partisans convaincus de l'anglo-saxonnisation. En tout cas, des noms à coucher dehors. Couchsurfer = hôte internet ? Et couchsurfing = hébergement internet ? Accueil pour la nuit ? Un petit exemple pour se mettre en bouche : La jeune femme prenait attache avec ses victimes, via des sites Internet dédiés au couchsurfing, une pratique qui consiste à inviter des gens à passer quelques nuits gratuitement à son domicile.

Étymologie : 'a couch', c'est un divan, un canapé en anglais. De l'ancien français coucher, venant du latin colloco, collocare : placer, disposer, placer dans une position horizontale, coucher...

Coucou : ce cri du coucou est devenu synonyme de « Bonjour » dans le langage néo-crétin : Un petit coucou depuis la Baule .

Étymologie : onomatopée. Latin cuculus.

Cougar (couguar) (américanisme) : c'est l'appelation étazunienne du félin connu sous le nom de puma dans le reste du monde. Cette espèce d'animal (le puma ou couguar) est officiellement éteinte aux Étazunis depuis plusieurs décennies, mais elle renaît sous la forme de femelles chasseuses d'hommes jeunes pour satisfaire leur appétit sexuel. Ce genre de chasse à l'homme est socialement toléré, alors qu'il est désapprouvé quand il s'agit d'hommes en quête de femelles pour satisfaire leur libido, – surtout si les femelles sont mineures. Annonce Gougueule : Rencontrez une COUGAR ? Des femmes mûres cherchant des jeunes et beaux mecs disponibles. C'est à la limite du proxénétisme.

Né aux Étazunis, ce mouvement gagne maintenant l'Europe, comme beaucoup d'idées alacon issues du Ponant. J'ai testé la coach des cougars, titre un article de Top-Santé. Admirons au passage le double néo-crétinisme « la coach ». Et un peu plus bas : ... la cougar dispose d'armes secrètes pour apprivoiser le toy-boy, dès le premier rendez-vous. Les proies des cougars sont donc des « toy-boys », ou hommes-jouets, des gigolos – ou gigolpinces dans l'argomuche de Pantruche et d'ailleurs. C'est mieux en le disant en anglois, sans doute, – à moins qu'il ne s'agisse d'un subterfuge plus ou moins conscient pour masquer une réalité.

Étymologie : le mot cougar vient du tupi (une langue amérindienne) : susuarana, qui veut dire : lion de montagne, déformé par les Portugais en cucuarana, et est devenu couguar au XVIIe siècle .

Couleur (homme de ~) : personne se distinguant par la couleur de sa peau. On dit aussi en néo-langue : qui appartient à la diversité, qui appartient à la minorité visible. Conclusion : les hommes blancs autochtones sont semblables d'une part, et invisibles d'autre part. Ce que l'on peut considérer comme une insulte raciale, énoncée par des anti-racistes néo-crétins.

P.S. qui n'a rien à voir : les Martiens, ou petits bonshommes verts, ne sont pas considérés comme des hommes de couleur. On se demande pourquoi (ils ne touchent donc pas d'allocs ?)

Étymologie : latin color, -ris : couleur, aspect du visage, teint, aspect extérieur.

Couleurs : les couleurs symbolisent tout un tas de trucs en néo-langue. Sans faire référence à la théorie des couleurs, mise à l'honneur par Goethe, ni à la chromothérapie, il faut noter que les couleurs sont utilisées pour désigner certains aspects de la vie et de la société. Loteur livre au lecteur un petit essai sur les couleurs.



Quand on parle des Bleus, on fait référence aux sportifs français qui, quelle que soit la couleur de leur maillot, sont désignés par cette couleur. Retrouvez un résumé du parcours des Bleus en 2011, qui s'inscrit dans une série d'invincibilité en cours de 17 rencontres sans défaite, pérore le site de l'équipe française de fouteballe. Les Bleus, bizarrement, sont aussi appelés les Tricolores. Le bleu symbolise également la droite en politique.

Le lecteur attentif aura remarqué que 'Bleus' comporte une majuscule à l'initiale. D'autre part, bleu, bleusaille sont aussi des mots pour marquer péjorativement quelqu'un qui n'a pas d'expérience. Un bleu est une personne nouvellement arrivée dans une organisation (armée, police...) ou bien : La bleusaille est arrivée, on va bien se marrer. Cela vient de l'argot militaire, où un bleu désignait une recrue (le bleu était la couleur de leur uniforme).

D'autre part, un très grand nombre d'expressions ou de locutions traditionnelles comprend le mot bleu : sang-bleu (appartenance aristocratique ; bleu signifie ici l'aristocratie), palsambleu (juron voulant dire : Par le sang de Dieu ; bleu signifie ici Dieu), casques bleus (forces de l'O.N.U. ; bleu signifie ici la paix), écran bleu de la mort (plantage défénitif du système Windaube ; bleu signifie ici la mort, ou que le système est foutu), cordon bleu (grand cuisinier ; bleu signifie ici la maîtrise), train bleu (train de nuit ; bleu signifie ici la nuit), pilule bleue (Viagra ™ © ® ; bleu signifie ici la puissance masculine), ballets bleus (parties fines réunissant des hommes et des éphèbes [aucune allusion politique] ; bleu signifie ici la pédérastie), les socialistes ont des bleus à l'âme (des blessures à l'âme ; bleu signifie ici au sens figuré un hématome), et loteur aime bien le bleu d'Auvergne (fromage avec moisissures ; bleu signifie ici moisissure, c'est-à-dire un champignon microscopique, dont la pénicilline fait partie), etc. etc. etc.

Comme le lecteur peut s'en apercevoir, un symbole recouvre un grand nombre de significations, qui sont parfois opposées (cordon bleu ≠ un bleu, une bleusaille).



Quand on parle des Verts, par exemple, on fait allusion aux membres d'une secte, qui a commencé à prospérer dans la deuxième moitié du XXe siècle, à savoir la secte Ékollo ou Écolo, émanation de la Wicca. Cette secte prône le respect de la Nature (plus exactement de l'Environnement, qui est la traduction de la Nature en langue néo-crétine), et impose tout un tas de restrictions aux citoyens désirant vivre normalement.

Le lecteur attentif aura remarqué que 'Verts' comporte une majuscule à l'initiale. Les Verts, qui font imposer des normes de plus en plus draconiennes contre la pollution (CO2), contre la dispersion bordélique des déchets (atomiques ou ménagers), etc. polluent sans vergogne à qui mieux mieux avec leurs voitures, leurs avions ou leurs hélicos qui produisent des tonnes de CO2. « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais », telle est aussi la devise des Verts. Deux remarques : 1. les écolos sont comme les pastèques : verts à l'extérieur, rouges à l'intérieur ; 2. Dany le Rouge est devenu chef de file des Verts. Le vert est la couleur complémentaire du rouge.

Le vert est la couleur de la chlorophylle, de la nature (feuillage, plantes, arbres, herbes, chevaux et juments (chez les Japonais : 青 馬 [ao-uma] : cheval vert, chez Marcel Aymé : La Jument verte). Le vert est censé avoir un pouvoir apaisant, – alors que le rouge est censé exciter. Comme couleur prétendument apaisante, le vert est la couleur de l'autorisation, de la permission (feu vert). La plante qui est par excellence associée au vert est la menthe, dont les arômes artificiels parfument nombre de cochonneries vendues par les industries alimentaires. Il n'est pas inutile de rappeler que la menthe est une plante tueuse. La grenouille, qui est verte sous nos latitudes, doit aussi sa coloration à la chlorophylle, ou bien au mimétisme pour qu'on la confonde avec le feuillage (nos savants ne sont pas d'accord là-dessus).

Le vert est la couleur de l'espoir (alors que les Verts symbolisent le désespoir de la planète), c'est aussi la couleur du diable, de Green Pisse, des martiens (les « petits hommes verts »), de la mort (« Soleil vert » ; Molière est mort dans un habit vert ; le vert porte malheur au théâtre ; les morts sont représentés avec un teint verdâtre), des poisons et des remèdes (les croix des enseignes de pharmacies sont le plus souvent vertes), de l'Islamisme. Bref, comme noté plus haut à propos du bleu, un symbole a une multitude de significations, parfois opposées (énantiosémie).



Quand on parle des Rouges on fait allusion aux communistes, avec leur drapeau rouge de la révolution, couleur du sang des ouvriers et paysans sacrifiés par les grands, les exploiteurs, les capitalistes. Le rouge est aussi le signal du danger extrême, de la violence, du feu, voire de la mort (Le Spectre de la Mort rouge). C'est le signal de l'interdiction (feu rouge), des embouteillages (journées rouges). C'est la couleur de l'excès.

Le lecteur attentif aura remarqué que 'Rouges' comporte une majuscule à l'initiale. Les Rouges, les cocos ont de tous temps défendu le prolétariat, ce sont peut-être les seuls qui le défendent dans cette ère de mondialisation, dans un combat d'arrière-garde.

La couleur rouge a été de tous temps, en Occident, le symbole de l'érotisme, de la passion, de l'amour exacerbé. Comme symbole du feu, de l'embrasement, c'est un symoble duel, qui apporte chaleur et lumière, mais aussi mort et dévastation. Les magistrats portent la robe rouge dans les affaires criminelles. Le rouge est la couleur de la libido, du plaisir intense, mais aussi de l'agressivité, du danger extrême (alerte rouge), de l'exclusion (carton rouge), de la mort a-t-on déjà dit : la muleta est un morceau de drap rouge que le matador (le tueur) agite devant le taureau pendant la « faena », ou « travail » avant la mise à mort. Loteur, qui a une voiture rouge, atteste que celle-ci est particulièrement visée, semble-t-il, par les chauffards. Cela doit être dû à la nature excitante du rouge. Loteur songe à la faire repeindre en vert.

Le rouge est la couleur des hautes personnalités (dérouler le tapis rouge), mais aussi celle des putes et des maisons closes (la lanterne rouge). Le rouge est enfin la couleur préférée de loteur (vin rouge).



Quand on parle des Roses, on fait allusion non pas aux fleurs, tant célébrées par Ronsard (Mignonne, allons voir si la rose ...) et Malherbe (Et Rose, elle a vécu ce que vivent les roses, l'espace d'un matin), mais aux socialistes (les « socs »). Les socialistes ont fait main basse sur ce magnifique symbole. On a vu, on voit et on verra encore de quoi ont été, sont et seront capables les socs en matière sociale et politique.

Le lecteur attentif aura remarqué que 'Roses' comporte une majuscule à l'initiale. Les Roses se sont depuis longtemps signalés par ce qu'ils appellent une politique « sociale », qui est, semble-t-il plus démagogique que vraiment sociale ou socialiste, étant donné le niveau de vie de nombre d'élus roses. Le rose est parfaitement compatible avec l'or des prébendes ou les ors de la République. En tout cas on peut dire qu'avec les Roses, ce n'est pas la vie en rose.

Le rose est une couleur fadasse (romans à l'eau de rose), ambiguë (triangle rose affecté aux homosexuels dans les camps national-socialistes allemands). Si Homère a su magnifier l'aurore aux doigts de rose, cette couleur n'en reste pas moins une couleur féminine, sinon mièvre, destinée aux petites filles. C'est un symbole d'érotisme aimable (peau rose d'exquises nudités), mais aussi de luxure (minitel rose, ballets roses (avec de très jeunes filles). Les seules formes de rose qu'apprécie loteur sont celles des éléphants roses – qui ne sont pas des élus socialistes – et de la charcuterie.



Quand on parle des bruns, on fait allusion aux heures les plus sombres de notre histoire, celles que honnissent tant d'associations bien-pensantes qui n'ont connu de ces heures sombres, de ces mois sombres, de ces années sombres pas le moindre commencement de début de conséquence sur leur famille, leur corps ou leur âme. Pas la moindre misère qui les empêche de digérer leur caviar, leur homard ou leur champagne.

Le lecteur attentif aura remarqué que 'bruns' ne comporte pas de majuscule à l'initiale. C'est que les bruns ont mauvaise presse. N'importe quel TdC, ayant une situation tant soit peu en vue, se fera un devoir de cracher sur les bruns. Tel ou tel animateur de télévision refusera tout net d'inviter un brun à son émission, tel ou tel histrion de banlieue dénigrera les bruns sans raison, tel ou tel homme politique les diabolisera à outrance, etc.

La couleur brune est celle de la terre, des troncs d'arbre, des marrons, du chocolat, de nombreux animaux à fourrure brune ; c'est aussi, révérence parler, celle de la merde, celle du Caca cool. Mais, quand on dit d'une fille qu'elle est brune, il faut entendre par là que ses cheveux et ses poils sont plutôt noirs.



Quand on parle d'Orange, on fait allusion non pas au fruit, symbole de soleil et de pays du sud, mais à une entreprise qui est une émanation de France Téléfon, et à ce titre se croit en position de monopole en ce qui concerne la téléphonie et les services internet. Il y a peu à dire sur cette entreprise, sinon les choses habituelles : irrespect des clients, des salariés, produits peu concurrentiels...

Le lecteur attentif aura remarqué qu'Orange comporte une majuscule à l'initiale. Pour un nom de société, en effet, la majuscule s'impose. Orange, de même que France Téléfon, la société-mère, se distinguent par leur mépris du français, et s'ingénient à promouvoir le globish. Il est dommage que cette entreprise ait choisi comme nom 'Orange', car c'est la couleur du soleil et de l'énergie, du sacré (dans l'hindouisme), et récemment on en fit la couleur de la paix (Révolution orange). Mais c'est aussi un symbole de poison et de mort (agent orange, popularisé par l'entreprise Monsalo). C'est aussi un signe d'avertissement (feu orange), d'alerte de danger (alerte orange).



Quand on parle des Blancs, on fait acte de racisme, car la couleur blanche n'existe pas d'abord (le blanc est le mélange de toutes les couleurs), et ensuite les Blancs ne sont pas blancs, mais la couleur de leur peau est plutôt rosée, ou orangée. Pour parler novlangais (= néo-crétin), on ne dit plus « Blanc », mais « Caucasien », car la Très Sainte Inquisition de la bien-pensance l'a décidé ainsi.

Loteur parle cependant des blancs , sans faire acte de racisme. Sous nos latitudes tempérées, le blanc est la couleur de la propreté, de la pureté, de la virginité, du mariage. C'est aussi un symbole de paix (drapeau blanc), d'ésotérisme (lumière blanche). Il existe aussi du vin blanc, dont un des plus illustres représentants est le chablis.

Et, évidemment, comme pour tous les symboles, le blanc a une signification inverse : vieillesse (cheveux blancs), mort (linceul), deuil (marche blanche), fraude (blanchiment d'argent), protestation (voter blanc).



Quand on parle des Noirs, on fait acte de racisme, car le noir est l'absence de couleurs. Il n'y a donc pas de couleur noire, pas de race noire. Loteur parle cependant des noirs . Le noir peut aussi désigner des journées d'événements dramatiques : mardi noir, jeudi noir, vendredi noir, ou samedi noir sur les routes. Traditionnellement, le noir est associé en Occident à la nuit, à la mort, au deuil, à la saleté, au diable.

Symbole d'obsurantisme (époques noires, heures noires), le noir est aussi symbole de civilisation et de culture ; c'est en effet l'encre noire qui est le plus lisible pour imprimer des livres. Le noir peut aussi être symbole de sobriété et d'élégance (mode), mais aussi de gens qui ne rigolent pas (robes des juges, soutanes des prêtres). Voter blanc était un signe de protestation, lever le drapeau noir est aussi un signe de protestation, d'anarchie, c'est l'emblème de ceux qui n'acceptent pas l'autorité (drapeau noir des pirates). Si le blanc signifie la lumière, le noir c'est l'obscurité, la peur, l'angoisse, l'anéantissement, la disparition (trous noirs).

Il existerait, selon quelques personnes bien informées, d'autres couleurs ; en particulier un grand érudit a attiré l'attention de loteur sur le fait qu'il existe la couleur jaune. Celle-ci serait la couleur de l'or que loteur, qui n'est pas argenté, n'a jamais vu. C'est pourquoi loteur se permet d'émettre de doutes sur l'existence de l'or, – et du jaune.

Coup d'état : un coup d'état, c'est le renversement du pouvoir par une personne ou un groupe de personnes, et ce de façon violente et soudaine. Le Coup d'état du 18 Brumaire. Mais les temps ont évolué et les coups d'état se font maintenant en catimini par les oligarques et les banquiers. On parle alors de coups d'état financiers, de loin les plus dangereux car ils spolient et ruinent en douce des populations entières. Nous assistons actuellement dans l'Union européenne à un formidable coup d'état économique qui va ruiner les peuples européens. Ceci a commencé avec la création de la monnaie artificielle qu'est l'euro. Cela a continué avec la prétendue crise, les « dettes » épouvantables des États face aux banques, et les dégradations des notes attribuées à la santé économiques des banques et des États. Cela va se terminer par une faillite générale de l'Union européenne et par son implosion. Les temps à venir sont radieux et porteurs d'espérance. Courage, citoyens, nous allons crever !

Étymologie : coup, du bas latin colpus, forme syncopée du latin classique colaphus : coup de poing, transcription du grec κόλαφος (kolaphos) : coup sur la joue, soufflet. Pour État, voir ici.

Coup de feu : détonation produite par une arme à feu. Il s'agit donc d'un bruit : pan ! On a entendu trois coups de feu dans la nuit. Mais pour beaucoup de néo-journalistes et de néo-rédacteurs, l'expression coup de feu est devenue synonyme de tir par balle à partir d'une arme à feu : Le portier d'une discothèque du Grau-du-Roi (Gard) a été tué dimanche matin, devant l'établissement, d'un coup de feu dont l'auteur présumé s'est rendu de lui-même à la police (le point point fr). Noter l'illogisme journalistico-judiciaire, désormais classique : « l'auteur présumé s'est rendu à la police ». Ou bien, autre exemple : Un homme blessé par coups de feu au Val de L'Aurence (FR3 - Limousin). Ou encore : Un homme blessé par des coups de feu lundi soir à Béziers (rtl point fr). Ceux qui pratiquent les arts martiaux connaissent « le cri qui tue » ; il s'agit là du bruit qui blesse ou qui tue. C'est tuant, ces confusions de sens.

Étymologie : pour coup, voir rubrique précédente. Feu vient du latin focus : foyer où brûle un feu ; foyer ; famille. En latin classique, on disait plutôt ignis pour le feu proprement dit.

Courrier (néo-barbarisme) : synonyme néo-crétin de lettre, voire de message. Je vous ai envoyé un courrier (= une lettre) sur la question ; et on peut lire sur le site de La Poste : Écrire un courrier (= un message). Et sur les machines automatiques qui équipent maintenant les bureaux de poste, on peut lire : Envoyer un courrier (= une lettre). La faute est tellement répandue que plus personne ne tique.

Étymologie : courrier signifie en français normal : ensemble de lettres. Le facteur distribue le courrier. Anciennement, un courrier était un porteur de dépêches : Un courrier dépêché porte cette nouvelle. De l'italien correre : courrir.

Courser (XIXe siècle, familier) : poursuivre à la course : Me voilà donc en train de courser le gamin qui avait bien cent mètres d'avance sur moi (Marcel Aymé, cité par le Cnrtl). Mais que penser de ce titre trouvé sur Yaourt! : Cinq jeunes gens armés auraient coursé l'adolescent de 17 ans ? Résultat : l'adolescent a été poignardé à mort.

Étymologie : dérivé de course : action de courrir. Ancien sens de course : action militaire, expédition maritime – d'où corsaire. De l'italien corsa, dérivé du latin currere, cursus. L'ancien infinitif français était courre – d'où chasse à courre.

Couscous : dans la série « Les cuisines étrangères », le couscous tient une place à part. Découvert avec l'arrivée des Pieds-Noirs qui avaient pu échapper aux différents massacres en A.F.N. (Afrique du Nord), c'était un plat fruste mais assez sympathique. C'est devenu, par la grâce des immigrés en masse, un plat complet (semoule / légumes / viande) qu'on sert dans les gargotes sous les appelations de couscous royal (deux sortes de viandes) ou de couscous impérial (trois sortes de viandes). Le couscous républicain n'existe pas, du moins à la connaissance de loteur.

Déclaration d'une personnalité politique : « Je ne suis pas raciste. La preuve ? J'adore le couscous ».

C'est, avec les hamburgers, les pizzas et la cuisine prétendument chinoise, la restauration qui est en passe de détrôner la cuisine française, trop élaborée pour les palais grossiers de nos (jeunes) contemporains. On peut dire que la France est attaquée sur tous les fronts par les Anglo-Saxons, les Islamistes et les Chinois.

Étymologie : emprunt à l'arabe d'Afrique du Nord kouskous, lui-même emprunté au berbère.

Couvert : « Sortez couvert ! » proclame un slogan anti-sida. On prie ces chers jeunes de prendre des précautions, de bien mettre un préservatif avant l'acte. « Sortez couvert ! » L'auteur, lui, étant d'un autre âge, avoue qu'il roule en décapotable. D'où cet inévitable palindrome (7) : « SEXE VETU, TU TE VEXES ».

Variante islamique : Sortez couvertes ! – mais là il s'agit du port du voile pour les femmes.

Étymologie : couvert, participe passé du verbe couvrir ; du latin cooperire, de co, pour cum, et operio, operire : couvrir, recouvrir. D'où en français opercule.

Covoiturage : forme évoluée de l'auto-stop. Cette forme de transport a été popularisée depuis le déferlement de grèves des services de transport (train, bus, métro), appelés par humour sans doute « services publics ». Durant ces grèves, moins d'un pour cent des 'travailleurs' bloquent plus de 99% des gens qui travaillent. C'est l'exercice de la démocratie. Et en plus, ça permet de créer des contacts ; de quoi se plaignent les usagers ?

Étymologie : de co (cum) : avec et voiturage, fait sur voiture. Voiture vient du verbe latin veho, vehere : porter, transporter. Ce qui a donné vehiculum : moyen de transport, voiture, chariot. En français voiture et véhicule sont des doublons.

Crack (anglicisme, prononcer kræk) : il s'agit bien sûr d'une forme de drogue aux effets dévastateurs. Mais en informatique le verbe cracker, c'est le fait de "déplomber" un logiciel : cracker un programme, un mot de passe. A donné le substantif : cracker (prononcer craqueur) : celui qui déplombe, craque ou casse un programme. Souvent les crackers sont des cracks en informatique. Voir Hacker.

Étymologie : onomatopée : to crack signifiant faire du bruit en cassant, en craquant. En anglais, un crack, c'est un poulain favori d'une écurie de course, c'est un cheval de course exceptionnel. D'où le sens français : un as, quelqu'un de très fort dans son domaine.

Craindre (Ça craint) : verbe désormais intransitif, comme communiquer et bien d'autres. Ça craint doit vouloir dire dans le patois des djeunz : c'est dur, c'est terrible, c'est affreux, voire c'est risqué, c'est dangereux. Il a dû essayer l'install du Windaube SPécial 2, ça craint !

A donné l'adjectif invariable jeune craignos (minable, sale, moche, désagréable, louche, repoussant, dangereux) : une ambiance craignos, une fille craignos. A remarquer que la formation argotique respecte la palatalisation en -gn, comme dans craignons, craignant etc.

Étymologie : craindre, du latin tremo, tremere (avec alternance tr / cr) : trembler, redouter. Grec :
τρεμω (tremô) : trembler, craindre. Craindre et trembler sont donc de même racine.

Craquant : qui fait 'craquer' : émouvant, attendrissant, voire bandant. Cette fille-là, elle est craquante ! Un peu dépassé.

Étymologie : de crac, onomatopée.

Craquer : verbe désormais transitif pour certains néo-crétins : Est-il mauvais de craquer ses articulations ? (= de faire craquer ses articulations).

Crash (d'avion) (anglicisme, prononcer kræʃ ou 'crache' comme le fait la plupart des gens) : de nos jours, un avion ne s'écrase plus, il « se crashe ». A remarquer que même l'orthographe est anglo-saxonisée (crashé et non craché par exemple, alors que le groupe consonantique 'sh' n'existe pas en français. Encore une victoire des néo-crétins). Une catastrophe aérienne, un accident d'avion sont devenus dans la bouche ou sous la plume des journalistes des crashs [ ou crashes ? ]. Importation frauduleuse de l'anglo-saxon. À cracher de dégoût. Commentaire d'un brillant chroniqueur : « ... crash est un mot anglo-américain couramment utilisé en français contemporain, pour désigner un accident d'avion. On l'emploie d'autant plus qu'on n'a pas d'équivalent français (sic) ». Conclusion : avant 2000 (env.), la France ne comptait pas d'accidents d'avion, il n'y avait donc pas de mot pour les désigner. Et pourtant Coluche disait, en parlant de Roger Gicquel : « Chaque fois qu'un avion s'écrase dans le monde, on a l'impression que c'est sur ses pompes ».


« Chaque fois qu'un avion s'écrase dans le
monde, on a l'impression
que c'est sur ses pompes ».

Crash peut même signifier accident tout court, et qui donc ne concerne pas uniquement les avions, comme dans cette dépêche de l'A.F.P. : Quatorze spectateurs ont été hospitalisés après un spectaculaire crash impliquant plusieurs voitures dans le dernier tour d'une course du deuxième échelon de la Nascar [...] sur le grand circuit ovale de Daytona Beach.

Dans le même sens on trouve crash-test (test de collision, test d'accident) pour les automobiles : on les fait s'écraser contre un mur pour prendre différentes mesures. N'a rien à voir avec un crache-test, au cours duquel on s'exerce à cracher différentes choses : pépins de raisin, jet de salive, mots grossiers etc. etc.

Dans le registre stupide ou ridicule, on peut même lire dans un magazine féminin des choses comme : « Nous le devons au crash entre les mois, cette sorte de raccourci qui confusionne les garde-robes, les corps, les têtes… ». Après la féminisation des fonctions ou des métiers, ces dames des magazines féminins 'foutent un bordel noir' (expression reprise telle quelle de la plume d'un ministre) dans la langue. D'après nos lectures, ceux ou celles qui maltraitent le plus le français sont les informaticiens, les journalistes en général et les journalistes des magazines féminins en particulier, et les économistes.

Chez les informaticiens, un crash, c'est un 'plantage' ou une perte irrémédiable. Un crash disk. Mon disque s'est crashé, j'ai dû en acheter un autre.

Fidèles aux principes de la novlangue, les journalistes en particulier emploient à tour de bras le mot crash, court, onomatopéique, facile à prononcer, et donc facile à retenir, dans de nombreux sens, comme on vient de le voir : choc, collision, accident, accident d'avion, écrasement, atterrissage forcé, catastrophe aérienne, ou une chute tout simplement : "Nous l'avons amené ici et maintenant, nous allons attendre jusqu'à ce que l'agence spatiale russe vienne la prendre, si elle en a besoin", a déclaré le policier Sergey (sic, au lieu de Sergueï) Bobrov, qui était l'un des premiers sur les lieux du crash et qui a fait glisser l'OVNI jusqu'au village d'Otradnesnky (il s'agit d'un morceau de métal non identifié). Remarquer la graphie curieuse Otradnesnky, impossible en russe (la véritable orthographe est Otradnensky [Отрадненский] ).

Étymologie : onomatopée.

Cravate : ornement vestimentaire masculin, tombé en désuétude chez les grands de ce monde :

Morceau d'anthologie sur la cravate par 20 minutes point fr :

Barack Obama a taquiné François Hollande, seul dirigeant à porter la cravate pour l'ouverture du sommet de Camp David. Tous les hommes, du président de la Commission européenne José Manuel Barroso au Premier ministre japonais Yoshihiko Noda, s'étaient abstenus comme Barack Obama de porter une cravate... «François, on avait dit que tu pouvais enlever la cravate!», s'est écrié le président américain... Obama et Hollande ont ensuite suivi les autres dirigeants dans le bâtiment, pour évoquer les dossiers brûlants sur la scène internationale autour d'un dîner de travail. La Maison Blanche a diffusé tard vendredi soir une photo officielle de ce dîner. François Hollande, assis à la droite du président américain, n'y a plus de cravate. La typographie « à l'américaine » est, bien sûr, dans l'original. D'autre part, à quoi correspond le tutoiement de Barack Obama, puisque le tutoiement n'existe pas en anglo-américain ? Et puis se tutoie-t-on entre chefs d'État ?

Tandis que les simples fonctionnaires étazuniens peuvent, eux, arborer de somptueuses cravates :


Le sergent O'Connell et le lieutenant O'Connely de la S.V.U. avec les cravates conformes à leur rang.
Derrière, l'enquêteur O'Laughlin, avec une cravate plus sobre.

Créatif, créativité : on appelle maintenant créatifs (substantif, dont les diminutifs sont : créa, créas) les concepteurs et petits génies de la publicité, qui devraient théoriquement avoir assez d'imagination pour créer des formes nouvelles de messages publicitaires (affiches, radio, télévision). On confond allègrement création et imagination. De la conceptualisation à la réalisation de vos supports graphiques, je vous apporte créativité, professionnalisme, réactivité, le souci du détail et la cohérence avec vos besoins (pourquoi un article défini pour les deux derniers, et pas d'articles pour les autres ?)

Mais on remarque vite que l'imagination des publicitaires consiste souvent à piquer les idées des autres et à les reproduire sous une autre forme, à peine modifiée : cas de 'pubs' pour des services internet ou de téléphonie, par exemple, où les différents services sont présentés dans un paysage (à moins que ce ne soit la même agence, qui ne s'est pas beaucoup foulée pour renouveler ses messages). Comme il faut vendre, vendre, et encore vendre, les publicistes sont de plus en plus sollicités sur les antennes ou dans les magazines ; leur créativité s'en ressent, et leur génie est vite essoufflé.

Cette forme de créativité ne dépend plus de la création, mais de la réaction, c'est-à-dire de la faculté à réagir à tout semblant d'idée émise par un concurrent.

Substantif : création, comme dans l'exemple ci-dessous.


Revoir la création !
(une petite animation publicitaire, réalisée en Flash).
Et, évidemment, pas d'accent sur le 'e'.

Au sens adjectival, créatif a l'air de signifier maintenant 'original' pour les rédacteurs néo-crétins : Les photos de famille – très – créatives de Jason Lee. Ou bien : François Hollande succède à un génie de la redistribution sociale : entre 2007 et 2011, 55 nouveaux impôts et contributions sociales ont été créés, et la TVA à taux réduit est passée de 5,5% à 7%. Il va donc falloir être créatif pour le surpasser (le ? le taux ? Ou bien le président précédent, à savoir le « génie de la redistribution », N. Sarkozy ?)

Étymologie : créatif, du verbe créer, venant du verbe latin creo, creare : créer, engendrer, procéer. Issu d'une racine indo-européenne qui signifie faire.

Crédit(s) : il s'agit tout simplement de citer les personnes qui ont fourni un article, une ou des photos etc. Il s'agit des traditionnels « remerciements » qu'on trouvait en fin d'article ou de livre, ou des sources. Cela n'a donc rien à voir avec un crédit bancaire. Crédit photos. Lu sur une page internet, en parlant d'un article : Par: (pas credité) (sic : pas d'accent sur cre-). Importation frauduleuse de l'anglo-saxon.

Pire encore, les crédits désignent, dans le cadre des études universitaires des étudiants en Europe (Programme dit Érasmus [Erasmus : « European Region Action Scheme for the Mobility of University Students », phrase en globish, intraduisible en français]), les examens ou diplômes obtenus. Exemple : Au sein de l'Union européenne, le système permettant à un étudiant de valider (sic) dans son université d'origine des examens passés à l'étranger est celui des ECTS (European Credit Transfer System) (mots en globish, intraduisibles en français). Après le Crédit Municipal ou le Crédit Foncier, voilà le Crédit Universitaire. L'Université, une annexe de la Banque Européenne ? Un pas de plus vers la marchandisation des connaissances et du savoir. Et le système de crédits est désigné par le sigle ECTS : European Credits Transfer System. Cette connerie ineptie anglo-saxonne remplace nos bons vieux "certificats" (de licence, de maîtrise), qui étaient devenus des "unités de valeur".


Étymologie : crédit, du latin creditus, participe passé de credo, creditum, credere : prêter, confier, avoir confiance, croire. Le crédit, c'est avoir confiance. Le sens moderne est un nélogisme plutôt barbaresque par rapport au sens latin. Voir Croire.

Créneau : un créneau est normalement une ouverture dans une construction ou un rempart par laquelle on peut se défendre (châteaux-forts) ; ou alors un espace disponible entre deux espaces (entre deux automobiles par exemple) ; ou bien un espace de temps disponible (créneau horaire). Associé à l'adjectif 'porteur', il s'agit maintenant d'un prétexte, d'une occasion, d'un thème, d'un sujet ou d'une matière qui attirent ou mobilisent l'attention ou l'énergie : Pour ne pas vous engager dans une voie de garage, il faut impérativement vous demander si le créneau choisi [pour votre projet professionnel] est porteur. Créneau signifie donc ainsi espace ou temps ouvert, au sens propre ou figuré, dans lequel peut s'engouffrer n'importe quoi. Créneau peut aussi se rendre par domaine, rayon, secteur, spécialité ... Dans son activité professionnelle, il occupe un bon créneau.

Étymologie : dérive de cren, cran (entaille).

Creux (en ~) : officieusement, de manière non officielle, discrètement, par opposition, à l'opposé, de façon contraire, sous-entendu ... Elle confirme en creux qu'elle briguera le poste de Premier secrétaire au prochain congrès. La gouvernance en creux. L'emploi en creux. Les "non musulmans" à Istanbul aujourd'hui : une présence en creux. Le chômage est un travail en creux. L'emploi de cette expression révèle tout le creux de l'inventivité verbale des partisans de la novlangue.

Étymologie : étymologie douteuse. Peut-être en relation avec le latin crupta ou crypta : grotte, caverne.

Cri, crier : il est de bon ton, maintenant, chez les géniaux « créatifs » de la publicité d'abaisser le contenu des dialogues jusqu'à la limite supportable du crétinisme : situations ridicules, dialogues débiles, musiques et couleurs horripilantes, etc. Le comble du comble, le fin du fin c'est de proférer des cris d'animaux pour manifester sa joie, son étonnement devant des chaussures, ou bien des pâtes à peine comestibles, présentées dans des cartons à passer au four à micro-ondes, ou des sandwiches MacDucon, ou bien même des voitures. C'est la régression animale. Comme disait Bernard Shaw : « Je ne sais pas si l'homme descend du singe, mais en tout cas il y remonte ».

Voir Déglutir, Éternuer, Péter. Certaines réclames (publicités) font même parler par les acteurs une langue incompréhensible, forgée de toutes pièces, pour indiquer qu'il n'y a pas de mots pour vanter la qualité du « produit » (dans ce cas précis, loteur songe à une réclame pour une voiture française).

Étymologie : cri, de crier, venant du verbe latin quirito, quiritum, quiritare (réduit en critare) : appeler, invoquer, crier. Cf. espagnol gritar, anglais to cry (pleurer).

Criminel (de guerre) : appelation réservée aux dirigeants et militaires des pays vaincus : Hitler, nazis, Slobodan Milosevic, Radovan Karadzic etc. Tandis que George Bush I & II, Dick Cheney, Paul Wolfowitz, Donald Rumsfeld etc. sont, eux, de grands pacificistes.

Étymologie : criminel, dérivant de crime ; du latin crimen, criminis : accusation; crime, méfait. En relation avec le grec
κριμα (crima) : contestation, querelle, jugement et κρινω (crinô) : séparer, distinguer, juger.

Guerre, racine francique *werra : troubles, désordre, querelle. Cf. l'anglais war. Le latin utilisait, pour la guerre, le mot bellum (Si vis pacem, para bellum ; pour la traduction, voir les pages rousses du petit Larose).

Crise : au sens médical du terme, c'est un instant bref de quelques minutes, quelques heures au plus, où la maladie atteint son paroxysme : crise d'épilepsie. Après quoi, le patient guérit parfois (ou meurt, s'il n'a pas assez de forces pour récupérer). Une crise ne saurait donc être permanente. On peut aussi parler de la crise de l'adolescence, de la crise de la quarantaine, états passagers qui normalement devraient se résoudre sans trop de problèmes ni de dégâts.

De nos jours, le mot est employé à contresens (les crises ne sont pas brèves, mais durent), et dans l'esprit des élites et des gouvernants néo-crétins, la crise est une formidable occasion de faire traîner les choses en longueur, et devient le prétexte à toutes sortes de mesures contre les citoyens :
  • réduction du taux des livrets d'épargne. Les gouvernants ne veulent plus que les citoyens économisent. "Appauvrissez-vous !" – tel est leur mot d'ordre ;
  • mesures destinées à appauvrir encore davantage les faibles revenus, tandis que les magnats de la phynance internationale font payer aux citoyens les pots cassés, et s'enrichissent de façon éhontée. Les banquiers touchent des aides ou des des primes scandaleuses ; ils n'ont jamais autant "engrangé" de bénéfices. Ils ne sautent donc pas par la fenêtre, comme lors de la fameuse crise de 1929 – ce qui est bien dommage, car cela nous débarrasserait de cette engeance de vampires ;
  • délocalisations ou réductions de personnel en masse par des entreprises faisant d'énormes bénéfices, et qui ferment des centres en France pour les recréer à l'étranger
  • etc. etc. etc.
Les gouvernants entretiennent même de fausses crises – comme depuis 2007-2008 – pour asseoir davantage leur pouvoir sur les faibles. C'est la nouvelle démocratie, inspirée du capitalisme « libéral » à l'anglo-saxonne. De telle sorte que le mot crise, tel qu'il est actuellement compris et utilisé par nozélites, ne signifie plus que : période de stagnation ou de récession économique.


Une crise qui dure cinq ans ; elle a la peau dure.

En tout cas, s'il y a une crise actuellement, au sens où l'entendent les néo-crétins, c'est bien une crise du langage qui est déformé, dénaturé, dont les mots ne veulent plus rien dire (contrecoup négatif de la novlangue ou néo-langue politiquement correcte).

Étymologie : du grec
κρισις (crisis) : fait de séparer, de distinguer, jugement. La crise est donc un moment décisif. Même racine que criminel (voir rubrique précédente). Latin cribrum : tamis, crible.

Crispation : au sens de sujet qui fâche, ou de conflit plus ou moins ouvert. La crispation due au nucléaire iranien. C'est crispant, non ? Contraire de crispation : la décrispation, rendue fameuse par un célèbre homme politique. Lue sur internet, cette phrase ambiguë : Une enquête d'IPSOS dans 23 pays révèle une "crispation" de l'opinion publique sur les questions d'immigration. Que signifie le mot crispation dans ce contexte ? Sujet sensible ? Sujet délicat ? Embarras, sujet embarrassant ? Focalisation excessive ? La néo-langue a réussi ce pari de rendre les mots flous ou incompréhensibles.

Étymologie : du latin crispo, crispare : friser, boucler, agiter vivement. Même racine que crépu. Hé !? La crispation ne concernerait-elle, dans le dernier exemple (sur l'immigration), que les personnes aux cheveux crépus ?

Croire : nouvelle conjugaison : je croive, tu croives, il ou elle croive, nous croivons, vous croivez, ils ou elles croivent. Cela permet de faire basculer ce verbe dans le premier groupe, régulier. QUEL esperance ont ceux qui ne croivent pas en DIEU ? La morphologie délirante de cette phrase est bien en accord avec la conjugaison moderniste. Autre exemple alacon : ... c'est que,ils y croivent vraiment à ces conneries.

Attrapée avec un hameçon de 12 cette phrase incroyable : Nous maintenons également qu'il y a de nombreuses raisons de croire que l'accusatrice de M. Strauss-Kahn n'est pas crédible. Loteur a toute raison de croire que le rédacteur de cette phrase n'est pas lui non plus crédible.

Étymologie : latin credo, creditum, credere : prêter, confier, avoir confiance, croire. D'où le mot crédit. Voir Crédit.

Croisade : les Croisades, durant tout le Moyen-Âge, étaient des sortes de pélerinages, ou encore des expéditions armées, pour reprendre les lieux saints et Jérusalem. Cautionnées par les papes, elles permirent de nombreuses relations commerciales entre l'Orient "infidèle" et l'Occident chrétien, dont profitèrent surtout les cités commerciales italiennes et la papauté. Il y eut aussi d'autres croisades, dirigées contre des chrétiens, en particulier la croisade contre les Albigeois (XIIIe siècle).

Ce mot est maintenant dévoyé, et s'utilise pour stigmatiser toute entreprise contre le monde arabo-musulman (guerre d'Irak, guerre de Libye...) On fait ainsi reproche au ministre de l'Intérieur Claude Guéant d'avoir utilisé le mot croisade (mars 2011) : Heureusement, le président (Sarkozy) a pris la tête de la croisade pour mobiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies. Le colonel Kadhafi utilise lui aussi abondamment ce terme contre les Occidentaux, mais on ne lui en fait pas reproche. Les islamistes utilisent un mot traduit par 'croisade' chaque fois qu'une opération a lieu contre les intérêts arabes ou islamiques : "Nous annonçons avoir réussi une attaque de taille en réaction à la croisade menée par les forces françaises au Mali", indique le communiqué rédigé par un groupe intitulé les Signataires par le sang.

La croix, chez les chrétiens, est un symbole salvateur, et le fait de la présenter est supposé chasser le diable ou les ennemis de la foi. C'est pour cela sans doute que les mahométans l'ont en horreur, et à leur suite les partisans de l'idéologie dominante. D'où le tollé contre Claude Guéant.

Question : que faire de nombre de drapeaux nationaux qui comportent une croix (Danemark, Finlande, Géorgie [en Europe ; ce drapeau comporte cinq croix], Grèce, Islande, Malte, Norvège, Royaume Uni, Suisse... ? )

Danemark Finlande Géorgie Islande Norvège Suède

Équivalent arabe : djihad
جهاد, lutte, guerre, et par là guerre sainte. Les campagnes d'attentats terroristes meurtriers contre les Juifs ou les Occidentaux sont considérées comme des djihads. Et les kamikaze sont promis au paradis d'Allah par l'assassinat de victimes innocentes.

Étymologie : du latin crux, crucis : croix, gibet. La croix, au départ, est un instrument de torture et de mort.

Croisé : part. passé du verbe croiser : mettre en croix. Comment doit-on comprendre cette phrase, relevée dans 20 Minutes : Dénonçant une «agression croisée injustifiée», Kadhafi [...] a affirmé que la Méditerranée était devenue «un vrai champ de bataille». (Les guillemets accolés sont du journaliste). Loteur avait d'abord compris le mot croisé comme synonyme de 'conjointe'. Ce n'est qu'à la relecture que l'évidence s'imposa : il ne s'agissait pas d'une agression croisée, mais d'une agression de Croisés. La manie de tout adjectiver, à la mode anglaise, introduit des erreurs de compréhension. Ou une majuscule à Croisée aurait fait tout de suite comprendre.

Croissance : de nos jours, pour les économistes et les néo-crétins, la croissance n'est plus seulement croissante ; l'on peut trouver une croissance zéro (= stagnation), voire une croissance négative (= récession). On savait que la logique n'était pas le fort des adorateurs de la novlangue. L'on est étonné de constater que les économistes ne la maîtrisent pas non plus. Cette thèse de la croissance zéro a eu de nombreux héritiers, en particulier la revendication de certains altermondialistes d'une « décroissance soutenable ». Croissance zéro, décroissance soutenable : qui dit mieux en matière de connerie novlangue ?

Quant aux journalistes de la french TV, ils parlent allègrement de croissance négative, pour dire décroissance ou récession. Cette année, on assistera à une croissance négative de -1 %. Sans doute des Bac -5.

Étymologie : du latin cresco, crescere : venir au monde, grandir, croître.

Cross-over (anglicisme, prononcer krɒs əʊvə(r) ou plus simplement crosse ovaire) : ce mot signifie littéralement 'croisement'. Beaucoup de personnes utilisent ce mot au lieu de recoupement (de données) : Est-ce que c'est possible de faire un crossover des données ? Est-ce que c'est possible d'utiliser des mots français ?

Il existe aussi un type de véhicules cross-over, qui est une variante automobile du « SUV » (sport utility vehicle) ou véhicule “ multi-segments ” (sic, véhicule à la fois de tourisme et de traction), dont sont friandes les peuplades étazuniennes, et que les constructeurs européens essayent absolument de nous fourguer par l'intermédiaire de réclames télévisées. L'utilisation de termes anglo-saxons pour l'industrie automobile marque encore une fois un recul des valeurs françaises face à cet envahissement qui devient de plus en plus insupportable.

Étymologie : cross, du latin crux : croix. Over : sur, au-dessus, allemand über. Cf. latin super : au-dessus.

Cru : du verbe croître, qui veut dire pousser. Un cru, c'est ce qui croît ou pousse dans une région donnée, et par extension c'est la région elle-même : cru de Bourgogne, cru de Bordeaux. Mais dans quel sens faut-il entendre la phrase : Vins de Bordeaux, 2009 un très mauvais cru pour les ventes ? Rebelote un peu plus loin : [...] l'année 2009, à défaut d'avoir été commercialement bonne, est un cru exceptionnel. Une année ne peut être un cru, à la rigueur un millésime.

Il peut y avoir confusion entre cru, participe passé du verbe croire, et crû, participe passé du verbe croître, comme dans la phrase suivante et ce, malgré les prétendues réformes de 1990 : Dans des endroits qui sont des fiefs évidents du jihadisme et du terrorisme, et on aurait crû à sa thèse de "voyage purement touristique" ? En effet, c'est difficile de le croître.

Crucial : signifiait au départ, et dans le vocabulaire de la chirurgie : en forme de croix (incision cruciale). Puis, sous l'influence des Anglo-Saxons, le mot prit le sens de 'carrefour de décisions'. Et maintenant, il veut dire : important, décisif, voire critique : Primaires américaines : la tension monte entre Clinton et Obama à la veille de scrutins cruciaux. De nos jours, tout peut être crucial : une décision, un moment, voire un point (un point crucial : un point de croix, sans doute). Entendu à la télé : Les quelques indices qu'on a retrouvés sont devenus cruciaux (???) (importants, décisifs ?) Ou encore : Un homme appelle avec des preuves cruciales.

Du coup on a refait un autre adjectif : cruciforme (tournevis cruciforme, dont la panne est en forme de croix).

Culte (un film culte, une série culte) : fameux, marquant, mythique, légendaire, célèbre, qui a une aura particulière, qui fait l'objet d'admiration fanatique, presque religieuse. Star trek, cette série culte des années 70. Le culte ne s'adresse donc plus à des divinités, mais à de simples mortels, et cela passe par le relais de l'image et du marketing (étude de marché).

L'exemple suivant a donné des difficultés d'interprétation à loteur (hé oui, il faut maintenant traduire ou interpéter pour essayer de comprendre) : Importée en Corée, cette crème devient rapidement culte chez les femmes asiatiques qui raffolent de sa texture couvrante qui permet d'éclaircir et d'unifier le teint (terra femina point com). Culte : célèbre ? (Très) prisée ? (Très) recherchée ? Allez tiens, encore un exemple, pris sur la page de cinéma de Yaourt : Les répliques culte des films d'action (recueil de niaiseries, du type « Hasta la vista, baby » dans Terminator-2. On est loin d'Audiard). Culte est ici invariable.

Culte fait partie des substantifs qui peuvent pendre un sens adjectival, comme béton (des arguments béton), canon (cette fille-là, elle est canon), citoyen (une attitude citoyenne), etc. Dans certains cas, le substantif reste invariable, comme dans le parler anglo-saxon, exemple : Beaucoup de chanteurs-culte sont totalement incultes ou bien : Une espèce de rejeton pelliculaire adultérin issu de l'improbable croisement entre deux films culte des année 70, Les Valseuses de Blier et Easy Rider de Dennis Hopper. A signaler que l'orthographe hésite entre avec ou sans trait d'union. Culte est maintenant tellement senti comme un adjectif qu'il peut avoir la forme du pluriel : Les scènes cultes de Star Wars, ou bien, charabia habituel de magazine féminin : En attendant, on s'entraine au glamour en se faisant des coiffures cultes de Cannes. Il y a vraiment des coups de pied au culte qui se perdent ...

A donné le superlatif barbare cultissime ( ! ) Depuis George Orwell et son cultissime 1984, le fantasme d'une société où tout est su, contrôlé, ..., hante la société occidentale (divers blogues). Quant à Yaourt!, il n'hésite pas à mettre en titre d'un article : Des scènes cultissimes. C'est nulllissime. Encore un exemple, tiré de l'excellent Yaourt! : Le Figaro donne quelques informations concernant la suite du cultissime Les Trois Frères des Inconnus. Le néo-rédateur aurait au moins pu prendre la peine d'écrire ... « du film cultissime Les Trois frères ».

Quant aux personnes qui produisent des œuvres culte(s), ce furent des idoles (Johny Halliday : « On m'appelle l'idole des jeunes »), ou maintenant des icônes : Madonna, cette icône de la chanson. On est toujours dans le vocabulaire religieux.

Étymologie : même racine que culture, colonie. Verbe latin colo, colere : cultiver, soigner, et aussi honorer (les dieux).

Culture : « Quand j'entends le mot Kultur, je sors mon revolver » (déclaration de la ministresse MAM à propos du dictionnaire Robert). Postulat d'un comique gouvernemental de service : « Tout est culture ». Conséquence : MAM tire sur tout (8).

Le mot culture ouvre ou couvre d'autre part un vaste éventail de significations. Il vient du latin colere, qui veut dire habiter, cultiver (d'où colon, colonisation), et culture veut d'abord dire traitement et mise en valeur de sols en vue de produire des végétaux propres à l'alimentation de l'homme et des animaux : culture du blé, culture céréalière, culture maraîchère.

Le mot culture désigne par extension l'ensemble des connaissances acquises, l'instruction, le savoir... C'est ausi une mise en valeur de l'esprit, qui produit des individus « cultivés », c-à-d possédant une certaine richesse d'âme ou d'esprit. En ce sens, la culture est une notion du passé et dépassée. Preuve en est le projet gouvernemental de remplacer les épeuves de culture générale dans les concours administratifs par des questions de bon sens. « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée – la connerie aussi » ajoutait Jacques Rouxel (les Shadocks). Il y aura donc sans doute dans les concours administratifs des questions de pure connerie. C'est peut-être à cause du fait que culture a la même étymologie que colons, colonie, coloniser qu'on a supprimé les épreuves de culture générale pour ne pas déplaire aux minus habens de la pensée correcte socialement. Un pas de plus vers la démolition du français. Les pouvoirs en place innoculent la haine de la culture (cf le discours d'un ancien haut personnage de l'État sur La Princesse de Clèves). Le paradoxe, aujourd'hui, c'est que l'on prône l'inculture, l'ignorance, et rejetant la culture française, parce que française, justement. La culture a été remplacée par la télévision : constat de suicide national. La culture représente en somme un péché contre l'esprit du temps, qu'il faut éradiquer à tout prix. La french TV s'en charge avec bonheur.


... « un peuple européen de race blanche,
de culture grecque et latine
et de religion chrétienne
» !
Voilà qui sent le fagot !

Le mot culture a aussi un sens politique et social. C'est normalement l'ensemble des aspects intellectuels propres à une civilisation, une nation, une société humaine, voire à un groupe humain : La première [femme] considérant qu'« il faut avoir le courage de dire qu'une certaine culture arabo-musulmane archaïque est aujourd'hui en cause ». Par abus de langage, on parle maintenant de culture rock, de culture d'entreprise (voir plus bas), de culture gay ou de culture des banlieues (sic) etc. Lu sur un article web, traduit de l'anglais étazunien : [...] dans un laboratoire, vous êtes jugé sur vos chiffres. Il y a une culture de la pression pour que le travail soit effectué sans ressources supplémentaires. Là, le mot culture désigne plutôt un système, une habitude, une façon de faire. Le mot « culture » peut donc désigner tel ou tel type de mentalité, tel ou tel système de croyances, tel ou tel mode de comportement, tel ou tel type de mœurs. Il sert à qualifier tout système d'identité ou de reconnaissance d'un groupe humain ou social. À tel point qu'en France il y a un Ministère de la Culture (9) ou Minicul en novlangue, qui s'illustre par une politique affirmée de communication et de liberté : volonté d'interdire le site de Wikileaks, refus de célébration de l'écrivain Céline etc.

Un exemple frappant : « Il faut élargir la culture du vélo. C'est un petit milieu qui vit avec une culture de la consanguinité ». La culture du vélo ? Faut-il repiquer, arroser souvent, mettre sous serre ? Et pour éviter la fameuse consanguinité, faut-il accoupler le vélo avec un vélo de marque étrangère ?

Il existe aussi une culture différentielle concernant la relative invisibilité des minorités visibles dans les files d'attente lors d'une manifestation culturelle d'importance (exposition Monet, Journées du Patrimoine). Il est vrai que c'est de la culture bourgeoise et colonialiste, ou quelque chose de ce genre, et à ce titre hautement haïssable. Le Fromage-Plus a fait un commentaire là-dessus.

Adjectif : culturel, qui est un néologisme du XXe siècle (Littré ne le connaît pas). Quand les media contemporains parlent de produits ou de biens culturels, ils doivent faire allusion au non-art contemporain. Un livre, une statue, une peinture ne sont pas des produits culturels, ce sont tout simplement des objets d'art (quand ils le sont). Lu sur Yaourt!, citant Reuters : En Avignon, Hollande cherche "le" projet culturel du quinquennat. Assorti de la déclaration suivante de la part du président : L'an dernier j'étais en off, cette années je suis en on. « On / off » pour un projet culturel, voilà qui sonne effectivement très culturel.

D'autre part, certaines émissions de télévision entendent par culturel tout ce qui se rapporte au cinéma, à la musique ou à la chanson. C'est-à-dire du bruit crispant (techno, rap, rythmes sonores), et des films au fort pouvoir soporifique (exercice illégal de la médecine). A tel point que maintenant l'on parle d'industriels de la culture (sic) : Plus de 200 labels retirent leur musique de Spotify (qui est détenu en partie par des industriels de la culture). Autre exemple, glané dans les champs fertiles de la prose sur Gentside point com : Un poste informatique basé dans un commissariat sert habituellement à traiter des procédures ou bien à consulter des casiers judiciaires, mais certainement pas à télécharger illégalement des œuvres culturelles. Ce que Gentside entend par « œuvres culturelles », ce sont ... une chanson des Black Eyed Peas et un dessin animé de Disney. Voilà où en est la « culture » en France. Autre exemple, pour illustrer cette rubrique consacrée à la culture : ... le royaume de Mickey et Cendrillon (Disneyland) a accueilli en 20 ans plus de 250 millions de visiteurs, dont 15,7 millions en 2011, un record, devant Le Louvre (8,4 millions de touristes en 2011). Au fait, pourquoi écrire Le Louvre ?

Industrie culturelle : cette épouvantable connerie stupidité désigne tout ce qui a trait à la culture selon les tenants de la néo-langue et de la néo-pensée : disques, films, CD-roms etc. Entendu à la télévision, à propos de la fermeture du site Méga-Upload : « C'est le financement des industries culturelles dans leur ensemble qui est mis en cause par ce type d'opérateurs  » (communiqué de l'Élysée à propos de Méga-Upload). Et le journaliste de poursuivre : « C'est une perte de cinq cents millions de dollars pour l'industrie culturelle ... ». Loteur prétend que quand la culture est devenue « industrielle », la culture est devenue de la merde. Et cinq cents millions de dollars de merde, ce n'est pas une grande perte.

Antonyme : non-culture. Exemple puisé à la petite cuiller : Nabilla et Zelko étalent leur non-culture. Inculture, peut-être ?

Étymologie : du verbe latin colo, cultum, colere : cultiver, soigner, honorer. D'où culte, culture et couture [= pièce de terre cultivée], cultiver ; colon, colonie, coloniser ...

Culture d'entreprise : vaste rigolade qui prétend désigner l'ensemble des règles propres à une entreprise, mais qui n'est en réalité que la subordination entière et inconditionnelle des salariés aux directives d'un patron. Encensée ou dénoncée, la culture d'entreprise peuple les discours des managers ou les plaquettes de communication institutionnelle. Lu sur internet (fin de la lettre C) : « La culture d'entreprise est à la culture ce que les restaurants d'entreprise sont aux restaurants ».

Customisation (anglicisme, du verbe to customize [prononcer kʌstəmaɪz]). Customisation s'écrit aussi customization pour respecter l'orthographe anglo-saxonne. Et vlan ! C'est le débarquement anglo-américain, c'est l'anglo-américonnerie à l'état pur. Le terme français 'personnalisation' ne convenait plus aux informaticiens et aux internautes, semble-t-il. Voilà qu'ils nous flanquent customisation à la gueule tête ! Avec le verbe customiser ou customizer (adapter, personnaliser, individualiser) : Quinze grands noms de la bijouterie et de la maroquinerie se sont prêtés au jeu de la customisation. Ou bien : A l'époque [...] j'écrivais tellement de mots et surtout, tellement les mêmes que je me suis customisé un Word. Ou encore : Le site est entièrement gratuit et vous propose tout ce qu'il faut pour personnaliser (skinner ou encore customiser) et changer l'apparence Windows XP. Une adaptation approximative a été trouvée avec le néo-verbe « costumiser » (sic), qui ne veut pas dire : tailler un costume. Voir Skin, Skinner.

Avec, en prime, l'adjectif customisable. Et évidemment, le 'u' se prononce 'eu' : keustomizé, keustomization. En abrégé l'on observe la graphie : custo (prononcée kusto ? keusto ?).

Étymologie : mot anglais d'origine française : coutume. Du latin consuetudo : coutume, habitude, usage. Suetus ; habitué à. Cf. l'adjectif français 'désuet' : qui n'est plus en usage.

Cyber~ : la troncation cyber sert maintenant de préfixe dans nombre de mots indiquant une activité liée à l'internet : cybernaute, cybercafé, cybercriminalité, cyberespace, cyberemploi, cyberfraude, cybervandale ... Tandis que nombre d'organismes, de sociétés, de sites se parent du préfixe cyber : cyberlangues, cyberavocats, et même cyberpapy ou cyberchien. Lu sur internet : Selon le Télégramme de Brest de mercredi, «deux cyber-attaques majeures qui n'ont pas été rendues publiques» ont visé la présidence [de la République] ces derniers mois. Nous sommes dans la péninsule cybérique. Cette troncation est totalement arbitraire et n'a rien à voir avec le mot cybernétique (voir plus bas).

PS qui n'a rien à voir : un des amis de loteur, artiste, avait peint un tableau : « L'embarquement pour Cyber ». Mais ce tableau n'a eu aucun succès, – sauf auprès des cybernautes.

Cyber-flânerie, cyber-flâner : ces expressions n'existent pas, il faudrait donc les créer. Elles désignent théoriquement le fait de surfer sur internet, mais sans but défini, au hasard des pages web. J'ai cyber-flâné sur internet toute la matinée.

Étymologie : flânerie, du verbe flâner, d'étymologie douteuse. On a proposé le mot normand flanner : passer, perdre son temps. Peut-être de l'ancien nordique *flana : marcher sans but.

Cybernétique : du grec Κυβερνητική (cybernêtikê) « action de manœuvrer un vaisseau » (sens propre ; ce mot est de même racine que gouvernail), diriger ou gouverner (sens figuré). Mot introduit par AMPÈRE dans le sens d'art de gouverner, repris par le mathématicien étazunien Norbert WIENER pour désigner « la science des analogies maîtrisées entre organismes et machines ». Il n'est plus question de vaisseaux, mais de machines bourrées de senseurs, de capteurs électroniques.

Cynophile (brigade ~) : brigade policière avec des chiens. Locution bizarre, car cynophile signifie : qui aime les chiens. Brigade cynophile : des chiens qui font la police. Ou bien : ...les gendarmes qui étaient épaulés par la brigade cynophile du PSIG et les hommes de l'EDSR (Escadron départemental de sécurité routière) ont découvert dans le coffre de quatre véhicules des petites quantités de résine de cannabis.

Les anciens maîtres-chiens sont devenus, eux, des 'agents cynophiles'.


Petit historique : le préfet Louis Lépine avait déjà mis en place une brigade canine en 1907, mais ce n'est véritablement qu'à partir des années 1950 que sera constituée à Paris une brigade canine avec des bergers allemands. C'est en 1966 que les brigades canines deviendront des brigades cynophiles. Les chiens participent aux sauvetages (noyades, séismes), sont employés pour la détection de produits stupéfiants, de produits explosifs, recherchent des personnes disparues etc. Ils prennent leur retraite à huit ans (cliquer sur le médaillon pour de plus amples renseignements).

Étymologie : du grec
κύων, κυνός (kuôn, kunos) ; chien, et φίλος (philos) : ami. Ne pas confondre cynophile : qui aime les chiens, avec cinéphile : qui aime le cinéma.

Cyrillique : l'alphabet cyrillique, кириллица (kirillitsa) en russe, кирилица (kirilitsa) en bulgare, est un alphabet utilisé par les Slaves (Bulgares, Russes, Serbes, Ukrainiens, Biélorusses...), dérivé de l'écriture onciale grecque, et créé par les deux frères bulgares Cyrille et Méthode. En fait Cyrille et Méthode créèrent l'alphabet glagolitique (du slave glagol глагол : mot, verbe), c'est Clément d'Okhrid qui aurait véritablement créé la cyrillique, et lui donna ce nom par respect pour Cyrille. L'université de Sofia porte le nom de Saint Clément d'Okhrid (Свети Климент Охридски : svéti Kliment Okhridski).


Les alphabets cyrilliques bulgare (à gauche) et russe (à droite). Le russe comprend trois lettres de plus : le Ы (i dur), le Э (é) et le Ë (yo).
Loteur, comme bon nombre de personnes, pense sincèrement qu'on devrait ouvrir l'esprit des écoliers en leur faisant apprendre dans le secondaire une langue slave (russe, bulgare) pour les familiariser avec une autre écriture de la communauté européenne. Une initiation au grec, avec son écriture d'une parfaite élégance, serait également utile. Tout, plutôt que de forcer les élèves dans le langage appauvrissant qu'est le globish, qui ne sert qu'à fabriquer des crétins, ou comme dit loteur – des néo-crétins.







Voir à ce sujet le roman de l'écrivain bulgare Ivan Vazov Sous le Joug (Под игото, Pod igoto).     

A ce propos, L'Est républicain, dans son édition du 29 septembre 2009, avait parlé en ces termes d'une jolie journaliste de télévision, Marie D. : « Je vois avec plaisir le très joli minou de Marie D. », confondant allègrement minou et minois. Lapsus révélateur, diraient les psychanalystes.     

Un palindrome est un mot ou une phrase qui peut se lire dans un sens comme dans l'autre sens : Laval, Noyon, A Laval, elle l'avala...     

MAM a également lancé le projet « FGE » (Force de Gendarmerie Européenne) regroupant les forces de gendarmerie de cinq pays européens. Le but de cette FGE relèvent à la fois du maintien de l'ordre et des activités de police judiciaire pour (prétendument) lutter contre le terrorisme ou le crime organisé. Hahaha !     

Plus exactement : Ministère de la culture et de la communication. Voilà qui sent la Propaganda Staffel !      




A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Я
Signes   Chiffres   Clichés   Le sport