A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Я

Signes   Clichés   Le sport      






0 (zéro) : s'emploie surtout chez les jeunes et sur internet à la place de la lettre ' o ' : p0rn0graph1e (pornographie) : ici 0 à la place de ' o ' et 1 à la place de ' i '.

Le zéro d'autre part sert de plus en plus à marquer le début d'une numération. C'est ainsi qu'on peut voir par exemple chez des néo-crétins informatisés : page 0, page 1, page 2, etc. au lieu de : page 1, page 2, page 3... On ne parle pas ici du zéro qui signifie maintenant : pas de, aucun. Voir Zéro.

Étymologie : zéro vient du mot arabe sifr : vide, zéro ; sifr a donné les mots chiffre et zéro.

00 (zéro zéro) : on entend de plus en plus dans les films ou séries B américaines des expressions du type à onze heures zéro zéro, ou même à seize zéro zéro. Ça fait bien mieux que de dire à onze heures pile, à seize heures précises. Entendu à la télé (série étazunienne) : La prochaine explosion se produira à sept-zéro-zéro (la prochaine explosion se produira à sept heures précises). Calque de l’anglo-américain militaire.

Les spécialistes prétendent que cela est dû à la nécessité de la "synchronisation labiale" pour faire coïncider les paroles en version originale avec celles de la version française. Cet argument est faux, puisque d'une part les paroles dans les deux versions ne correspondent que rarement, voire jamais ; d'autre part parce que certains présentateurs ou journalistes français utilisent cette expression, alors même qu'ils ne doublent aucun film. Guillaume Leymergie (A2) utilise quelquefois '00' pour dire l'heure pile : « Il est huit heures zéro zéro ».

0-1-2-2-3-3-4-4-5-5 (au lieu de 01 22 33 44 55) : les mochécons informatisés ou de culture anglo-saxonne ont de plus en plus tendance à séparer les chiffres comme font les Étazuniens (Nos de téléphone, etc), au lieu de penser par blocs de 2 ou 3 chiffres. Arrivés au 5ème ou 6ème chiffre, nous sommes obligés de faire répéter l’interlocuteur, car nous ne comprenons plus rien (loteur, du moins). Il est de plus prouvé qu'on retient mieux les N°s de téléphone en regroupant les chiffres en petits blocs de deux, trois ou quatre chiffres : 05 48 10 98 76, par exemple.

1 : le chiffre 1 (un) tend de plus en plus à remplacer le son 'in', 'ain' en français. Pouss1 au lieu de poussin, par exemple, ou 1dien au lieu d'indien, ou sap1 au lieu de sapin, et même b1 au lieu de bien ! Lu sur internet : « Put1, j'ai l'impression qu'ils écoutent plus les casseurs que les débats et les paroles des candidats ».

Entr'aperçu dans un entrefilet : ... il y en a qui rappellent leur chien; il y en a qui jouent du tambour dans 1'« Orchestre des Hirondelles » ... Les polices d'écriture donnent souvent la même forme au
1 (un) et au l ( minuscule), mais là, il y a exagération, non ?

Étymologie : du latin unus : un. Vieille racine indo-européenne *oinos qui a donné ein en allemand, one en anglais, uno en espagnol et en italien, enas en sanscrit, один (odin) en russe, etc.

1 : le chiffre 1 (un) tend également à remplacer la lettre I (i majuscule ou minuscule): Max1me. Cette manie semble provenir des Étazunis : 1 read your emails (je lis vos courriels).

Il tend aussi dans quelques cas – surtout dans des noms ou pseudos anglo-américains – à remplacer la lettre comme dans cet exemple : l'Iranien A1one (prononcez alone) est un pionnier du graffiti au Moyen-Orient (voir l'exemple plus haut).

Le chiffre 1 est traditionnellement attribué au sexe masculin (sécurité sociale, par exemple), alors que le 2 représente le sexe féminin. Des féministes inspirées et résolument modernistes veulent qu'on supprime ces chiffres. Par quoi va-t-on les remplacer ? Par XX (femme) et XY (homme) ? Mais cela serait encore trop « sexiste » pour ces dames.

2 : à l'imitation des Anglo-Américains, de nombreuses pages d'internet utilisent le chiffre 2 pour signifier 'de' et non 'deux'. Drole 2 Site (sans accent circonflexe sur le o), etc.

À signaler un emploi bizarre du chiffre 2 dans la dénomination du groupe AG2R. 'Assurances Générales' et que représentent les deux R ? AG2R lance un site de voyages dédié (réservé) aux seniors (personnes âgées, pas d'accent sur 'e'). Et pan ! deux néo-crétinismes et demi.

Autre exemple : le chifre 2 sert à redoubler une info ou une lettre. Le sigle CA2M signifie ainsi Communauté d'Agglomération de Metz Métropole. Il y a aussi AG2E « À gauche en Europe », etc. Ce n'est pas du français, c'est du SMS.

Étymologie : du latin duo. Vieille racine indo-européenne *duwo / *dwi qui a donné two en anglais, zwei en allemand, dos en espagnol, duo en italien, два (dva) en russe, dva en sanscrit.

2.0 au lieu de 2 tout court, ou 'bis', ou deuxième version. Cette notation crétinoïde est directement inspirée des numéros de versions de logiciels informatiques, et plus exactement de la version web 2.0, prétendument plus simple et plus efficace. « Benjamin Lascar est un Sarkozy 2.0 ». (B.L. est un Sarkozy bis), ou bien : Les effets de ces "drogues 2.0" seraient nombreux et variés, ou encore : The Chase : une pub 2.0 pour Intel. Ou enfin (on peut multiplier les exemples à 2 ) : Les procédés sournois de Marine Le Pen : vers une démagogie 2.0 ? Là, on a besoin d'une traduction : nouvelle démagogie ? Démagogie démultipliée ? Démagogie améliorée ? Autre exemple, assez mystérieux : Anna Gueye que je considère, sans me tromper, comme la « twitteuse citoyenne » (sic) de la révolution mondiale dans la mesure où, elle a participé à toutes les révolutions 2.0. On se demande ce que vient faire la virgule entre dans la mesure où et elle a participé. La mode qui consiste à utiliser « 2.0 » pour désigner quelque chose de nouveau et d'efficace est vraiment horripilante.

L'informatique, système anglo-saxon, et donc pas fiable du tout (dysfonctionnements, défauts divers, virus, chevaux de Troie, actes de piraterie, surveillance et espionnage des citoyens...), s'insinue, hélas, partout. Un petit avertissement lancé sur internet : Auto : gare aux achats 2.0 (nouveau système d'achat, c'est-à-dire sur internet avec une carte bancaire).

3 : le chiffre 3 (trois) s'emploie pour désigner la lettre 'e' à l'envers, surtout chez les Anglo-Américains. K3vin (le prénom Kevin, prononcé Kévine) ; ou cet exemple formidable : fr3|\|ch (french). Souvent repris tel quel par la Télévision française (française ? Vous m'en direz tant !) dans le titre de certaines 'séries' : Numb3rs, avec là un « jeu de chiffres » sur le 3.

Lu sur internet : Le FBI, qui collecte les plaintes sur son site IC3 (Internet Crime Complaint Center), vient de révéler que le nombre de fraudes signalées est resté stable en 2007...


Quand l3s 3 Suiss3s font d3s sold3s ...

C3RV34U,
qui se lit comme CERVEAU
3 = E, 4 = A

Étymologie : du latin tres. Vieille racine indo-européenne *ter qui a donné tres en espagnol, tre en italien, three en anglais, drei en allemand, три (tri) en russe, tri en sanscrit, etc.

4 : le chiffre 4 (quatre) s'emploie pour désigner la lettre A. str4t3ge : stratège. Cet exemple montre deux chiffres employés pour des lettres. M4ri3-k4RiN3 (Marie-Karine, avec des alternances majuscules/minuscules bizarres ; le tout étant pénible à lire ou plutôt – à déchiffrer).

Nota. CAC40 se lit 'caque - quarante' et non 'cacao'. Mais vu l'immense bêtise et la très grande malhonnêteté de nos banquiers, nous sommes tous chocolats.

Étymologie : du latin quatuor. Racine indo-européenne *kwetwor qui a donné cuatro en espagnol, quattro en italien, четыри (tchetyri) en russe, čatur en sanscrit, etc.

4 : le chiffre 4 (quatre) s'emploie chez les Anglo-Américains pour signifier 'pour' (la prononciation de four (quatre) est à peu près la même que celle de 'for' (pour). Cette manie ridicule (confusion chiffres / lettres) commence à gagner la France.

4 × 4 (prononcer quatre-quatre ou kat-kat) : véhicule à quatre roues motrices que les néo-crétins adorent conduire, surtout en ville, pour exhiber leur niveau de vie. Imitation servile des populations étazuniennes, – les gens le plus pollueurs de la planète –, qui emploient ce type de véhicule de façon immodérée. Si l’emploi de ce véhicule se justifie pour des parcours accidentés (pistes, voies difficilement carrossables – mais cela existe-t-il dans nos villes ?) son usage dans les cités est complètement déplacé.

C'est – en exagérant à peine – pour toujours avoir de l'essence pas chère pour remplir les réservoirs de leurs 4 × 4 que les Étazuniens ont déclaré la guerre à l'Irak.

Remarquer que l'on prononce quatre - quatre, alors que l'on écrit 4 x 4 : quatre ixe quatre. Il faudrait dans ce cas-là écrire quatre - quatre (4 - 4) ou écrire 4 × 4. Rien de très logique là-dedans, – d'autant plus qu'il s'agit de 2 × 2 roues motrices. Peut-être faut-il comprendre : quatre roues = quatres roues motrices ? Auquel cas, l'on a affaire à un 4 = 4. Ещë раз (encore une fois), aucune logique.

5 (sur 5) : parfaitement, pleinement, tout à fait, sans problème … Cette notation en cinq points, dérivée du système utilisé par les Anglo-Américains, s'emploie à tout bout de champ, notamment dans le sens de 'comprendre' : Je te reçois 5 sur 5 (je t'ai parfaitement compris).

Un emploi du chiffre cinq a surpris loteur : Elu dans le meilleur 5 français de tous les temps, l'ailier de Portland est très surpris de cet honneur. Le meilleur 5 ? S'agit-il du joueur portant le chiffre cinq ? Autre exemple : N.Batum élu dans le 5 majeur de Basket News. Le 5 majeur ? Vocabulaire d'initié, sans doute.

Étymologie : du latin quinque. Vieille racine indo-européenne *penkwe qui a donné cinco en espagnol, cinque en italien, fünf en allemand, pancha en sanscrit, пять (piat') en russe, etc.

6 : le chiffre 6 (six) remplace les syllabes -si- ou -ci-, comme dans ce magnifique titre d'émission de télévision : De6bels on stage.

Étymologie : le six remonte à une racine indo-européenne *sweks ou *seks, qui a donné en latin sex, en français six, et aussi la sieste (qui se fait à la sixième heure) et semestre (= six mois) ; en espagnol seis, en italien sei, en russe шесть (chest'), etc.

7 : dans le sens de “ c'est ”. 7extra : c'est extra. Souvent écrit non barré, à la façon des anglo-saxons, ce peut le faire confondre avec le chiffre 1 (remarque de Francis Lejon).

Étymologie : du latin septem. Vieille racine indo-européenne *sept-m qui a donné siete en espagnol, sette en italien, sieben en allemand, seven en anglais, семь (sem') en russe, saptan en sanscrit, etc.

60’s, 70’s, 80’s (à prononcer à l’anglaise : sixties, seventies, etc) : les années 60, 70, 80, etc. Au milieu des 60’s (sixties)… Néo-crétinisme surtout utilisé par la presse écrite, jeune et ‘branchée’.

8 : le chiffre 8 (huit) peut s'employer à la place du son ui : aujourd8 je travaille, ou bien Js8 en ba 2 la tour (je suis en bas de la tour), ou bien encore 10 SMS grat8 (10 SMS gratuits). C'est agresser gratuitement le français !

Étymologie : du latin octo. Vieille racine indo-européenne *okt qui a donné ocho en espagnol, otto en italien, acht en allemand, eight en anglais, ashtan en sanscrit, etc.

9 – 3 (prononcer 9 - 3 ou mieux 9 cube) : c'est le fameux département du 93 ou de Seine Saint-Denis, préfecture Bobigny, célèbre par ses joyeux feux de voiture les nuits de la Saint Sylvestre pour se protéger du froid mordant de la nuit. C'est sans doute le département qui a le plus contribué à la destruction et à la destructuration du français chez les jeunes, à cause du sabir hargneux et onomatopéique qu'ils éructent à longueur de journée (entre 500 et 1 000 mots environ, selon leur temps d'écoute de la french TV). On peut ici parler de haine linguistique.

Étymologie : neuf, du latin novem. Racine indo-européenne *new-n ayant donné nueve en espagnol, nove en italien, neun en allemand, nine en anglais, etc. Pour 3, voir la rubrique 3.

11 – 9 : sous ce sigle, on entend les attentats meurtriers du 11 septembre 2001 aux Étazunis. Généreusement attribués à la secte mythique Al-Qaïda, il semble de plus en plus évident que ces attentats furent une macabre mise en scène pour faire effondrer la troisième tour du WTC (World Trade Center : Centre du commerce international), qui abritait nombre de documents très gênants pour la fiscalité de certaines grosses sociétés étazuniennes (et peut-être aussi bien d'autres documents compromettants). La thèse officielle du gouvernement Bush ressemble à un mauvais scénario de Steven Seagal. L'humoriste Bigard a même dû présenter des excuses (sic) pour avoir mis en doute cette thèse pour le moins farfelue. Les Étazuniens, qui inversent tout, disent le 9-11.

Lu dans la presse sur internet : "Le 11-Septembre des musulmans de France" – C'est ainsi que l'imam de la mosquée de Drancy, Hassan Chalghoumi, décrit les tueries de Toulouse et Montauban par un suspect se revendiquant d'Al Qaïda. Rappel : les attentats du 11 Septembre 2001 ont fait plus de trois mille morts, l'assassinat des militaires maghrébins en mars 2012 a fait trois morts.

24 / 7 : l'abréviation 24/7 n'est pas une définition d'écran, du type 16/9, Et ce n'est pas non plus 24 divisé par 7 (avec comme résultat 3,428). Mais c'est la contraction de 24h/24 & 7j/7. Et pourquoi pas dans ce cas-là 365/24/7 (toute l'année, sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre) ? À trop simplifier on rend la communication incompréhensible (suggestion de Francis Lejon).

Une télévision bien d'chez nous :


Pourquoi News 24/7 ? Pour faire court ? C'est plus porteur ?
Il est vrai que « L'info en continu » fait épouvantablement français.
Mot d'ordre des chaînes de télévision françaises :
N'employons surtout pas le français !

100 : 100 pour rendre la syllabe : cen, san, etc. Par exemple le prénom Sandrine orthographié 100drine. Ou : 100 payé (sans payer). Les jeunes ne savent plus ni lire, ni écrire ni compter, et ils mêlent joyeusement chiffres et lettres.

Étymologie : on a différencié deux groupes de langues indo-européennes selon la façon qu'on prononçait cent ; d'un côté les "centum" (langues romanes ou le grec, par exemple), de l'autre les "satem" (l'arménien ou les langues slaves, par exemple). Centum (latin), cent (français), cien(to) (espagnol), cento (italien), mais sanscrit çata, russe сто (sto)...

360° : 360 degrés. Cette notation semble être une nouvelle manie, originaire des Étazunis, pour dire 'vue d'ensemble' ou 'vue panoramique' : Yahoo! 360° : Votre histoire. Vos amis. Une vue à 360° sur vous. Certains programmes informatiques s'en servent pour signifier 'sommaire', 'historique'. Les informaticiens subissent à 360° la colonisation du langage par les Étazunis. 360° peut aussi signifier : totalement, entièrement. Déclaration d'une ministresse de l'Économie à propos du remaniement ministériel de 2010 : « C'est un gouvernement "révolutionnaire" avec un "tour complet à 360 degrés" » (= on revient donc au point de départ). Autre exemple : Quel intérêt de parler par twitter avec quelqu'un qui assiste au même concert, quand on est entouré de gens à 360 degrés ? (= de toutes parts ; mais il s'agit ici d'une redondance : si on est entouré, c'est forcément à 360°). Conclusion : non seulement cette expression est stupide, mais encore elle donne lieu à des contresens ou des formulations ambiguës.


Une réclame (pub) vous promet 360° de plénitude.
Un peu pléonastique, non ?

' (apostrophe) : se met devant une série de chiffres (une date, par exemple), pour signifier une abréviation : année '70 (pour 1970). Procédé typiquement anglo-saxon, et donc à bannir. L'apostrophe peut se mettre entre une dizaine et s, comme lu sur Yaourt! pour elles : Les tendances de la saison nous font voyager dans le passé à travers les 40's, 60's et 70's. Les années 40, les années 60, ça doit faire trop français pour les rédacteurs ou les rédactrices. A force de lire ces articles en charabia anglicisé, les lectrices de ce genre d'articles ne sauront vraiment plus parler ni écrire français, — ni même anglais, bien sûr.

L'apostrophe s’observe également à la fin d’un mot abrégé : Il m’explique que dans la foulée, le com’ a été supprimé et les com’ suspendus sur le dit blog. (com’ ? qu’est-ce que c’est que ça que c’est que ça ? Des commentaires ou des communications ?) Apostrophe.




A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Я
Signes   Clichés   Le sport